Man in Black

18 Août

Être un militant d’extrême-droite c’est toujours faire des contorsions inimaginables (pour un esprit sain) avec la réalité. La dernière en date c’est celle de ces militants américains qui sont montés au charbon pour la race blanche à Charlottesville avec des t-shit de Johnny Cash. Nul doute que l’homme en noir incarne l’Amérique blanche rurale mais de là à devenir une icône des nazis et suprémacistes blancs américains il y a un fossé que seul la distorsion constante de la réalité propre à tous les militants d’extrême-droite peut combler.

Il suffit d’écouter les partis pris du chanteur par exemple contre la prison (At Folstom prison) pour comprendre que ce gars était tout sauf un défenseur de l’ordre que promeut tout les fascistes.  
Faut il rappeler a tous ces néofascistes en recherche d’icônes que leur camp est incapable de produire un artiste tel que Johnny Cash. Après le succès de « Ring of Fire » a sortie  en 1964  « Bitter Tears: Ballads of the American Indian«  . De nombreuses radios sudistes ont censurées cet album car l’homme en noir rendait hommage aux natives américains exterminés et spoliés de leur terre par les colons européens. A l’époque où la musique country exaltait les valeur de l’Amérique éternelle cet album de Cash fut une bombe dans le politiquement correct musical de l’époque.  
Aujourd’hui sa famille est choquée par l’utilisation de l’image de Johnny Cash par les militants racistes américains. Elle a un publié  un communiqué qui rappelle qui était l’homme en noir et ce qui les séparent de tous les fafs aux USA et ailleurs. 

« Johnny Cash était un homme dont le cœur battait au rythme de l’amour et de la justice sociale. Il s’est battu pour les droits des peuples autochtones, a manifesté contre la guerre du Vietnam, a défendu les plus démunis et les droits des prisonniers. (…) Le pacifisme et le patriotisme inclusif étaient parmi ses principes les plus importants. Il serait horrifié de constater ne serait-ce qu’une simple utilisation de son nom ou de son image dans ces manifestations haineuses », écrit la famille.

« Nous ne jugeons pas les personnes selon leur race, leur couleur, leur orientation sexuelle ou leurs croyances. (…) À tous ceux qui font la promotion d’une idéologie suprémaciste et qui croient en la supériorité d’une race ou d’une religion : « nous n’avons rien à voir avec vous ». Notre père, en tant que personne, icône, symbole, n’a rien à voir avec vous. Nous demandons que le nom Cash restent très loin d’une idéologie destructive et haineuse »

Pour les militant d’extrême-droite une fois encore le retour au réel.

« We were alerted to a video of a young man in Charlottesville, a self-proclaimed neo-Nazi, spewing hatred and bile. He was wearing a t-shirt emblazoned with the name of Johnny Cash, our father. We were sickened by the association.Johnny Cash was a man whose heart beat with the rhythm of love and social justice. He received humanitarian awards from, among others, the Jewish National Fund, B’nai Brith, and the United Nations. He championed the rights of Native Americans, protested the war in Vietnam, was a voice for the poor, the struggling and the disenfranchised, and an advocate for the rights of prisoners. Along with our sister Rosanne, he was on the advisory board of an organization solely devoted to preventing gun violence among children. His pacifism and inclusive patriotism were two of his most defining characteristics. He would be horrified at even a casual use of his name or image for an idea or a cause founded in persecution and hatred. The white supremacists and neo-Nazis who marched in Charlottesville are poison in our society, and an insult to every American hero who wore a uniform to fight the Nazis in WWII. Several men in the extended Cash family were among those who served with honor.
Our dad told each of us, over and over throughout our lives, ‘Children, you can choose love or hate. I choose love.’We do not judge race, color, sexual orientation or creed. We value the capacity for love and the impulse towards kindness. We respect diversity, and cherish our shared humanity. We recognize the suffering of other human beings, and remain committed to our natural instinct for compassion and service.To any who claim supremacy over other human beings, to any who believe in racial or religious hierarchy: we are not you. Our father, as a person, icon, or symbol, is not you. We ask that the Cash name be kept far away from destructive and hateful ideology.We Choose Love.Rosanne Cash
Kathy Cash
Cindy Cash
Tara Cash
John Carter CashAugust 16, 2017‘Not one of us can rest, be happy, be at home, be at peace with ourselves, until we end hatred and division.’ Rep. John Lewis »
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :