La séance du dimanche – Matons violents : la loi du silence –

9 Juil

 

La violence en prison est un sujet abordé sur la place publique, mais toujours sous deux angles uniques : la violence entre détenus – de fait, les rackets, viols, tortures et assassinats existent en prison – et la violence des prisonniers envers les surveillants – une réalité également -, largement relayée par les syndicats chaque fois qu’un collègue est visé.
Mais il existe aussi une violence dont les tribunaux se font rarement le relais, qui est tue et même niée farouchement au sein de l’administration pénitentiaire : celle que peut exercer le personnel à l’encontre des détenus. Pourtant cette violence là règne aussi derrière les barreaux, loin des regards. Depuis quelques années, les plaintes s’accumulent sur les bureaux des magistrats français. Elles aboutissent encore trop rarement. Il est toujours demandé au détenu de prouver ce qu’il avance. Le surveillant, quant à lui, est cru sur parole. Un détenu serait-il par essence un menteur ? Un surveillant par définition un homme sincère ? En osant porter plainte, en affrontant la forteresse pénitentiaire malgré le risque de représailles, ces détenus nous donnent une leçon extrêmement symbolique : ils croient en la justice.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :