Archive | Histoire RSS feed for this section

Le Réseau Manouchian / FTP-MOI

21 Fév

affiche-rougef

Constitué et organisé entre la fin de l’année 1942 et février 1943, le réseau Manouchian fait partie du groupe de résistance des « Francs-tireurs et partisans – main-d’œuvre immigrée » (FTP-MOI). Composé de 23 communistes (dont 20 étrangers : Espagnols, Italiens, Arméniens et Juifs d’Europe centrale et de l’Est), le réseau effectue de nombreux attentats et actes de sabotages contre l’occupant nazi. Le réseau Manouchian tient son nom de son dirigeant : Missak Manouchian.

Arrêtés en novembre 1943, ses membres sont jugés lors d’un procès qui se déroule devant le tribunal militaire allemand du Grand Paris, du 17 au 21 février 1944. 22 des 23 membres du réseau (Olga Bancic, la seule femme du groupe, étant décapitée le 10 mai) sont condamnés à mort et fusillés le 21 février au fort du Mont-Valérien. Lire la suite

By Any Means Necessary

21 Fév

malcolmx

« We declare our right on this earth to be a human being, to be respected as a human being, to be given the rights of a Lire la suite

Livre du samedi : 100 portraits contre l’état policier / Cases Rebelles

18 Fév

11176066-18565831

Le livre « 100 portraits contre l’état policier » du collectif Cases rebelles vient de paraître aux éditions Syllepse.

« Ce petit travail de contre-histoire autour de portraits a été initié à l’occasion d’une commémoration en juin 2016, celle de la mort de Lamine Dieng tué par la police le 17 juin 2007. Il s’agissait pour nous d’associer dans un même espace-temps 100 victimes de la police, de la gendarmerie, de la prison, 100 victimes selon nous de la violence d’Etat.(…)Nous avons modestement essayé de faire qu’il soit un outil parmi tant d’autres pour une éducation populaire. »

« Ce que nous attendons des portraits ? Sans doute qu’ils interpellent. […] Des peintures murales politiques et culturelles chicanas ou irlandaises, en passant par le graff qui honore traditionnellement ses morts en les peignant dans la rue, le portrait des défunts réaffirme leur place et leur présence dans la communauté, leur empreinte sur elle. Il dit l’amour, le refus d’oublier et le désir de faire avec les morts. Ceci veut aussi dire, agir en conséquence. Garder vivant le souvenir de ces existences précieuses nous engage à la lutte, nous rappelle à notre devoir de vivant·es qui est de lutter pour la vérité et la justice pour celles et ceux parti·es. Lire la suite

Émission radio : Étranger en France

7 Fév

Émission radio Quartiers Libres sur l’évolution de la représentation des étrangers en France depuis la Révolution française avec l’historienne Sophie Wahnich.

La séance du dimanche : Le village des esclaves insoumis

5 Fév

village-des-esclaves-insoumis

Le Village des esclaves insoumis, d’Andreas Gutzeit (EU, 2017, 55 min)

Au coeur d’un marécage hostile situé près de la côte est des États-Unis, une captivante enquête sur les traces de ses anciens occupants, des esclaves évadés.

Dans l’est des États-Unis se trouve un territoire qui intrigue depuis toujours les chercheurs et les historiens. Le Great Dismal Swamp (« grand marais lugubre ») porte bien son nom : désormais paradis des moustiques, serpents d’eau venimeux et autres animaux nuisibles, ce vaste territoire marécageux situé entre la Virginie et la Caroline du Nord a longtemps effrayé les habitants des zones avoisinantes. Des rumeurs laissaient entendre que des esclaves évadés pouvaient y avoir trouvé refuge en raison de son isolement. Une équipe d’archéologues de l’American University de Washington mène l’enquête sur le terrain. Convaincus que ce territoire a été habité, Daniel Sayers et Becca Peixotto découvrent, sur une île, des preuves d’une ancienne présence humaine. Au fil de leurs recherches, ils mettent au jour les vestiges d’une véritable ville, ayant existé entre le XVIIe et le XIXe siècle.

Lire la suite

Livre du samedi : Héritage de ce temps / Ernst Bloch

4 Fév

22520100066110l

L’ouvrage de Ernst Bloch, « Héritage de ce temps », publié pour la première fois en 1935, est enfin édité en français. Ernst Bloch fut un opposant déterminé à l’Allemagne nazie. Après la publication de l’Héritage de ce temps en 1935, Bloch est déchu de sa nationalité allemande et contraint de quitter le Reich. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il refuse une chaire à l’université Goethe de Francfort pour une chaire à l’université Karl-Marx de Leipzig.  C’est alors qu’il commence à faire paraître Le Principe espérance qui deviendra pour nombre d’intellectuel chrétien une source d’inspiration vers le marxisme. Il restât toute sa vie un marxiste, opposé au stalinisme. En rupture avec le modèle soviétique il quittera la RDA en 1961.

Comment en est-on arrivé là ? Comment l’extrême droite a-t-elle pu arriver aux portes du pouvoir, ou s’y trouver déjà, dans toute l’Europe ? Telle est, dans sa terrible simplicité, la question stratégique, que pose le philosophe Lire la suite

Storlok – Keleier Plogoff

31 Jan

Chanson du groupe Storlok sur la guerre des Bretons contre une centrale nucléaire que les que le gouvernement voulait installer sur la Pointe du Raz, à Plogoff, dans le Finistère.

Images de 1980 d’Eric Lenoir. Seuls celles et ceux qui luttent savent !