La Belle Arnaque Populaire est par terre.

25 Jan

share

La primaire de la Belle Alliance Populaire devait donner une légitimité au candidat PS, elle vient de conclure son premier round par un PS KO debout.

Alors qu’au quartier nombreux avaient été ceux et celles qui en 2011 s’étaient saisis de la primaire du PS et du vote PS pour faire barrage à Sarkozy, le premier constat c’est qu’en 2017 ce n’est pas la mobilisation de 2011.

Avec officiellement des chiffres de la participation qui oscillent entre 1 200 000 votants et 1 600 000 d’après les menteurs du PS, on est loin, très loin, du compte de la primaire de 2011 qui avaient réunis 2.7 millions d’électeurs et qui avaient donné lieu à des mobilisations importantes dans de nombreux bureaux de votes de nos quartiers populaires. Ce dimanche c’était calme plat au quartier et manipulation de chiffres au PS.

C’est le premier enseignement de cette séquence. Il y a de moins en moins de monde au quartier, comme ailleurs, qui pensent que notre salut passe par l’élection d’un représentant du PS. Même face aux menaces réelles du FN et de la Droite.

Le deuxième enseignement c’est que quelques soient les motifs ou les stratégies de ceux et celles qui se mobilisent dans cette espace politique, ils ont majoritairement donné leur voix à deux candidats Hamon et Montebourg qui dans leurs discours proposent une ligne politique qui est en opposition avec celle du PS depuis 30 ans. Cette primaire aussi marginale soit elle, signe l’acte de décès des directions politiques passées et actuelles du PS. Les dernières bases électorales du PS viennent de rejeter 30 ans de social-libéralisme du PS. Les gesticulations médiatiques des uns et des autres n’y changeront rien. Les faits sont là : peu de monde se déplace pour arbitrer les combats d’écuries du PS, et ceux qui le font rejettent dans leur majorité les choix politiques fait par ce même PS depuis 30 ans.

2048x1536-fit_sept-candidats-primaire-gauche-jean-luc-bennahmias-benoit-hamon-arnaud-montebourg-vincent-peillon-sylvia-pinel-francois-rugy-manuel-valls

Que la victoire annoncée de Hamon face à Valls est lieu ou pas cette réalité s’impose dans cette séquence électorale. L’histoire n’est évidemment pas écrite avec des experts du bourrage d’urne du PS. Tout est possible pour le second tour y compris une fraude massive qui priverait Hamon d’une victoire pour sauver l’appareil du PS du dilemme que ne manquera pas de créer la nomination d’un candidat PS à l’élection présidentielle qui rejette en bloc le bilan du quinquennat Hollande.

Dans ce contexte de déclin du PS, au quartier nombreux sont aussi celles et ceux qui ont compris que l’ascenseur social par le politique ne passera plus par le PS. Plus l’influence dans la société du PS décline, plus l’opposition au clientélisme du PS décuple au quartier. Cela permet à de nombreux acteurs de se construire une posture de rebelle à moindre de frais en s’attaquant à un PS mourant mais sans réellement proposer et s’engager dans des alternatives politiques qui développent l’autonomie des luttes dans nos quartiers. On reconnaît ces acteurs facilement aux solutions qu’ils proposent qui consistent in fine toujours à nouer des alliances … avec la droite. Ces dernières années se fut souvent avec l’UDI, jusqu’à s’en mordre les doigts.

Nouveauté politique oblige en 2017, nombres d’opportunistes vont se mettre « En Marche ». On leur souhaite bonne route avec le candidat des banquiers et de l’entrepreneuriat individuel comme solution à tous les maux de la société. Et nous leur souhaitons de gratter tout ce qu’ils peuvent pour eux comme l’ont fait ceux qui avant eux ont roulé pour le PS.

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :