Retour au réel

11 Avr

Cette campagne présidentielle a le mérite de remettre les pendules à l’heure sur quasi tous les sujets en mettant le PS et le reste des candidats de droite et d’extrême-droite face à leurs contradictions et leur nature réelle.

Après Fillon rattrapé par son train de vie de grand bourgeois et le PS qui montre qu’il est officiellement un regroupement d’élus de droites voici le tour des candidats « anti-système » de droite de se prendre les pieds dans le tapis.

Commençons par le FN. Inutile de revenir sur les histoires judiciaires et autres déclarations racistes, elles ne convaincront pas les gens qui sont séduits par la façade « anti-système » (soit insulter les personnes en position de faiblesse et escamoter du fric en Suisse). Le racisme du FN qui est pourtant la marque de fabrique de ce parti , n’empêche pas certains au quartier de nous vendre le FN comme une solution. Certains, parmi les plus azimutés vont même trouver ses déclarations sur la rafle du Vel d’Hiv’ comme un symbole de résistance au « Nouvel Ordre Mondial ». Le racisme s’est tellement incrusté dans la tête de certains des nôtres que ce n’est pas en luttant sur ce terrain qu’on arrivera à faire comprendre la supercherie.

Analysons cette solution au regard de l’expérience Trump. Le FN est en délicatesse parce que lui et ses nombreux soutiens dont Alain Soral, et Egalité et Réconciliation sur le Net, nous ont vendu Trump comme l’alternative « anti-système » à la politique américaine habituelle. Son nationalisme et son racisme anti-latino devaient sauver la race blanche et arrêter le chômage avec un mur à la frontière mexicaine tout en mettant fin aux logiques impériales étatsuniennes, qui comme tout bon troll d’extrême droite le répète à longueur de post sur le net sont le produit de la domination juive sur le monde. Trump et Poutine allaient marcher main dans la main, et puis … Le réel revient au galop. Les prophéties et autres ritournelles des droitards du Net se révèlent fausses. Trump fait pire qu’Obama et renoue avec les politiques impérialistes directes des mandats Bush. Alors qu’elle se réclamait de sa ligne, vantant les mérites de Trump, Marine Le Pen tout comme Soral se retrouve balbutiante quand elle doit commenter les actions du milliardaire Trump.

De quoi faire réfléchir sur la véritable nature de ce qu’est Trump et des gens qui s’assimilent à lui comme les cadres du FN et les nationalistes français en mode Soral.

Le FN proclame que les patriotes musulmans sont les bienvenus … mais pas l’islam.  On souhaite bonne chance aux patriotes musulmans ou aux patriotes des quartiers qui voient dans Marine Le Pen une alternative viable.

Le FN promet l’état social mais c’est l’économie libérale qu’il livrera aux français. Qui peut croire que les avocats d’affaires et autres entrepreneurs nationalistes comme Peninque et Chatillon qui entourent Marine vont pour la grandeur de la France renoncer à planquer leur fric dans des paradis fiscaux ?

Le FN ne tiendra pas toutes ses promesses, comme Trump, mais nous pouvons être sur qu’il en tiendra certaines comme Trump. Il tiendra celles qui permettent a une minorité majoritairement blanche et masculine de capter l’essentielle des richesses.

 

Seconde fausse alternative à révéler son vrai visage : En Marche ! Macron a su surfer jusqu’à là sur le « quand on veut on peut » ralliant à sa cause tous ceux et celles qui veulent réussir dans le système capitaliste qu’il soit noir, arabe, femme, rom, blanc, chinois, musulman, athée, bouddhiste…

Il y avait bien l’expérience négative des VTC, de tous ceux qui ont investi dans un costard et une bagnole et qui ont été livrés à la prédation d’Uber par Macron, pour alerter sur l’escroquerie capitaliste appliquée aux « entrepreneurs de quartier ». Mais comme chacun se croit plus malin que son prochain, les échecs de l’écrasante majorité étaient vécus comme des échecs individuels et non pas comme celui de la logique de l’entrepreneuriat individuel. Ils n’avaient pas du assez « en vouloir ».

Maintenant, c’est pour les entrepreneurs musulmans que ça déchante depuis que le mouvement de Macron a mis sur la touche un de ses représentants issus de la « diversité ». L’atterrissage est rude pour des gens qui se racontent des histoires au point de croire que changer la France était possible avec un ex-ministre de l’économie du gouvernement Hollande, et tout ce qu’il incarne de racisme structurel et de guerre faite aux pauvres. Depuis le début de la campagne, certaines personnes ne marchent pas mais courent : elles ont fait le pari qu’une ascension sociale à prix discount était la solution pour les quartiers populaires surtout quand on était issu d’un milieu populaire ou d’une minorité « racisée ». La promesse de Macron c’est « tous égaux devant le pognon »

Badaboum, retour au réel là aussi. Un militant « trop » musulman n’est pas le bienvenu dans les rangs d’un parti qui veut libérer les énergies des français. Chacun pouvait admettre qu’un musulman sans pognon ne soit pas le bienvenu chez le capitaliste Macron mais voilà que le musulman fortuné ou qui rêve de le devenir ne l’est pas non plus surtout s’il est considéré comme trop proche du CCIF et si il n’est pas assez « Charlie ». Chez Macron, le musulman entrepreneur peut être rentable électoralement du point de vue local, mais peu présentable dans le contexte de l’élection présidentielle.

De quoi nous faire prendre conscience des limites de la pensée qui fait croire que l’accumulation d’argent protègerait du racisme. Dans notre société dont la matrice économique s’est construite par le pillage de continents entiers et la déportation à fond de cale d’esclaves, l’argent ne protège pas du racisme. Bien au contraire, c’est le racisme et les discriminations qui servent de rempart pour protéger et justifier l’accumulation d’argent par les dominants.

Le retour du réel capitaliste : si les musulmans, les femmes, les roms et les noirs, les maghrébins et les asiatiques  sont discriminés et le restent c’est parce que le partage injuste des richesses imposé par le capital implique fatalement ce genre de discrimination. Le racisme sert avant tout à justifier une prédation, comme le décrivait Frantz Fanon.

Pensez qu’accéder au pognon sans changer le cadre de distribution des inégalités changera la donne économique et raciale c’est se leurrer. Les USA en sont le bon exemple : malgré l’existence d’une bourgeoisie racisée et l’élection d’un président noir, ils restent structurés par une pyramide raciale. La course à la réussite capitaliste pour les racisés, au pire produit des harkis, le plus souvent des subalternes et exceptionnellement des présidents, mais toujours en maintenant la domination, économique, sociale et raciale.

 

« La réalité , c’est un cauchemar pour ceux qui rêvent » Lino

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :