Archive | Edutainment RSS feed for this section

On est encore là! 30 avril/1er Mai (Clermont-Ferrand)

27 Avr

L’association d’habitants du quartier Saint-Jacques On est là ! aura l’occasion d’accueillir à Clermont-Ferrand les 30 Avril et le 1er mai le magazine de quartiers FUMIGENE et le DIP SOCIAL KLUB (93/77) un moment culturel, festif et citoyen. Ce week-end débutera le dimanche 30 Avril à 18h à l’UPP, par un débat sur les quartiers populaires avec Nora HAMIDI, journaliste, rédactrice en chef de Fumigène, Nnoman, photographe et coordinateur de la revue. Ce sera l’occasion d’inaugurer l’expo photo de Sidpics, photographe engagé du quartier Saint-Jacques. Dans la soirée, se tiendra, un micro ouvert au rai, au chaabi, au rap, aux musiques turques, congolaises et à tous les styles. Ce stand up musical sera suivi d’un concert d’électro mélangée animé par Ayam the dog, dj du Dip Social Klub. Le dimanche 1er mai, à 14h,  Dip Social Klub animera un atelier graph ouvert à tous, à la Muraille de Chine, avec les artistes clermontois de Recycl’ Art, des musiciens du quartier . Se tiendront des discussions autour de la vie du quartier et rénovation urbaine. Pour tout contact : Association On est là ! : 06 25 71 24 73

Lire la suite

Barbès Blues au temps du couvre-feu (61) / Farid Taalba

26 Avr

Barbès Blues au temps du couvre-feu / épisode précédent

 

Puis, abandonnant la pieuse direction de Aïn El Hammam, l’esprit agité et la chair brulante, Madjid plongea son regard terrorisé dans l’obscurité de la plaine. Quand il releva son chef, face à lui, il buta conte la muraille de crêtes qui lui barrait l’horizon en escortant, du massif de Gueldaman jusqu’à la mer, la rive droite de la vallée. Vertigineusement élancées, alertes et inquiétantes, leurs imposantes silhouettes dangereusement crénelées planaient au- dessus de la plaine que Madjid voyait comme un immense cimetière à ciel ouvert ; elles semblaient le surveiller dans le silence qui y régnait. Seul au milieu de la plaine, sur la rive gauche, le piton d’Akbou se tenait en sentinelle détaché de tout massif de crêtes et face à celles de Gueldaman qui lui faisait autoritairement face. Derrière lui, des glapissements de chacals suivis de hurlements le firent sursauter ; il se plut cruellement à y entendre une plainte, un appel au secours de Zahiya. N’avaient-ils pas jailli du côté où se situait son village ? Tout à coup, les parois de son esprit se tapissèrent de son image. Dans toute direction qu’il se portait, il la voyait, démultipliée sous d’impressionnistes couleurs psychédéliques. Pris de vertiges, il eut beau se ressasser qu’il perdait la tête, qu’il n’avait pas entendu les pleurs de sa bien-aimée, qu’il avait trop bu, mais ces propres larmes lui nouaient déjà des nœuds dans la gorge. Même les yeux fermés, il retrouvait toujours la multitude de son visage désespéré ; elle le frappait d’abattement et de regrets amers comme la grêle crevant les jeunes pousses d’un printemps mort-né. Il se prit la tête entre les mains et rumina sa mouscaille en hachant des mots devenus incompréhensibles même pour lui ; il suait d’alcool, son sang courait dans ses veines et, au bord de l’étouffement, il croyait, qu’à chaque souffle, il allait s’effondrer. Mais, sur sa droite, descendant la route du col de Chellata, des lueurs le surprirent et attirèrent son regard comme s’il retrouvait enfin la réalité. Dans l’obscurité, elles surlignaient les lacets en balayant les bas-côtés d’où surgissaient des arbres et des rochers saisis dans un flash d’appareil-photo. En suivant leurs mouvements, il n’osa y croire. Mais les bruits qu’il entendit aussitôt après ne lui laissèrent aucun doute. Des véhicules approchaient, il y en avait deux. « Qui, s’interrogea-t-il soudain requinqué par la peur, cela peut-il être ? Et à cette heure ?! Avec tout ce qui se passe maintenant ! ». Il mangeait des yeux les arbres et les rochers qui défilaient au fur et à mesure de la progression des véhicules. Jusqu’au moment il crut reconnaître un groupe de rochers dont il avait gardés le souvenir. Quand Madjid compris que les arbres et les rochers éclairés étaient ceux situés entre le village de Mliha et celui de Tifrit, et vu qu’il se trouvait sur un talus surplombant la route par laquelle ces véhicules ne pouvaient qu’arriver à lui, Madjid se précipita derrière lui en grimpant la pente : « Les militaires, les militaires ! ». Il tenait à peine sur ses jambes ; gêné par sa valise, il glissa plusieurs fois à terre. A quatre pattes, comme un chacal en fuite, il se cacha derrière une barrière de figuiers de Barbarie en poussant devant lui son paquetage. Quand la lumière balaya les figuiers de Barbarie, il ne put rien distinguer dans l’aveuglement des phares. Aux ronflements des moteurs, s’ajoutait un air de musique qui ressemblait à ceux qu’il avait déjà entendus avec Môh Tajouaqt, quand un jour il l’avait persuadé de le suivre dans une cave de jazz au quartier de Saint-Michel. Dans les grésillements d’un électrophone aux haut-parleurs desquels on aurait posé un mégaphone, il entendit les voix éraillée et débridée de jeunes garçons reprendre les paroles derrière le chanteur dans une langue qu’il identifia vite même s’il ne la comprenait pas : Lire la suite

Darcus Howe à Race Today : « A I see it! »

26 Avr
Darcus Howe (1943 – 2017), né à Trinidad et Tobaggo, installé à Londres depuis 1961, journaliste et homme de télévision, a été un farouche militant pour l’égalité raciale et la justice sociale, impliqué dans de multiples campagnes politiques marquées par le souci de l’auto-organisation hérité du Black Power’s Mouvement.
Dans un entretien qu’il nous a accordé en mai 1991 dans les locaux du Race Today Collective à Brixton, il revient sur plusieurs épisodes déterminants de l’histoire politique des Noirs en Grande-Bretagne, dont l’affaire des Mangrove 9 contre le harcèlement policier (Notting Hill, 1970-71), le New Cross Massacre, The Black Day of Action et l’insurrection de Brixton (1981).

Lire la suite

Festival Ciné-Palestine : bientôt la 3ème édition !

24 Avr

C8f0th1XUAA6iXi

3ème édition du #FCP : du 2 au 11 juin, à Paris et en banlieue.

Au programme : Focus « Regards croisés sur 1967 », rétrospective Mohammad Bakri, et projection en plein-air à Saint-Denis…

Inscrivez-vous à l’événement pour suivre la programmation, ou ici : http://festivalpalestine.paris/

« 600 euros » d’Adnane Tragha – projection

21 Avr

Projection samedi 29 avril à 19h30 au cinéma La Clef, 34 Rue Daubenton 75005 Paris.

 

 

 

Lire la suite

La séance du dimanche : Le Dessous des cartes / hommage à Jean Christophe Victor

16 Avr

Une édition spéciale à la mémoire de Jean-Christophe Victor (1947-2016), le créateur et présentateur du Dessous des cartes, l’émission géopolitique d’Arte.

Lire la suite

Tournoi Lamine Dieng / 16 avril

13 Avr

TOURNOI DE BASKET « LAMINE DIENG »


Glob’AllStar et Ferguson In Paris vous convient le Dimanche 16 Avril 2017 à partir de 13h00 au Tournoi de Basket Lamine Dieng.

Ce tournoi sera parrainé par le rappeur JR O’CHROME de la Sexion D’Assaut

12 associations formeront les 12 équipes qui vont s’affronter dans un 4×4 sous haute tension .VENEZ SUPPORTER VOTRE TEAM. Lire la suite