La séance du dimanche : L’éxpérience

23 Avr

dasexperiment

Dans le cadre d’une étude comportementale, vingt hommes sont sélectionnés pour une expérience. Huit d’entre eux acquièrent la fonction de gardiens de prison et douze celle de prisonniers. Les prisonniers se voient attribuer des numéros qui remplacent leur nom durant l’expérience. Personne ne peut, dans la prison, appeler un prisonnier par son nom, les prisonniers doivent se parler avec leur numéro. Pendant deux semaines, les expérimentateurs étudient les comportements à l’aide de caméras de sécurité.

En quelques heures, les « gardiens » se mettent à prendre leur rôle trop au sérieux, en particulier Berus, devenant sadiques, et les prisonniers se sentent pris au piège. L’un d’entre eux, Tarek, s’oppose aux gardiens lorsque leur comportement lui paraît injustifié, ce qui lui octroit un statut de rebel. Un autre est colonel dans l’armée de l’air, un homme calme et froid qui essaie d’observer ce qui se passe.

Même si la violence est prohibée dans cette prison fictive, les gardiens ne tardent pas à soumettre les prisonniers, plus particulièrement « 77 », Tarek Fahd, le fauteur de troubles, toujours en conflit avec Berus.

Dès la deuxième journée, l’expérience échappe totalement aux expérimentateurs par la révolte des prisonniers et la répression brutale des gardiens, menés par Berus.

Un gardien est même passé à tabac et emprisonné par ses collègues après avoir voulu aider Tarek à procurer de la médication à un prisonnier diabétique en mauvaise condition.

L’expérience dérape totalement lorsque les gardiens réalisent que la violence ne met pas fin à l’expérience et qu’ils décident de séparer les prisonniers. S’ensuivent une tentative de viol et deux meurtres qui déclencheront une révolte générale violente chez les prisonniers.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :