Archive | octobre, 2017

Le Rat Luciano – Il est fou ce monde

18 Oct

 

On dit qu’il est fou ce môme, je m’en rends pas compte merde !

Parmi les ennuis et les risques restés présents voilà les consignes
Si pour toi ça représente c’est bon signe
Quand y’a rien de prévu au programme
Je donne mon point de vue
Après avoir fumé trop de grammes
Je parle de vie et de coins de rue
Et depuis le début j’en rêve l’ami
Impression de purger une détention à vie
Et encore ravi, et encore envie
De faire mieux dans le futur en restant nature
Et juste je mets le feu y’a plus qu’à prendre la température
Si tu suis le rythme respect à ton réalisme
Sur la zic faut pas que ça danse mais que ce soit du vandalisme
Peut-être bon pour l’asile, les filles vont dire il est fou ce môme
Mais votre mère c’est elle que tous les soirs
J’viens chez vous par la voix des ondes bien sûr
Et j’aime beaucoup
Libérer mon cœur, je garde la rue comme espoir
Et Dieu me tient debout
C’est le môme qu’on appelle ; Luch
Le môme qu’on connaît à peine Lire la suite

Publicités

17 octobre 1961 : « 50 ans après, je suis là »

17 Oct

 

Un film de la plasticienne Ariane Tillenon, à partir des images de la marche du cinquantenaire du 17 octobre 1961, en 2011.

Mémoires vivantes des luttes des quartiers populaires

17 Oct

Mémoires vivantes des luttes des quartiers populaires

Samedi 28 octobre 2017 à Vaulx-en-Velin (banlieue LYON)

En hommage à Wahid Hachichi, Lahouari Ben Mohamed, Thomas Claudio, Adama Traoré et TOU-TE-S les autres

Samedi 28 octobre 2017 à Vaulx-en-Velin, salle des Amphis, rue Pierre Cot, se tiendra une rencontre publique avec des acteurs et actrices des luttes historiques des quartiers populaires, ponctuée de débats et de créations artistiques.

Cette soirée, où se mêleront interventions, films, débats, spectacles, expositions, a pour but de sensibiliser les jeunes générations sur les questions de valorisation des mémoires vives et vivantes des luttes contre les discriminations et pour la justice sociale, à Vaulx-en-Velin et ailleurs depuis plus de 30 ans.

L’action est destinée à tous ceux qui veulent bien admettre que le souci de justice a d’autres exigences que le rabâchage d’idées toutes faites. Cet événement est un effort collectif de transmission d’un héritage et de maintien des valeurs, un moyen de rétablir la mémoire, de restituer l’authenticité des faits. Si les luttes et les mobilisations ont pu contribuer à supporter un traumatisme subi, après des faits de discriminations, un drame, une injustice, la perte d’un être cher, ce besoin de résilience, et la nécessité de rentrer dans un processus de réparation, porte peu à peu les victimes à ne plus être des témoins passifs, mais bien les protagonistes de leur propre histoire.

Par une approche mémorielle, nous vous invitons à un programme qui entre en résonance permanente avec l’actualité et la création : Lire la suite

Non à l’immense plan social sur les emplois aidés !

16 Oct

Avec une violence inouïe, le gouvernement vient de décider la suppression de 150 000 emplois aidés dès 2017, et 110 000 supplémentaires en 2018. Compte tenu de la fragilité des associations, beaucoup déboucheront sur des licenciements. Cet immense plan social a été décidé sans aucune concertation et dans une approche strictement comptable. Il témoigne d’une ignorance et d’un mépris de la société civile, qui semble pour le gouvernement se réduire aux start-up et aux entrepreneurs sociaux. Cette décision est catastrophique pour des dizaines, et bientôt des centaines de milliers de salarié.e.s privés d’emploi, pour des milliers de collectivités incapables d’assurer la continuité du service public, pour la survie de milliers d’associations et pour les populations aidées. C’est une atteinte grave à la dignité des personnes, à l’accès au droit, à la solidarité, aux pratiques culturelles, sportives et éducatives, au vivre ensemble.

Les associations ne se définissent pas seulement par un « modèle économique », mais par un modèle social, démocratique, humain fait d’émancipation, de respect des droits fondamentaux, d’égalité, mais aussi de coopération, de générosité. L’innovation sociale, ce n’est pas l’ubéralisation de la société, mais l’invention sans cesse renouvelée de réponses sur le terrain aux besoins des habitant.e.s et aux aspirations des citoyen.ne.s dans la fraternité. Le retour au XIXe siècle qu’on nous propose est archaïque et invivable.

C’est pourquoi les organisations et les citoyens signataires demandent :
un moratoire sur la suppression des emplois aidés en 2017-2018, c’est-à-dire de nouvelles instructions à Pôle emploi et aux services déconcentrés de l’État pour renouveler les contrats aidés sur la base des critères de début 2017, sans se limiter à des aménagements à la marge en fonction des protestations ; Lire la suite

La séance du dimanche / ROJAVA : une utopie au cœur du chaos syrien

15 Oct

ROJAVA : une utopie au coeur du chaos syrien

Lors de leur bataille contre l’organisation de l’État islamique, des Kurdes et d’autres peuples du nord de la Syrie tentent de mettre en place au Proche-Orient un projet politique original, ce qu’ils appellent le « fédéralisme démocratique ».

Ce projet est contraire au projet religieux d’une bonne partie de l’opposition syrienne, mais s’oppose aussi au projet arabe nationaliste du gouvernement syrien. Et comme si cela ne suffisait pas, ils s’opposent également à un Kurdistan indépendant. « Nous ne voulons pas un Kurdistan indépendant pour les Kurdes, mais une fédération démocratique et pluraliste pour tout le monde », disent-ils. Lire la suite

Livre du samedi : La Révolution kurde – Le PKK et la fabrique d’une utopie / Olivier GROJEAN

14 Oct

La Révolution kurde
Le PKK et la fabrique d’une utopie

Olivier GROJEAN

 

Depuis quelques années, le PKK turc et le PYD syrien sont au centre de l’attention des gauches mondiales. Certains observateurs, comme l’anthropologue David Graeber, l’historien Immanuel Wallerstein ou le linguiste Noam Chomsky les considèrent comme une des rares lueurs d’espoir dans le chaos moyen-oriental et comparent leurs expérimentations politiques à celles des zapatistes du Chiapas. En effet, ces organisations apparaissent comme un point de convergence de nombreuses luttes « nouvelles » : le combat militaire contre l’« obscurantisme » de Daech ; une forme avancée de féminisme contre le « patriarcat » islamiste et traditionaliste ; une volonté de promouvoir un « confédéralisme démocratique » postmarxiste et libertaire ; ou encore une manière renouvelée de contester le capitalisme et le culte de la croissance, au profit d’une écologie radicale.
Pourtant, le PKK et ses organisations sœurs restent Lire la suite

BILLIE BRELOK – PERTES & FRACAS

13 Oct