Archive | À chaud RSS feed for this section
Image

AmeriKKKa Is Still Here !

21 Août

Man in Black

18 Août

Être un militant d’extrême-droite c’est toujours faire des contorsions inimaginables (pour un esprit sain) avec la réalité. La dernière en date c’est celle de ces militants américains qui sont montés au charbon pour la race blanche à Charlottesville avec des t-shit de Johnny Cash. Nul doute que l’homme en noir incarne l’Amérique blanche rurale mais de là à devenir une icône des nazis et suprémacistes blancs américains il y a un fossé que seul la distorsion constante de la réalité propre à tous les militants d’extrême-droite peut combler.

Lire la suite

A méditer…

18 Août

“Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l’impuissance de se taire.”

Savinien Cyrano de Bergerac

Un enfermé parmi d’autres

17 Août

Lettre d’un prisonnier du G20 du 14.08.17, depuis la prison de Billwerder à Hambourg

 

Voilà près d’un mois et demi que j’ai été incarcéré, pendant le douzième sommet du G20, à Hambourg, dans une ville qui a été assiégée et prise en otage par les forces de l’ordre mais qui a aussi vu naître pour l’occasion une contestation locale et populaire assez importante.

Des dizaines de milliers de personnes, si ce n’est plus, affluant de toute l’Europe, voire de plus loin, se sont rencontrées, organisées et ont convergé, discuté, défilé ensemble pendant plusieurs jours dans un grand élan de solidarité tout en ayant conscience de pouvoir subir à tout moment la violence et la répression de la police. Un immense tribunal de police en algeco avait même été construit pour l’occasion, afin de sanctionner dans les plus brefs délais toute contestation contre ce sommet international.

Mon interpellation, comme celle de beaucoup de compagnon(ne)s, ne reposant uniquement sur la seule base de la sacro-sainte parole policière, celle d’une brigade habilitée à s’infiltrer, observer et prendre en filature « ses proies » (quarante-cinq minutes dans mon cas, pour un supposé jet de projectile…), jusqu’à ce qu’une fois isolées, il y ait la possibilité de les interpeller en leur envoyant des collègues qui interviennent rapidement, violemment, ne nous laissant aucun échappatoire.

Me voilà donc enfermé dans ces lieux primordiaux au bon fonctionnement d’un ordre social global, ces lieux servant d’outil de contrôle et de gestion de la misère, essentiels au maintien de leur « paix sociale ». La prison agissant comme une épée de Damoclès au dessus de chaque individu afin qu’il soit pétrifié à l’idée de déroger aux codes et diktat d’un ordre établi : « métro, boulot, conso, dodo », auquel aucun dominé ne devrait échapper pour ainsi s’aliéner au travail et à la vie qui va avec, être à l’heure, sans jamais broncher, et pas seulement au second tour des présidentielles, où on a exigé de nous d’être « En Marche » ou de crever, mais de préférence lentement et silencieusement. Lire la suite

Image

Je suis Ouagadougou

16 Août

Le modèle AmériKKKa

14 Août

 

Heather Heyer tuée à Charlottesville par un suprémaciste blanc

Le traitement par la presse de la manifestation de Charlottesville et la manière dont les agitateurs de droite en font le récit sont un bel exemple de la bascule idéologique à droite de « l’Occident ». Dans la presse mainstream personne ne s’émeut de voir des gens habillés comme des nazis et revendiquer la supériorité « d’une race » dans les rues des USA. Le fait qu’ils manifestent leurs opinions de suprématistes blancs en étant armés dans les rues, nous est même parfois présenté par une partie de la presse comme une réaction défensive face au chaos racial et social nord-américain. On ne compte plus le nombre de reportages complaisants fait par les médias sur les milices patriotiques nord-américaines, ou sur ces groupes de vigilants américains, symbole de « la liberté d’expression » de la plus puissante démocratie du monde.
Chaque dénonciation de la violence de ces groupes est toujours modérée par un « il est vrai que » qui reprend les poncifs de l’extrême droite sur le déclin économique des blancs américains et sur les fables de l’Amérique éternelle submergée par les latinos, les blacks et maintenant les musulmans.
Alors évidement, quand un véhicule fonce dans cortège pour tuer des manifestants antiracistes, puis recule écrasant sciemment les victimes de son passage dans foule. Dans la presse ça donne un pudique « on ne connaît pas trop les motivations du conducteur ».

Lire la suite

14 Août 2017 / Journée Mondiale pour Santiago Maldonado

13 Août

Santiago Maldonado a disparu le 1er août, alors que la gendarmerie argentine réprimait la communauté Mapuche de Cushamen, dont le Lonko, Facundo Jones Huala, est détenu depuis le 28 juin.

Santiago Maldonado, 28 ans, n’appartient à aucun parti politique ou groupe armé, ce que les médias argentins ont tendance à diffuser comme information pour mieux le dépeindre comme « terroriste » ou « séparatiste », en lien avec des groupuscules mapuches de lutte armée totalement fantasmagoriques.

Santiago est un voyageur, tatoueur, il a étudié dans la ville de La Plata et est originaire du quartier « 25 de mayo » de la capitale de Buenos-Aires.

Toujours très solidaire et curieux, il vit en voyageant et tatouant.

il s’est toujours engagé pour les questions de défense des droits des peuples mapuches, de l’environnement et contre la société capitaliste.

Le 1er août dernier, il se trouvait dans la localité de Cushamen (province du Chubut dans le Sud de l’Argentine) où il s’était rendu quelques jours avant pour se solidariser avec la communauté mapuche « pu lof » dont la zone était militarisée à cause de sa résistance vis-à-vis des acquisitions abusives des terres par Bennetton.

Avec l’excuse de vouloir disperser un supposé barrage de route qui n’a jamais eu lieu. Lire la suite