Classe/Race/Quartiers

29 Juil

En mars dernier, la Région Île-de-France a adopté une charte de la laïcité et des valeurs de la République conditionnant l’obtention d’une subvention régionale à sa signature. Cette exigence est soutenue par Valerie Pecresse, Présidente de la région:  « Si l’on veut des subventions, il faut respecter certaines règles. Désormais, toute association ou toute fédération sportive qui reçoit des subventions de la Région devra s’engager sur cette charte et dans la prévention de la radicalisation ».

Cette charte de la laïcité voulut par la droite (UDI, LR et compagnie) au commande de la région ile de France est un instrument institutionnel de plus pour mener un combat politique au nom de laïcité en ciblant une fois de plus  les musulmans ou présumés. Les articles 5 6 et 7 sont particulièrement révélateurs de la façon dont la droite régionale instrumentalise la laïcité :

Article 5
La liberté de conscience s’applique aux administrés et usagers des équipements et services publics régionaux.
Le droit des usagers d’exprimer leurs convictions religieuses, syndicales, politiques, philosophiques s’exerce dans la limite du bon fonctionnement et de la neutralité du service public, du respect des valeurs républicaines et du pluralisme des convictions ainsi que des impératifs d’ordre public, de sécurité et d’hygiène.
Article 6
Les usagers des services publics régionaux doivent s’abstenir de toute forme de prosélytisme ainsi que tout comportement de nature à risquer de porter atteinte aux règles d’hygiène, de sécurité ou à troubler l’ordre public.
Article 7
Les usagers des services publics régionaux ne peuvent se prévaloir de convictions politiques, philosophiques ou religieuses pour ne pas appliquer les principes et valeurs de la République, ni porter atteinte au vivre ensemble. Ils ne peuvent également récuser un agent public régional ou d’autres usagers du même service public, ni exiger une adaptation du fonctionnement du service public ou d’un équipement public.

 

Sans se lancer dans un commentaire de texte, que d’autres comme l’observatoire de la laïcité a fait, chacun(e) comprendra qui est visé dans cette charte et que le concept de prosélytisme permettra des interprétations assez larges pour se débarrasser d’un public considéré comme gênant..

S’inscrivant pleinement dans les dispositifs légaux comme l’ interdiction du voile a l’école, cette charte régionale concoure à l’islamophobie en France. Mais elle a aussi comme énorme mérite pour la droite régionale de lui permettre au final de discriminer les bénéficiaires des aides régionales en les conditionnant à sa signature. De nombreuses associations ont déjà annoncé qu’elles refusaient de la signer, renonçant ainsi aux subventions régionales. Pour la région, ce qui est en jeu au-delà de la ritournelle islamophobe portée par les courants de la droite parlementaire issus de la Manif Pour Tous comme Sens Commun dont les élus sont omniprésents dans l’exécutif régional, c’est bien la captation du versement des subventions au mouvement associatif.

La droite n’a pas caché que sa priorité c’était les territoires d’ile de France qui sont les zones les moins denses … et les plus riches. Pour mieux servir les communes riches, la région a besoin de déshabiller en subvention les communes qui abritent de nombreux quartiers populaires. Quoi de mieux alors que l’instrumentalisation de la laïcité pour évincer du champ des bénéficiaires des aides régionales les nombreuses associations qui travaillent dans les quartiers populaires et qui ne souhaitent pas discriminer les populations avec lesquelles elles travaillent.

 

L’instrumentalisation de la laïcité par la région lui permet d’envoyer un message à la frange de l’électorat le plus islamohophe tout en faisant des économies sur le dos des associations ou des structures professionnelles qui interviennent encore au côté des habitants dans nos quartiers populaires. Avec cette mesure, Pécresse et son équipe articulent à merveille la Classe, la Race et les Quartiers … mais à nos dépend.

 

Cette charte imposée par exemple dans les bases de loisirs régionales a déjà occasionnée de nombreuses frictions entre des associations de l’éducation populaire qui intervenaient et les autorités de tutelle régionales.

C’est maintenant au tour des centres sociaux d’entrer dans la lutte. Ces centres sociaux qui sont dans beaucoup de quartiers populaires les derniers espaces où l’on peut porter des projets collectifs pour les habitants quand il ne sont pas simplement le dernier espace où l’on peut trouver du soutien pour les galères du quotidien.

Le réseau régional des centres sociaux en Ile de France vient d’annoncer par le biais de son président qu’il ne signera pas la charte de la laïcité et des valeurs de la République qu’impose la région pour bénéficier de ses financements.

Les directeurs des centres sociaux sont donc capables de voir dans cette charte un cheval de Troie politique pour discriminer les populations des quartiers populaires au travers du prisme de l’islam. Par contre cette charte ne donne lieu a aucune prise de position des tenants de l’antiracisme en mode 2.0 pourtant toujours à l’affut d’une belle polémique sur le web mais qui sont souvent bien loin des combats pour le pain quotidien au quartier.

Pour comprendre en quoi cette charte est discriminante pour nos quartiers il faut y vivre ou y travailler. Pour comprendre comment une simple charte peut être un frein à la vie de quartier il faut avoir déjà du faire une demande de subvention à la région pour un projet sportif, culturel, éducatif ou solidaire au quartier.

Ajouté a cela que lorsque la droite montre son vrai visage de classe et raciste, un peu comme quand Macron reçoit son ami Bibi Netanyahu, les ambitieux ou les porteurs d’eau qui roulent au quartier pour la droite détournent les yeux pour pouvoir continuer à nous vendre du rêve avec leur alliance avec la droite et Macron. Des lors chacun comprendra pourquoi l’application de cette charte régionale passe comme une lettre à la poste dans le monde des militants 2.0 quand elle génère depuis presque un an déjà des combats avec la région de la part de collectif d’associations et maintenant officiellement des centres sociaux..

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :