Livre du samedi : Le vote FN au village / Violaine Girard

10 Juin

Le vote FN au village: Trajectoires de ménages populaires du périurbain

Violaine Girard

 

Les ménages modestes du périurbain sont devenus, au fil des succès électoraux du FN, une figure centrale des com­mentaires médiatiques. Peu d’enquêtes sérieuses se sont pourtant intéressées à leurs conditions de travail, à leurs parcours résidentiels et aux devenirs de leurs enfants. Basé sur un travail de terrain de longue durée, ce livre restitue les trajectoires des salarié-e-s d’un parc d’activités comme il en existe beaucoup à la périphérie des grandes villes. À partir d’extraits d’entretiens et d’observations, il revient sur les transformations qui affectent depuis plusieurs décen­nies les fractions stables des milieux populaires : restructurations dans l’industrie et les services, durcissement des conditions d’accès à la propriété et évolution du système de formation. Même si leurs pratiques électorales s’avèrent plus diversifiées qu’on ne le pense, le FN attire une part de ces ménages du périurbain, qui sont pourtant loin de tous figurer parmi les plus démunis. Au-delà des explications convenues, notamment celles du déclassement, l’ouvrage offre ainsi des clés de compréhension des processus de radicalisation politique. Il montre enfin comment des élus municipaux, sans être encartés au FN, s’emploient très concrètement à empêcher la venue de familles issues de l’im­migration et de ménages en situation précaire, contribuant par là à banaliser le rejet de ces catégories sociales stigmatisées. Dans un contexte de hausse de l’abstention et de défiance envers les responsables politiques, ce livre éclaire les aspirations et les tensions vécues par nombre de ménages populaires.

Table des matières

Introduction

Périurbain, vous avez dit « populaire » ?

Une enquête de longue durée auprès de ménages populaires

Rendre compte de « petites » promotions sociales

Saisir des rapports au politique marqués par les aspirations à la respectabilité

Chapitre 1 : Assurer la « paix sociale ». Le projet des classes dirigeantes pour l’industrie de la vallée

Une politique d’aménagement qui redessine la carte des activités industrielles

Les « atouts » de la vallée : un projet politique au service des intérêts patronaux

Une stratégie au long cours : diviser les salariés

Parc « d’attraction » pour les uns, segmentation des conditions d’emploi pour les autres

Chapitre 2 : Qui sont les salarié-e-s modestes du périurbain ? Établis et précaires, deux pôles des mondes ouvriers et employés

Des catégories populaires en recomposition (années 1980-2000)

Du côté des cinquantenaires : des changements de boîte aux carrières de promotion

Du côté des plus jeunes : le rôle déterminant des engagements conjugaux

Du côté des intérimaires : des parcours sur le fil

Chapitre 3 : S’installer dans le périurbain : des promotions résidentielles sous contraintes

Des parcours façonnés par les politiques nationales et locales

Devenir propriétaires, un investissement familial

Rester locataire, mais pas dans le secteur social

Chapitre 4 : Des familles établies en quête de respectabilité .

Des origines ouvrières aux efforts de distinction vis-à-vis des plus démunis

Le contrôle des réputations dans l’espace résidentiel

Entre distance à la culture dominante et aspirations à la conformité, quels styles de vie ?

Chapitre 5. Quels espoirs pour les enfants ? Parcours de formation, modèles de réussite sociale et rapports à l’avenir

Des cursus courts et qualifiants

Les filières professionnelles : le choix du raisonnable pour les garçons

Des parcours plus incertains chez les jeunes femmes

Chapitre 6 : Un peuplement au-dessus de tout soupçon ? Les stratégies municipales de préservation d’un entre soi blanc

Un certain visage du pavillonnaire : la sous-représentation des minorités racisées

Une municipalité au service des familles respectables

Une entreprise municipale de contrôle du peuplement

Chapitre 7 : Quels rapports au politique ? Socialisations professionnelles, respectabilité et distance(s) vis-à-vis de la gauche

Abstention, scepticisme et défiance : des rapports distants au politique

Poussée du FN, droitisation ou recul de la gauche ? Des tendances électorales multiples

Insécurité, immigration et votes « protestataires » : quelques fausses évidences

Le rôle déterminant des socialisations professionnelles

Chapitre 8 : Une radicalisation en acte : deux élus municipaux sans étiquette devenus électeurs du FN

Yves Vigo : de la démobilisation à la recherche d’une marque de radicalité politique

Roger Martet : condamner l’inaction des élites politiques face aux « vrais » problèmes

Vers une banalisation progressive du vote FN dans l’espace politique local ?

Conclusion

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :