Search results for 'tintin'

Tintin au Congo à poil

10 Nov

p. 20 -train

Après Tintin au pays des Soviets en 1929-1930, la première aventure de Tintin, Hergé publie, toujours en feuilleton, la visite du petit reporter au Congo belge, propriété personnelle du roi Léopold II. Les aventures du petit blond en casque colonial, short et bandes molletière sont publiées dans Le petit Vingtième, le supplément pour la jeunesse –et pour son édification– du journal de Bruxelles Le Vingtième Siècle. Un canard ultra-catholique et réactionnaire, dirigé par l’abbé maurrassien Norbert Wallez, admirateur du fascisme italien, de la Phalange de Primo de Rivera en Espagne et de la Garde de Fer roumaine de Codreanu. Entre autres personnages, Hergé devait y croiser Léon Degrelle, le fondateur du mouvement rexiste et futur chef de la légion SS Wallonie pendant la guerre, comme en témoigne cette collaboration entre les deux hommes.

Hergé-Degrelle

Hergé s’inspire pour écrire cette histoire de toute l’ambiance de l’époque, de l’exposition coloniale de Paris de 1931 et plus généralement de ce que son milieu réactionnaire et raciste pouvait colporter sur les populations du Congo. Tout cela est bien connu, et on ne va pas revenir sur les critiques légitimes qui ont été écrites dessus. Juste attirer l’attention sur des détournements au moins aussi efficaces : en 1992, la BD Chaud Equateur, qui revient justement sur le passé plus qu’ambigu d’Hergé à travers un Milou pro-nazi (le poil ras, sans doute). À partir de 2011 de joyeux plaisantins s’amusent à reprendre l’intégralité des planches de Tintin au Congo en ne laissant au héros que ses attributs coloniaux : son Lire la suite

Fictions policières

31 Mar

Les scénaristes de la préfecture de police sont vraiment bons dès qu’il s’agit de raconter des histoires pour masquer des crimes policiers. Allumer un contre-feu médiatique pour oublier l’origine de la mobilisation: un père de famille tué par la BAC sous les yeux de sa famille.

Quand la police tue un arabe hop on crée une suspicion d’islamiste : il aurait crié « Allahou Akbar » ou il avait une barde de 3 jours, ou il fréquentait une mosquée.

Quand c’est un noir qui tombe sous les balles de la police, c’est forcément un délinquant, si ce n’est lui c’est son frère de toute façon ils se ressemblent tous.

Quand c’est un chinois nous avons donc maintenant  la jurisprudence Shaoyo Liu . Lire la suite

Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente

11 Déc

En perte de vitesse depuis de longs mois dans nos quartiers, Alain Soral a profité de son actualité judiciaire et de sa condamnation à 6.000 euros d’amende et 5.000 euros de dommages et intérêts pour menaces pour se lancer dans une opération de reconquête dans nos quartiers.
Première épisode de cette reconquête, Soral revient sur l’affaire de harcèlement, d’insultes racistes et de menaces qui l’oppose à une jeune femme noire.

soral_goy2
L’homme qui se présente comme celui que veut abattre le système a pu se tirer à très bon compte de ce procès. Soral, au bénéfice du doute, a été relaxé des principaux chefs d’inculpation car, pour le tribunal, les preuves étaient insuffisantes. Pas de constat d’huissier qui prouve que les textos negrophobes et antisémites qu’a reçus Binti émanaient de Soral. Idem pour les menaces par mails et les posts sur sa page Facebook. Soral doit une partie de sa relaxe à une enquête bâclée, à la fois par la partie civile et par le juge d’instruction. Même les nombreuses vidéos où Soral se vante de ces exploits avec Binti n’ont pas été fournies au procès. Le tribunal a donc généreusement considéré qu’en l’absence de constats d’huissiers ou policiers, les faits n’étaient pas caractérisés. Pour un homme que le système veut abattre, une telle enquête, cela laisse songeur. L’hypothèse la plus raisonnable, au regard de la carrière de Soral, c’est qu’il est un diable de confort pour le système et qu’il faut donc le maintenir en vie.

soral_naturel
Si les tribunaux ont épargné Soral, ce n’est pas le cas de la vie au quartier ou plus personne ne revendique un soutien sans faille à Soral. Si la disquette antisémite de Soral a bien été ingurgitée par certains, les travers humains et idéologiques du Lire la suite

Séance du dimanche. La dialectique peut-elle casser des briques ?

7 Fév

dialectique-affiche

La Dialectique peut-elle casser des briques ?, film réalisé par René Viénet en 1973, se réapproprie un film de karaté, Crush karaté / The Crush tourné à Hong-Kong l’année précédente par Kwang-Gee Doo et Lam Nin Tung. C’est le premier exemple de détournement intégral d’un film à travers le doublage en français des dialogues et de la voix off, qui remplace les dialogues originaux et le sujet original –un affrontement dans un village coréen entre adeptes locaux du taekwondo et oppresseurs japonais, pratiquant le karaté– recodifié en lutte entre les forces populaires auto-organisées et l’oppression bureaucratique. En toile de fond, bien sûr, l’opposition entre les mouvements révolutionnaires d’un côté, les bureaucrates des partis des syndicats constitués de l’autre, une opposition classique exacerbée par le rôle du PCF et des syndicats comme soutiens du pouvoir gaulliste en mai 68. Le film est le passage à l’écran d’une des techniques d’agitation les plus reprises du situationnisme, à savoir le détournement, conçu à la base pour subvertir le « spectacle » et le pouvoir dont il est issu. Le détournement avait été théorisé sous la forme d’un « mode d’emploi » dès 1956 par Guy Debord et Gil Wolman publié à l’époque de l’Internationale Lettriste. Le principe du détournement attaque frontalement la notion de propriété intellectuelle et d’originalité de la création (les publications de l’Internationale lettriste et de l’Internationale situationniste sont d’ailleurs libres de droit). Avec le temps c’est devenu -aussi- un truc publicitaire, voire une pratique militante paresseuse (certains, à défaut d’arguments, s’y sont même essayés pour tenter de faire passer QL pour une douteuse orga crypto-identitaire et mao-PIRisée. Encore un effort camarade(s)…).

xtravailleur

Le détournement est surtout connu pour son application postérieure dans Lire la suite

Clash Dieudonné / Soral : le téléphone pleure

23 Déc

L’enregistrement audio qui tourne sur le Net depuis quelques jours et qui met à nu la relation entre Soral et Dieudo vient confirmer ce que nous avons été nombreux à annoncer et à décrire sur le fonctionnement de ces deux entrepreneurs. Malgré leur capacité à raconter les pires âneries, droits dans leurs bottes, les deux compères vont avoir du mal à nous expliquer que c’est un coup du Mossad : « derrière chaque interlocuteur téléphonique, il y a un sioniste » ?

frères de quenelle
L’écoute de cette bande son téléphonique, où Dieudo dégoise son mépris pour Soral et sa cour, ramène l’union sacrée des deux leaders du « front de la foi » luttant contre Satan et ses légions de francs-maçons pédocriminels et ses hordes de voyous « américano-resalafisés-talmudistes » à ce quelle est concrètement : un simple slogan de vente à destination un public avide de consommer des produits dérivés de la « dissidence ».
On aurait du mal à compter les vidéos qui pullulent sur le Net dans lesquelles les deux compères plastronnent depuis 2005 en se revendiquant héritiers de la « Résistance » tout en jouant sur le registre idéologique et les codes de la kommandantur : « notre honneur s’appelle fidélité ». Les mensonges les plus énormes sont comme les quenelles, ils se dégonflent une fois à découvert.
Retour brutal au réel. « Dieudo et Soral », d’après Dieudo lui-même, n’est ni une amitié sincère, ni un compagnonnage militant. En somme pas une résistance authentique, juste un slogan publicitaire, du marketing.

dieudonné_soral_complicité
Aujourd’hui, l’union sacrée y est décrite comme un simple partenariat d’affaires, sans aucune convergence idéologique.
Alain, tes histoires d’argent finissent toujours mal. Après Cardet, c’est au tour de Dieudo de te lâcher.
On pourrait presque en rire en Lire la suite

Séance du dimanche. Léon Degrelle, la führer de vivre

29 Nov

Capture d’écran 2015-11-29 à 13.02.11

Le 29 novembre 2015, étant donné le contexte international et l’état d’urgence local, on aurait presque envie de renvoyer vers deux séances précédente :

Bitter Lake qui remonte aux racines du mal en montrant pourquoi ni la France ni personne n’a l’intention de rompre avec les monarchies réactionnaires du Golfe, comme l’a rappelé brillamment François Hollande très récemment. Certes, l’Arabie Saoudite, le Qatar et Cie sont des régimes médiévaux, ultra-réactionnaires et sanguinaires, certes, ils financent les tak-taks partout dans le monde. Mais les affaires sont les affaires.

– Pour ce qui est de la situation interne à la France, on renverra évidemment à 1984. À l’époque où nous l’avions conseillé, on accusait le gouvernement de vouloir s’en prendre aux libertés publiques avec la loi sur le renseignement. Aujourd’hui, l’état d’urgence qui promet de s’installer comme une seconde peau de ce régime montre qu’il y avait de la marge…

La Belgique se trouve également prise dans l’étau, entre des fous furieux nihilistes prêts à tirer à peu près sur n’importe qui et un État dont la seule réaction est de mettre l’armée dans la rue et, lui aussi, de supprimer les libertés publiques. Une occasion de revenir sur un moment obscur de l’histoire belge, le succès du mouvement rexiste, et de son chef, Léon Degrelle, avant la seconde guerre mondiale puis, pendant l’occupation allemande, comme principal parti collabo. Léon Degrelle, qui sert régulièrement de référence aux nazillons français, était une sorte d’histrion qui, venant du catholicisme maurrassien (il a travaillé au Vingtième siècle, journal réactionnaire qui publiait Tintin et où il a connu Hergé)  a fini officier SS dirigeant la Légion Wallonie, l’équivalent de la Division Charlemagne en France.

Degrelle-Tintin mon copain

Après l’écroulement définitif du Reich hitlérien, il a trouvé refuge en Espagne chez Franco comme pas mal de collabos français, accueillis à bras ouverts par leurs camarades phalangistes. L’Espagne franquiste, qui était restée officiellement neutre pendant la guerre, a pu servir de base arrière à l’ensemble l’extrême droite européenne, et aux pires collabos, comme le commissaire général aux affaires juives Darquier de Pellepoix, par exemple, sans que cela suscite trop de remous avec ses voisins. On rappellera par exemple que l’OAS a été inventée en Espagne au vu et au su du régime franquiste.

Le documentaire de la RTBF retrace le parcours de Degrelle depuis l’ascension de son mouvement REX, d’abord catholique ultra puis clairement pro-nazi, jusqu’à son exil doré à Málaga.

http://www.rtbf.be/video/detail_tout-ca-ne-nous-rendra-pas-le-congo?id=1058843

 

 

Séance du dimanche. Acción Mutante

22 Nov

Affiche-Accionmutante

« -Mutants, mutants, nous sommes mutants !

-En quoi croyons-nous ?

-En toi, Ramón ! »

Pas facile de programmer une séance du dimanche en cette période lourde. Sur l’instauration de l’état d’exception permanent, on peut renvoyer à une séance précédente : 1984. C’était le bon temps par rapport à maintenant: c’était juste la loi sur le renseignement. La Belgique, alors. Ben non, la Belgique a déjà été mise à l’honneur il y a peu avec les aventures de son héros colonialiste préféré en petite tenue. On attendra donc quelques temps avant d’y revenir, en espérant pouvoir le faire dans un ciel plus serein. Le problème, c’est qu’avec le couvre-feu imposé dans de plus en plus de quartiers, voire de villes entières, il va falloir trouver de quoi s’occuper pendant les longues soirées d’hiver…

Pas facile, donc, de programmer, mais on essaye quand même.

Alors voilà. Dans un futur indéterminé la société ne prend plus en compte que les personnes riches et célèbres et marginalise tous les autres. Rien à voir avec notre actualité, donc, où l’égalité domine les relations sociales et où la violence de classe n’est qu’un délire sociologique. Acción Mutante, un groupuscule réunissant des personnes laides, stupides et diformes, décide de se venger des gens beaux et riches en attaquant des représentants de la publicité, du secteur des cosmétiques, du body building : bref, tout ce qui de près ou de loin a un rapport avec la perfection du corps et de l’apparence. On compense ses frustrations comme on peut, après tout. Sous la direction de Ramon Yarritu, un leader sans scrupule, le groupe de bras cassés kidnappe la fille d’un riche industriel, José María Orujo, un multimillionnaire qui dirige l’industrie du pain complet à travers sa société Orujo S.A.

Acción Mutante, sorti en 1993 en Espagne,  est le premier film d’Alex de la Iglesia. Il navigue entre la Science Fiction de série Z, un univers de comics du même tonneau et la grosse satire pas forcément toujours très fine. Pas grave, ça peut toujours être pire…

 

Soral avait tort, et « nous » avions raison

22 Sep

Quand on dit « nous », on parle de celles et ceux qui font partie des petites nuances ne s’intégrant pas à la France que Soral estime venir (tiens, comme Sarkozy !) d’un ailleurs non historique.
Ce « nous » est constitué d’une partie conséquente de Noirs-rigolos-comme-dans-Tintin-au-Congo, d’Antillais-un peu-cons, et autres Algériens-à-l’écart-dans-la solitude-la peur-l’Islam-et-la-Sonacotra-et-dont-les-jeunes-foutaient-déjà-la-merde… Ce « nous » est composé également d’un grand nombre de femmes, et de tous ceux qui se sont fait insulter au long des œuvres soraliennes.

soral_goy2
La partie militante (politique, syndicale, associative) de ce « nous » n’a de cesse d’expliquer depuis 10 ans que Soral roule pour le FN. Pour reprendre le vocabulaire parano-soralien, Soral fait de l’entrisme dans les classes populaires comme un « vulgaire trotskiste » dans l’Éducation nationale et intrigue dans les réseaux des acteurs des quartiers populaires comme un « sataniste franc-maçon » dans les couloirs feutrés de la république.
Cela fait plus de 10 ans qu’on Lire la suite

Mourir du rire

27 Jan

On nous a passé la corde au cou. La colère nous aveugle. Elle pousse beaucoup dans le camp de ceux qui vivent de la haine et conduit d’autres à se résigner.
Les racines de cette colère sont connues et visibles : nous vivons dans un pays qui n’en finit pas d’être raciste et d’établir des distinctions et des hiérarchies entre groupes sociaux afin de protéger ses élites et leurs intérêts.

Felix Potin Clown Chocolat

Les seuls crimes reconnus et pour lesquels il est fait amende honorable sont ceux qui concernent des groupes ou des populations dont la souffrance a été actée en métropole, ce qui n’est pas le cas des Rroms par exemple. C’est avec le nazisme que les européens ont découvert le traitement colonial qu’ils avaient fait subir à quantité d’autres peuples durant des siècles, comme Lire la suite

Faux ami, vrai ennemi : Dieudonné ou Tartuffe et les racistes

23 Mai

Piqure de rappel. Article tiré du site Bastamag.

Dieudonné, ou Tartuffe et les racistes

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, l’humoriste et militant Dieudonné est un fervent supporter de l’extrême droite. Sa récente interview dans le journal Rivarol, le 11 mars dernier, permet de mieux cerner les contradictions d’un personnage toujours prêt à défendre la liberté d’expression de ses amis… et oubliant, qu’en France, antisémitisme, négationnisme et racisme ordinaire sont punis par la loi.

« Tartuffe : Personnage de théâtre faux dévot, hypocrite et profiteur. »

Dieudonné était interviewé le 11 mars dans Rivarol [1], hebdomadaire d’extrême droite fondé en 1951. Ce journal est issu du courant d’extrême droite « de la contre-révolution » et se revendique du pétainisme. Il s’est illustré à sa création par des campagnes de défense des collaborationnistes condamnés à la Libération. Dieudonné tente de nous faire croire depuis quelques années que lui et ses amis – dont un nombre conséquent de racistes et de fachos – n’ont pour seuls ennemis que les « sionistes ». Dieudonné, le patron du Théâtre de la Main d’Or, est devenu l’allié et l’ami de ceux qui luttent contre « le lobby » (sioniste), quitte à oublier les déclarations et les actes racistes que ses « amis » ont perpétré à l’encontre des Noirs et des Arabes.

Le journal dans lequel il est interviewé a été condamné par la justice en 1993 pour avoir, entre autre, comparé les Maliens vivant en France à un cancer. Ce cancer aurait été infligé par les « lobbys » qui ont la France sous leur botte ; mais, bon pour les personnes qui orbitent autour de ce journal, les Maliens, ça reste un cancer quand même. La directrice d’alors, Marie-Luce Wacquez, a été jugée coupable le 8 mars 1994 pour la publication d’une caricature raciste réalisée par Chard à l’encontre de la communauté noire. Elle n’est plus en charge du journal, mais son successeur Jérôme Bourbon revendique fièrement son héritage politique dans des émissions de radios et articles [2]. Ces informations n’ont rien de confidentiel et Dieudonné ne peut les ignorer. Tout comme il ne peut ignorer les dessins racistes de Chard, l’illustratrice du journal, qui feraient presque passer Tintin au Congo pour une œuvre de critique de la colonisation [3].

Les amis négationnistes de Dieudonné
Lire la suite