Les frères Kamara « LIBRES » ! 10 ans d’enfermement et de résistance !

29 Avr

Le 25 novembre 2007, Lakhamy Samoura et Moushin Sehhouli décèdent suite au « parechocage » de leur moto avec une voiture de police, à Villiers-le-Bel. Les policiers quittent leur véhicule et s’empressent de fuir la scène. Quelques heures plus tard, la version officielle, relayée par les médias, est établie : les policiers ne sont pas responsables, la mort des deux adolescents, dont on salit la mémoire en les présentant comme des délinquants, est due à leur imprudence.

Face au mensonge d’État, la colère de centaines d’habitants de tous âges explose. Les trois nuits de révoltes seront matées par l’envoi de centaines de policiers. Plusieurs dizaines de policiers sont blessés, notamment par des tirs d’arme à feu, le président de la république demande que des têtes tombent pour laver l’affront. A la « pacification » policière succède une longue phase de répression judiciaire, avec des procédés d’exception testés pour la première fois et dont feront les frais les inculpés.

Trois séries de procès ont eu lieu, apportant chacun leur lot de condamnations. Depuis février 2008, Abderrahmane et Adama Kamara sont incarcérés. Condamnés sans preuves et essentiellement sur la base de témoignages anonymes rémunérés, en 2010, puis en appel en 2011, à des peines de 15 et 12 ans de prison, les frères Kamara ont fait les frais d’un procès pour l’exemple.

À l’inverse, après une série de non-lieu et de renvois, le flic responsable de la mort de Lakhamy et Moushin a eu droit à un procès mené par un juge complice et un procureur complaisant qui a demandé sa relaxe. Il écopera d’une peine symbolique de 6 mois de prison avec sursis en septembre 2013.

Dix longues années plus tard, Adama Kamara est enfin « libre ». Quant à son frère Abderrahmane, il est toujours soumis à un régime contraignant de semi-liberté. Les procédés d’exception utilisés par la justice contre les inculpés de Villiers-le-Bel, les habitants d’Amiens en ont eux aussi fait les frais peu de temps après.

Aujourd’hui, ce sont des habitants de Beaumont-sur-Oise, et en particulier Bagui Traoré, principal témoin de la mort de son frère Adama Traoré en juillet 2016, qui sont sous la menace de procès d’exception. Accusé avec d’autres habitants de Beaumont-sur-Oise de « tentative d’assassinat » contre les forces de l’ordre pendant les révoltes qui ont éclaté suite au meurtre d’Adama Traoré par des gendarmes, cette mise en examen est l’aboutissement d’un processus de harcèlement policier et judiciaire.

 

Adama Kamara et Assa Traoré

 

Aujourd’hui, quatre chefs d’inculpation pèsent sur Bagui Traoré, qui doit en plus subir des conditions de détention insupportables qui l’on conduit à entamer une grève de la faim. Comme les frères Kamara près de dix ans auparavant, eux aussi accusés de tentative de meurtre, ce qui est en jeu pour L’État c’est de faire un exemple pour faire peur.

Ce harcèlement judiciaire est évidemment destiné à salir et faire taire la famille et les proches d’Adama Traoré qui mènent une mobilisation offensive pour obtenir vérité et justice. Plusieurs frères et proches d’Adama Traoré ont déjà été envoyé derrière les barreaux, alors qu’à l’inverse aucune mise en examen des gendarmes responsables de la mort d’Adama n’a été prononcée.

Les longues années de détention subies par les frères Kamara ainsi que la lutte engagée par les proches de Bagui Traoré nous rappellent que la lutte contre la répression judiciaire mais aussi contre l’oubli, contre l’isolement, est une lutte de longue haleine et qu’elle nous impose des responsabilités à l’extérieur pour ne pas ajouter aux souffrances de l’injustice et de l’enfermement celles de l’oubli. Cela implique de la constance et du sérieux dans le soutien à ces prisonniers politique et à leur famille.

 

Publicités

5 Réponses to “Les frères Kamara « LIBRES » ! 10 ans d’enfermement et de résistance !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un pays apaisé | Quartiers libres - 9 mai 2017

    […] Si les morts sont une constante, leur traitement dans les médias et par les politiques a connu une singulière évolution. La mort de Thomas Claudio à Vaulx-en-Velin avait débouché sur la mise en place de la politique de la ville, Dammarie-les-Lys a vu la répression des militants, l’embrasement de Villiers- le-Bel a permis la criminalisation des frères Kamara. […]

  2. Un pays apaisé – ★ infoLibertaire.net - 9 mai 2017

    […] Si les morts sont une constante, leur traitement dans les médias et par les politiques a connu une singulière évolution. La mort de Thomas Claudio à Vaulx-en-Velin avait débouché sur la mise en place de la politique de la ville, Dammarie-les-Lys a vu la répression des militants, l’embrasement de Villiers- le-Bel a permis la criminalisation des frères Kamara. […]

  3. Un pays apaisé | - 9 mai 2017

    […] Si les morts sont une constante, leur traitement dans les médias et par les politiques a connu une singulière évolution. La mort de Thomas Claudio à Vaulx-en-Velin avait débouché sur la mise en place de la politique de la ville, Dammarie-les-Lys a vu la répression des militants, l’embrasement de Villiers- le-Bel a permis la criminalisation des frères Kamara. […]

  4. Lettre à Adama/ Assa Traoré avec Elsa Vigoureux | Quartiers libres - 18 mai 2017

    […] qui conduisent aujourd’hui Bagui Traoré en prison comme ils ont conduit avant lui les frères Kamara et tant d’autre qui se sont levés contre les violences policières et […]

  5. Lettre à Adama/ Assa Traoré avec Elsa Vigoureux – ★ infoLibertaire.net - 18 mai 2017

    […] qui conduisent aujourd’hui Bagui Traoré en prison comme ils ont conduit avant lui les frères Kamara et tant d’autre qui se sont levés contre les violences policières et […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :