La séance du dimanche : la Russie dans l’objectif

5 Août

À travers l’objectif de ses photographes, un fascinant voyage au cœur d’une Russie en pleine mutation, entre mythes éternels et contradictions contemporaines.

Cette série documentaire passe au révélateur de la photographie la Russie et ses énigmes. Renommés ou prometteurs, les talentueux artistes rencontrés au fil des quatre épisodes témoignent, en argentique ou sur smartphone, des bouleversements qui agitent leur pays depuis la chute de l’URSS : division de la société, utopies d’hier et d’aujourd’hui, marginalité géographique et sociale, mythes nationaux… Des steppes infinies à l’effervescence des agglomérations urbaines, le portrait saisissant d’un géant russe aux mille visages.

En quête d’utopie

Du mythe de la Sainte Russie à l’idéal communiste, de nombreux photographes contemporains s’intéressent aux vestiges des utopies qui ont façonné l’histoire cataclysmique de leur pays. Alexander Gronsky capte ainsi, dans les zones périurbaines de Moscou, les traces du rêve envolé de prospérité collective, pendant que Danila Tkachenko détourne dans une installation artistique le révolutionnaire Quadrangle de Malevitch. De l’immensité des montagnes sibériennes aux prisons et usines déshumanisées, Alexander Kuznetsov interroge quant à lui les frontières entre oppression et liberté.

https://rutube.ru/video/3b8c7d1bb1121b52848c17a17c715e68/

 

Le pays déchiré

Véritable mosaïque ethnique étendue sur 9 000 kilomètres d’est en ouest, la Russie traverse depuis l’effondrement de l’URSS une profonde crise d’identité. Entre vestiges du communisme et capitalisme sauvage, fastes des élites urbaines et âpreté de la vie rurale, conflits extérieurs et divisions politiques intérieures, la société est plus que jamais polarisée. Ces réalités complexes peuplent les travaux de Misha Domozhilov (autour des supporters ultras), d’Oksana Yushko (sur les couples russo-ukrainiens) ou de leur aînée Victoria Ivleva. Célèbre pour avoir pénétré au cœur du réacteur 4 de Tchernobyl cinq ans après la catastrophe, elle a aussi dévoilé la violence des répressions policière

 

À la marge de l’empire

Dans ce pays aux dimensions de continent, de nombreuses provinces restent difficiles d’accès. Des neiges sibériennes, où Elena Anosova capture le quotidien millénaire d’un village coupé du monde, à Sakhaline, où Oleg Klimov documente l’impuissance des habitants face à la confiscation des ressources naturelles de l’île, l’isolement géographique s’accompagne d’une marginalité sociale et culturelle. Mais les villes charrient aussi leur lot d’exclus – volontaires ou non –, à l’image des jeunes artistes underground suivis par Igor Moukhine, ou des adolescents désœuvrés de Pskov, immortalisés par Dmitri Markov.

https://rutube.ru/video/007f820c60c578aa506cc486a4d3a9b4/

Le mythe russe

Le mystère de l’ »âme russe », popularisé par-delà les frontières du pays, ne cesse de passionner les photographes. Traquant les manifestations visuelles de la culture russe, entre icônes orthodoxes, communistes et capitalistes, ces artistes contribuent à forger un nouveau mythe à travers leurs clichés. Tandis que Valeri Nistratov s’emploie à tirer le portrait, poétique et ironique, de la femme russe, Sergueï Maximichine saisit, tel son modèle Gogol, le caractère absurde de la vie dans son pays. De son côté, Alexeï Miakichev immortalise sur pellicule la Russie éternelle, dans un village reculé de Carélie.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :