Archive | janvier, 2017
23 Jan

frantz-fanon

« Nous ne sommes rien sur cette terre si nous ne sommes d’abord les esclaves d’une cause, de la cause des peuples, la cause de la justice et de la liberté. Et je veux que vous sachiez que même au moment où les médecins avaient désespéré je pensais encore, oh dans le brouillard, je pensais au peuple algérien, aux peuples du Tiers Monde et si j’ai tenu, c’est à cause d’eux »

Lettre de Frantz Fanon à Roger Taïeb

La séance du dimanche : l’Aventure Althusser

22 Jan

laventure-althusser

L’Aventure Althusser

 

Le documentaire d’Olivier Oliviero et Adila Bennedjaï-Zou retrace le parcours du philosophe, à l’origine d’une relecture de Marx dans les années 1960:

Le 16 novembre 1980, le philosophe Louis Althusser étrangle sa femme Hélène Rytmann dans leur appartement de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, à Paris, où il enseigne depuis plus de trente ans. Ce crime commis dans une crise de démence, son long internement en institution psychiatrique, puis sa mort, dix ans plus tard, auraient pu l’engloutir dans l’oubli. Il en allait de même pour l’idéologie communiste qu’il a toujours revendiquée, et que la chute du mur de Berlin semblait avoir condamnée. Mais après le triomphe de l’individualisme post-1968 et du néolibéralisme des années 1980, le marxisme d’Althusser et de ses disciples, d’Alain Badiou à Étienne Balibar, connaît un regain de faveur, notamment auprès de la jeunesse, à l’heure du capitalisme mondialisé. En s’appuyant sur de riches archives, mais aussi sur les passionnants témoignages de ses élèves et compagnons – les philosophes Étienne Balibar, Yves Duroux, Jacques Rancière, Lucien Sève, Pierre Macherey… –, Bruno Oliviero et Adila Bennedjaï-Zou dressent le portrait intellectuel et intime du philosophe français qui a voulu réinventer le marxisme sans tourner le dos au communisme, ni quitter le PCF, parce qu’il était, disait-il, « le parti des masses ». Lire la suite

Livre du samedi : Le dessous des cartes -Asie – Itinéraires géopolitiques

21 Jan

couverture-atlas-dessous-des-cartes

Le Dessous des Cartes – Asie

Itinéraires géopolitiques

 

Le monde a basculé. Au XXIe siècle, l’Asie est désormais le nouveau centre du monde.

Depuis presque vingt ans, on mesure comment le centre du monde s’est progressivement déplacé, délaissant peu à peu l’espace transatlantique. À travers la lecture de cartes originales et inédites, ce nouveau Dessous des Cartes explore tous les visages de l’Asie – démographiques, politiques, économiques, sociaux et environnementaux.
Il étudie les conflits latents, les violences envers les minorités, les nouveaux jeux d’alliances, et décrypte les dynamismes et les inerties dans une région qui donne aujourd’hui le pas à la marche du monde. Lire la suite

Week-end de mobilisation / Justice pour Adama

20 Jan

wek-end-mobilisation

Le comité « Justice et Vérité pour Adama » et les collectifs de soutien des villes de Grenoble, Lyon et Saint Étienne organisent un  Grand Week end de Mobilisation pour Adama Traoré

 

AU PROGRAMME:


Le 20 janvier à St Etienne
20h15 au Cinema le Melies « Saint François » (8 rue de la Valse) Entrée Prix Libre:
Projection du documentaire de Sabrina Chebbi « Les coups de leurs privilèges » et discussion avec Lire la suite

Prince D’Arabee – La vie est belle

19 Jan

 

C’est le siècle de la peur, du mépris, du repli sur soi
Police, quartier, média, Islam, paranoïa
Répression, mondialisation, « starification » : Alléluia !
Jeunesse sous « cess » bercée aux airs de Kennedy-Carla
Immigration, incarcération, inflation, pouvoir d’achat
Nouvelle politique version gangster et grand pacha
Pas d’antidote, poison lancé à la gueule comme un crachat
Un vote aux antipodes de ma réalité, une grosse « tarcha »
La vermine se répand d’Casablanca à Kinshasa
Evolution, pauvreté, des sœurs jumelles, des vraies lopsa
Le mal à visage découvert braque le bien et c’est comme ça
Époque de fou où chacun prêche pour son unique madrassa Lire la suite

Barbès Blues au temps du couvre-feu (54) / Farid Taalba

18 Jan

kabylie

Barbès Blues au temps du couvre-feu (épisode précédent)

Complètement estourbi, la poitrine oppressée par mille angoisses remontant de son estomac où elles se nouaient dans la nausée, scié à ne plus pouvoir prononcer un mot, et si conscient de l’état de délitement qui l’avait gagné et sapé ses si puissantes jambes devenues à peine capables de le porter, qu’il se dépêcha d’emprunter la route fuyant vers Ighzer Amoqran, loin de cette gare, de ce lieu public dont on pouvait dire : « Il y a eu un mot et il en est ensuite né une dizaine ! ». Le soleil était à son zénith, encore plus implacable, inlassable pluie de coups de fouets lui tombant sur sa nuque pesante. La vaste plaine s’était vidée de ses habitants livrés à une profonde sieste sous les incessants leitmotivs des cigales et des grillons invisibles qui faisaient le bœuf. Devant lui, au loin, entre les affolantes lignes de crêtes qui se défiaient de part et d’autre de la vallée écartelée, le paysage se dilatait comme une tâche d’huile irisée. Et bien qu’il se fût engagé sur une route aussi publique que nationale, il trouvait là, à cette heure désertique, dans un état quasi somnambulique, la solitude, que la nature lui tendait comme une cruche, pour étancher ce chagrin naissant qu’il voyait déjà intarissable. Et la grandeur des paysages venait magnifier sa douleur, son incompréhension, son aveuglement ; elle s’offrait à lui comme le théâtre prêt à accueillir le chant funèbre monté en lui au rythme de la fièvre qui l’avait gagné. Il exprimait la tristesse infinie du chêne qui ne fleurissait jamais. Le refrain martelait tout le temps : « La peine sortira pour moi vers la lumière ! ». Pour le moment, son Lire la suite

Ciné-club « L’art et la résistance dans le cinéma palestinien » / 29 janvier

17 Jan

fcpCiné-club « L’art et la résistance dans le cinéma palestinien »

 

Pour la deuxième Séance du Ciné-Club du Festival Ciné-Palestine, nous vous donnons rendez-vous le dimanche 29 Janvier 2017 à partir de 16h au Bar Le Lieu-Dit.
6 rue Sorbier, Paris 20e / Métro Ménilmontant (Ligne 2) ou Gambetta (Ligne 3)/ Bus n°96
La thématique choisie pour cette projection est « l’art de résister »

▪︎Au Programme :
Sélection de courts métrages autour de l’art et la résistance, dans le cinéma palestinien
Programmation issue de la 2e édition du FCP.
Démarrage des projections à 16h dans l’ordre suivant :
➜A Boy, a Wall, and a Donkey (2008, 5′) d’Hany Abu-Assad.
➜ Ismail (2012, 28′) de Nora Alsharif
➜ Maqloubeh (20?, 10′) de Nicolas Damuni
➜ House (2013, animation, 4′) d’Ahmad Saleh
➜ Discussion/Pause
➜ Drawing for better dreams (2015, 4′) de Dia’Azzeh et May Odeh
➜ Journey of a freedom fighter (2014, 30′) de Mohamad Moawia
➜ Nation Estate (2012, 9′) de Larissa Sansour
➜ Discussion avec les membres du FCP
—————————————————————————————
▪︎Synopsis des films Lire la suite

La mort sur un bateau de migrants / Aris Messinis

16 Jan

La mort su bateau de Migrantss_fdc7c92a5e5fb0b3293285560c388332

Au lendemain d’une journée où plus de 6 000 migrants ont été secourus par les garde-côtes italiens, lundi 3 octobre, le photographe Aris Messinis a embarqué à bord d’« Astral », un navire affrété par l’organisation non gouvernementale espagnole ProActiva Open Arms. Alors que les navires italiens étaient occupés à débarquer les migrants secourus la veille, l’équipage a fait face à une journée de sauvetage très intense, au cours de laquelle au moins vingt-deux migrants sont morts.

Le photographe, témoigne : http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/portfolio/2016/10/06/la-mort-sur-un-bateau-de-migrants-vue-par-un-photojournaliste-de-l-afp_5009409_1654200.html

 

La séance du dimanche : « Lutter…Içi et maintenant », l’Autonomie à la française

15 Jan

« Lutter… Ici et maintenant »

dvd-lutter-ici-et-maintenant

« Quel est le dénominateur commun entre les occupations de logements vides, les mouvements de chômeurs et de précaires, les débordements des mouvements étudiants et la mobilisation contre un projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? Toutes ces actions, aussi différentes soient-elles, se confondent avec des modes de vie et s’inscrivent dans l’autonomie des luttes : s’organiser sans leader ni parti, en considérant que les pratiques illégales constituent une expression politique à part entière. Dans l’histoire moderne, ce principe existe et s’exprime concrètement depuis la fin des années 60 au sein d’une constellation informelle et hétérogène, minoritaire et souterraine, qu’on appelle parfois la mouvance autonome. » Lire la suite

Livre du samedi : Les Luttes et les Reves / Michelle Zancarini-Fournel

14 Jan

les-luttes-et-les-reves

Les luttes et les rêves
Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours

Michelle ZANCARINI-FOURNEL

 

1685, année terrible, est à la fois marquée par l’adoption du Code Noir, qui établit les fondements juridiques de l’esclavage « à la française », et par la révocation de l’édit de Nantes, qui donne le signal d’une répression féroce contre les protestants. Prendre cette date pour point de départ d’une histoire de la France moderne et contemporaine, c’est vouloir décentrer le regard, choisir de s’intéresser aux vies de femmes et d’hommes « sans nom », aux minorités et aux subalternes, et pas seulement aux puissants et aux vainqueurs.
C’est cette histoire de la France « d’en bas », celle des classes populaires et des opprimé.e.s de tous ordres, que retrace ce livre, l’histoire des multiples vécus d’hommes et de femmes, celle de leurs accommodements au quotidien et, parfois, ouvertes ou cachées, de leurs résistances à l’ordre établi et aux pouvoirs dominants, l’histoire de leurs luttes et de leurs rêves.
Pas plus que l’histoire de France ne remonte à « nos ancêtres les Gaulois », elle ne saurait se réduire à l’« Hexagone ». Les colonisés – des Antilles, de la Guyane et de La Réunion en passant par l’Afrique, la Nouvelle-Calédonie ou l’Indochine – prennent ici toute leur place dans le récit, de même que les migrant.e.s qui, accueilli.e.s « à bras fermés », ont façonné ce pays.

Lire la suite