Archive | Edutainment RSS feed for this section

By Any Means Necessary

21 Fév

malcolmx

« We declare our right on this earth to be a human being, to be respected as a human being, to be given the rights of a Lire la suite

La séance du dimanche : « Les Misérables » /Ladj Ly

19 Fév

les-miserables

« Les Misérables » de LAdj Ly vient de remporter le prix CANAL+ au Festival de Clermont-Ferrand. Possibilité de le regarder encore 48h.

Sig-Sauer à la ceinture et Tonfa à la main, Pento vient d’intégrer la brigade anti-criminalité de la Seine-Saint-Denis. Au contact de ses deux coéquipiers, il développe des méthodes particulières.

Critique: « Les Misérables met en scène une équipe de la brigade anti criminalité, le temps d’une journée de violence quotidienne. C’est le baptême de feu pour Laurent, baptisé Pento par ses co-équipiers de la Brigade Anti Criminalité (BAC) de Seine-Saint-Denis (93). Le temps d’une journée  dans la cité des Bosquets à Montfermeil, Pento va s’initier à l’art de la « vraie interpel’ ». Mais le rite de passage tourne au drame. Ici, la violence commence dans la voiture de la BAC, un Lire la suite

NEFASTE – Faut que ca change

17 Fév

Nataanii Means / God Bless AmeriKKKa

16 Fév

god-bles-amerikkka

Barbès Blues au temps du couvre-feu (56) / Farid Taalba

15 Fév
imm016_15

Elma, F. Taalba

Barbès Blues au temps du couvre-feu : épisode précédent.

Comme un bélier prêt à fondre sur son adversaire, Madjid avait baissé la tête en mettant en avant ses cornes de gazelle. Puis, se ravisant en posant son regard sur les échancrures sang et or de leurs foulards que le vent faisait voleter au-dessus de leurs sourcils noir, il releva la tête pour les regarder droit dans les yeux. « Si j’entrave votre jactance, conclut Madjid toujours sur ses gardes mais pas sans ironie, je n’ai pas le choix entre la poire et le fromage comme disent les Roumis ! ». Aussi, se remémorant le récit de la légende de Tarik Ibn Ziad que cheikh Mouloud avait eu le loisir de lui rapporter, il ajouta : « Oh combattants ! Où est l’échappatoire ? La mer est derrière vous et l’ennemi est devant vous, et vous n’avez, par dieu, que la sincérité et la patience ! ». Soit. Oh, dames devineresses, le soleil ne se lève plus à l’est. Mais je le ferai de nouveau y poindre jusqu’à l’ivresse. Devant l’espérance, si je vous interprète bien, il n’y a pas de recul possible.

– Nous n’avons ainsi plus rien à t’apprendre. L’auditoire est devant toi. Mets ta main dans le feu et tu l’oublieras. Et nous, nous t’applaudirons. ».

Madjid redressa tout son corps, il ferma les yeux en inspirant et expirant régulièrement, puis, après un long moment où il sembla méditer au plus profond de lui-même, le chant jaillit calmement du fond de sa gorge ; il semblait venir de très loin et qu’il n’avait pas de fin, crépitant comme les petites brindilles qui finissent toujours par mettre le feu aux grosses bûches :

Mani oh ! Mani

Quelle chevelure as-tu là ?

La voix de Zahiya lui répondit dans son dos alors que les arbres se couchaient de douleur à l’entendre :

Frère ah ! Mon frère !

C’est soie en écheveau

A peine l’eut il entendu qu’il trembla comme une feuille. Il se mit alors à balancer doucement son corps en avant et en arrière, les muscles tendus, gagné par la transe qui commençait à l’enflammer ; et chaque note chantée qu’il reçut avait déformé son visage habité de lueurs indescriptibles. Et, à peine eut elle finit, qu’il redoubla d’ardeur dans sa tristesse pleine d’abîmes sans fond et d’inflorescences psychédéliques, hors de lui-même :

Mani Oh ! Mani !

Quels sourcils as-tu là ?

Encore plus désespérée, elle s’écria dans un long râle qui arracha les tripes de Madjid :

Frère ah ! Mon frère !

C’est tresse de brocart pur Lire la suite

Medine – Nour

10 Fév

Justice pour Adama / Concert de soutien

2 Fév

justice-adama

Adama Traoré, jeune homme de 24 ans est tué le 19 juillet 2016, le jour de son anniversaire,lors de son interpellation par les agents de la gendarmerie de Persan.
Lors de cette interpellation, alors qu’il n’oppose aucune résistance, il est maintenu au sol sous le poids de trois gendarmes qui le menottent. Il se plaint à de nombreuses reprises de ne plus pouvoir respirer et perd connaissance dans le véhicule. Une fois à la gendarmerie, il est laissé gisant au sol. Les pompiers ne parviendront pas à le réanimer. Ce sont, sans nul doute possible, les techniques d’interpellations, la clé d’étranglement et le plaquage ventral, qui l’ont tué. Des techniques ayant déjà entraîné la mort, et qui ce jour-là ont été utilisés contre lui.

La mort d’Adama s’ajoute hélas à la longue liste des victimes des Lire la suite