Livre du samedi : Thomas Sankara, la liberté contre le destin / Bruno jaffré

29 Juil

La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara, rassemblés et commentés par Bruno Jaffré

Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes.

On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes qui lui étaient chers : le néocolonialisme, la libération des femmes, la lutte contre la dette, l’utilisation de la langue française, la défense de l’environnement, le mouvement des non-alignés.

Enfin, trois textes viennent mettre ces discours en perspective : une biographie de Thomas Sankara, la présentation de son projet, et la synthèse de ce qu’on sait sur son assassinat. Un ouvrage complet permettant d’avoir une connaissance approfondie de cette expérience révolutionnaire inédite et de son leader Thomas Sankara.

Les discours sont présentés par Bruno Jaffré, spécialiste de Thomas Sankara et de la révolution burkinabè. Il est notamment l’auteur de Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… (L’Harmattan, 2007) et anime l’équipe du site du site thomassankara.net.

La préface est de Ra-Sablga Seydou Ouedraogo, économiste spécialisé dans l’économie bancaire et les stratégies de développement. Il est le directeur exécutif de l’Institut de recherche indépendant Free Afrik qu’il a créé au Burkina Faso. Il est devenu pendant la transition un des leaders les plus en vue de la société civile burkinabè.

 

Entretien avec Bruno Jaffré (Libération, 24/07/2017):

Un recueil de discours, publié par Bruno Jaffré, est consacré à Thomas Sankara, ce leader qui n’aura pourtant exercé le pouvoir que quatre ans avant d’être assassiné par son plus proche compagnon, Blaise Campaoré. Retour sur un personnage hors normes, héros tragique devenu légende. Une icône dont les idées infusent encore aujourd’hui.

Thomas Sankara reste un héros des temps modernes. Une vie fulgurante, interrompue trop vite, puisqu’il meurt à 37 ans, trahi et assassiné par son frère d’armes et plus proche compagnon, Blaise Compaoré. Mais les quatre années (1983-1987) pendant lesquelles il a dirigé l’ex-Haute-Volta, rebaptisée à sa demande «Burkina Faso» («le pays des hommes intègres»), marqueront la postérité. Immortel, Sankara ? Dans sa patrie, c’est même une évidence : c’est son nom que scanderont les manifestants qui descendront dans la rue pour renverser Compaoré en 2014. Mais la légende de Sankara a vite dépassé les frontières de son pays natal : ses prises de positions sur l’aliénation de l’Afrique, les relations aux institutions internationales, la défense de l’environnement ou encore les droits des femmes restent d’actualité. Des thèmes qu’on retrouve dans le recueil de discours le plus complet à ce jour, publié par Bruno Jaffré, ingénieur de formation, considéré comme le principal biographe de Thomas Sankara qu’il a eu la chance de rencontrer, et dont il mesure l’aura historique dans une époque où les leaders charismatiques ont tendance à se faire rares.

Comment peut-on expliquer la fascination qu’exerce encore Sankara près de trente ans après sa mort, le 15 octobre 1987 ?

C’est vrai qu’il continue d’inspirer beaucoup de monde, même au-delà du Burkina Faso, beaucoup d’artistes notamment. Cette année au festival off d’Avignon, est présentée une pièce qui lui est consacrée : Sank ou la patience des morts du dramaturge burkinabé Aristide Tarnagda. Demeure aussi, bien sûr, cette relation très sentimentale qui le lie à son peuple. Sankara était un homme modeste, qui a bousculé les idées reçues, innovant dans tous les domaines, de l’économie à la culture. En ce sens, il a été le dernier dirigeant révolutionnaire de l’Afrique contemporaine. Et ce n’est pas un hasard si le seul «printemps africain» qui ait réellement débouché sur le renversement d’un dictateur ces dernières années a eu lieu au Burkina Faso en 2014. Le mot d’ordre de cette insurrection populaire, c’était «la Patrie ou la Mort», le slogan de Sankara. Pourtant, dans son pays, son nom était resté longtemps tabou après son assassinat. On interdisait la diffusion de ses images, on cachait ses discours. Mais son message s’est transmis aux générations suivantes, il est resté vivant dans la mémoire des Burkinabés et c’est cette mémoire-là qui a rejailli lors de la chute du régime Compaoré, c’est elle qui a donné la force aux manifestants de descendre en masse dans la rue et d’affronter l’armée, laquelle va finalement déguerpir. Il a inspiré les jeunes dans la rue au Burkina, mais il est aussi une légende pour une partie de la jeunesse d’autres pays d’Afrique, voire française. Son nom est connu de tous, même si on ne mesure pas toujours l’ampleur des réformes qu’il a mises en œuvre. Et puis certains de ces discours sont diffusés sur Internet. C’était un excellent orateur, un visionnaire précoce, il n’avait pourtant que 33 ans lorsqu’il prend le pouvoir.

En quoi ses idées sont encore pertinentes ?

Quand on relit son discours sur la dette, totalement improvisé en 1987 à Addis-Abeba, on y retrouve les problématiques qui s’imposent aujourd’hui à de nombreux pays européens, comme la Grèce mais aussi la France. La dette n’est-elle pas aussi un instrument de soumission ? Le discours de Sankara rejoint les arguments de ceux qui militent pour remettre en cause la légitimité de ces dettes. Sankara, lui, a en outre refusé de se soumettre au FMI, il a rejeté l’aide conditionnée à des réformes dictées de l’extérieur. Il était anti-impérialiste, sans être dogmatique. Or, la mondialisation, l’omniprésence et les diktats du FMI et de la Banque mondiale restent des enjeux du monde actuel. Par ailleurs, Sankara, très influencé par l’écologiste René Dumont, est certainement le premier dirigeant politique à avoir dénoncé les responsabilités humaines dans la dégradation de l’environnement. Mais il a eu aussi des paroles fortes sur l’émancipation des femmes, sur le refus de l’aliénation culturelle qui ne signifiait pas rejet de la culture dominante (l’usage du français en Afrique par exemple) mais la valorisation d’une double culture. Préoccupé par la dépendance de son pays sur le plan économique, il a aussi beaucoup fait pour transformer sur place le coton, principale ressource du Burkina Faso. Incitant notamment les fonctionnaires à porter le «Faso Dan Fani», cet habit traditionnel tissé par les femmes. Ce costume est d’ailleurs revenu à la mode au Burkina depuis la chute de Compaoré !

Mais il va finir assassiné… A-t-il commis des erreurs qui l’ont mis en danger ?

Sa révolution a vite été confrontée à des contradictions intérieures, les fonctionnaires lui en voulaient parfois d’avoir baissé leur salaire et de les obliger à consommer local. Il se fixait des objectifs, et il voulait aller vite. On a parfois accusé les comités locaux qu’il a créés, les CDR, d’agir comme des milices. Ce fut parfois vrai, il y a eu des débordements. Mais au départ, c’était un instrument de mobilisation de la population. Et Sankara lui-même avait critiqué ces dérives, avec beaucoup d’humour. Au fond, sa vraie faiblesse, c’était de dire la vérité et de ne pas vouloir composer. La France n’a guère apprécié qu’il appelle à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. La réussite économique de ses réformes et sa lutte contre la corruption inquiétaient les pays voisins, alliés de la France. Il s’est créé des ennemis, c’est certain.

En sait-on plus aujourd’hui sur son assassinat ?

Il reste beaucoup de questions en suspens, notamment sur le rôle des services français. La justice burkinabée a adressé une demande de commission rogatoire et souhaite avoir accès aux archives dont François Hollande avait pourtant promis l’ouverture. Depuis, ça traîne, rien ne se passe. On verra dans quelle mesure Emmanuel Macron saura se montrer plus moderne et acceptera de répondre aux questions de la justice burkinabée.

«Parler au nom de  mon peuple» «Je ne suis ni un messie ni un prophète. Je ne détiens aucune vérité. Ma seule ambition est une double aspiration : premièrement pouvoir en langage simple, celui de l’évidence et de la clarté, parler au nom de mon peuple, le peuple du Burkina Faso ; deuxièmement, parvenir à exprimer aussi, à ma manière la parole du « grand peuple des déshérités », ceux qui appartiennent à ce monde qu’on a malicieusement baptisé tiers-monde. Et dire, même si je n’arrive pas à le faire comprendre, les raisons que nous avons de nous révolter. Certes nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général, la politique d’assistance et d’aide n’a abouti qu’à nous désorganiser, à nous asservir, à nous déresponsabiliser dans notre espace économique, politique et culturel». (A l’ONU, à New York, le 4 octobre 1984).

«Le désert est à nos portes» «Chacun de nous a compris que le désert avance, que le désert est déjà à nos portes, que le désert est déjà au-dessus de nous, il ne lui reste plus qu’à s’abattre sur nous. […]. C’est donc un crime contre les générations du Burkina Faso, c’est-à-dire contre l’éternité même du Burkina Faso que de ne penser qu’à soi, c’est-à-dire tout pour soi et le désert pour les générations à venir.» (Ouagadougou, le 22 avril 1985).

Le français et «les langues des autres» «Qui pourrait par vanité et mauvaise fierté s’encombrer de tournures alambiquées pour dire en français, par exemple, les mots islam, baraka, quand la langue arabe exprime mieux que nulle autre ces réalités ? Ou bien le mot pianissimo, doucereuse expression musicale d’au-delà du Piémont ? Ou encore le mot apartheid que la richesse shakespearienne exporte d’Albion sans perfidie vers la France ? Refuser d’intégrer au français les langues des autres, c’est ériger des barrières de chauvinisme culturel» (Message envoyé au sommet de la francophonie, 17 février 1986).

L’oppression des femmes, «une terrible réalité» «Un homme si opprimé soit-il, trouve un être à opprimer : sa femme. Lorsque nous parlons de l’ignoble système de l’apartheid, c’est vers les Noirs exploités et opprimés que se tournent et notre pensée et notre émotion. Mais nous oublions hélas, la femme noire qui subit son homme.» (Ouagadougou, 8 mars 1987)

La dette «ne peut pas être remboursée «La dette sous sa forme actuelle, est une reconquête savamment organisée de l’Afrique. […]. Faisant en sorte que chacun d’entre nous devienne l’esclave financier, c’est-à-dire l’esclave tout court, de ceux qui ont eu l’opportunité, la ruse, la fourberie de placer des fonds chez nous avec l’obligation de rembourser. […]. La dette ne peut pas être remboursée parce que d’abord si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyez-en sûrs. Par contre si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyez-en sûrs également. […]. Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous n’avons pas de quoi payer.» (Discours à la tribune de l’Organisation de l’Union africaine, à Addis-Abeba, Ethiopie, 29 juillet 1987).

Maria Malagardis

 

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :