Archive | Lu ailleurs RSS feed for this section

All power to the people (Textes et déclarations des Black Panthers)

2 Juin

all_the_powerb_prd

« organiser la rage »

Collectif angles morts

Beaucoup de choses ont été dites à propos du Black Panther Party et à la fois trop peu. L’imagerie du Black Panther Party et quelques citations brandies comme des résumés réducteurs de cette expérience ont souvent nourri des fantasmes et figé une histoire encore méconnue, une histoire violente, complexe et contradictoire dans un pays qui était alors secoué par de multiples mouvements : bataille pour les droits civiques et révoltes urbaines, mouvement contre la guerre au Vietnam, féminisme, contre-cultures, radicalisation ouvrière.

De la même manière que la vie de Malcolm X est souvent présentée comme une trajectoire de rédemption l’ayant conduit du « racisme anti-blanc » à l’internationalisme socialiste, on voit souvent esquissé un parcours similaire quand il est question des Black Panthers, qui seraient passées du nationalisme noir séparatiste au marxisme-léninisme internationaliste. En réalité, on cherchera en vain cette trajectoire linéaire.

Il serait plus juste de voir le Black Panther Party comme une synthèse en tension permanente de nationalisme noir et de socialisme révolutionnaire. Les Panthères sont donc à la fois un mouvement -d’affirmation raciale – dans un pays où la domination blanche et la ségrégation modèlent les existences – avec toutes les haines, les affects et les stratégies que cela implique, et un mouvement révolutionnaire prônant la lutte des classes et la solidarité internationale avec les peuples qui combattent le capitalisme, l’impérialisme américains et la suprématie blanche1. Le nationalisme noir – notamment à travers le mot d’ordre d’autodétermination de la « colonie noire » –, si présent dans le fameux programme en dix points du parti, restera un des piliers du Black Panther Party :

Notre principal objectif politique est la mise en place, sous l’auspice des Nations unies, d’un référendum ouvert seulement aux sujets de la colonie noire, afin que le peuple noir puisse décider de son destin en tant que nation.

Le nationalisme des Panthères est un nationalisme révolutionnaire où l’autonomie de la communauté noire signifie à la fois la rupture complète avec le système d’oppression et d’exploitation et la transformation profonde de tous les aspects de l’existence. C’est aussi en cela qu’ils s’opposent aux courants modérés et « petits-bourgeois » qui sont aux commandes des organisations du mouvement des droits civiques et qu’ils travaillent au recrutement dans les marges de l’Amérikkke, dans les ghettos, les gangs, les pénitenciers, de ceux qu’ils appellent les « frères du bloc », bloc qui désigne autant les blocs d’immeubles que les blocs cellulaires des prisons.

Prenant acte de la ségrégation raciale, sociale et spatiale, le parti des Panthères choisit les communautés comme unité de base d’organisation et d’action. Celles-ci ont toujours été définies sur une base raciale, ce qui va amener les Panthères à poser la question des alliances avec les organisations similaires dans les communautés portoricaines, chicanas, chinoises et blanches, et à mettre cette orientation en pratique.

Enfin, on assiste également à des tentatives de survalorisation de certains aspects de l’activité des Panthères au détriment d’autres. Ainsi, certains insistent sur les programmes communautaires (comme les petits déjeuners gratuits pour les écoliers) pour dépasser l’imaginaire de l’autodéfense armée, laquelle est par d’autres mise en avant comme une activité unique, sans doute du fait de la puissance des images qu’elle renvoie. Mais dans cet imaginaire et cette fascination, l’insistance sur cette dimension « militaire » ne va jamais bien loin, que ce soit en amont, en n’inscrivant pas le Black Panther Party dans une tradition d’autodéfense noire qui remonte aux temps de l’esclavage et de la ségrégation, ou en aval, car il faudrait alors notamment parler de la Black Liberation Army, du passage de l’autodéfense armée à la lutte armée qui impliqua un grand nombre de militants du Black Panther Party, qui tomberont sous les balles de la police ou sont encore aujourd’hui enfermés dans les prisons américaines. Lire la suite

Un exilé nique les contrôles

7 Août
Article paru sur le blog  Passeurs d’hospitalités ~ des exilés à Calais

UN EXILÉ NIQUE LES CONTRÔLES

Malgré tous les contrôles, un exilé est entré dans le Tunnel sous la Manche ce mardi, l’a traversé à pied, et n’a été arrêté par les Britanniques que près de l«a sortie à Folkestone.

http://www.nordlittoral.fr/faits-divers/un-migrant-atteint-l-angleterre-a-pied-par-le-tunnel-ia0b0n231587

C’est arrivé juste après que les ministres de l’intérieur français et britannique aient publié une déclaration commune disant entre autres :

« Toutes ces mesures vont dans le même sens et envoient un signal fort : nos frontières sont sûres »

http://www.lejdd.fr/International/Europe/Migrants-Paris-et-Londres-font-bloc-744906

Cet homme nous offre un rappel à la réalité, ridiculisant les rodomontades des ministres conjoints.

Cette déclaration inter-ministérielle, qui oscille entre autosatisfaction et emphase dramatique, contient d’autres perles. Par exemple :

« Pour la France comme pour le Royaume-Uni, les choses sont claires : mettre fin à cette situation est une priorité absolue. »

En politique intérieure, le chômage n’est qu’une bagatelle insignifiante, face à la perturbation que la présence de trois mille exilé-e-s à Calais cause à l’ordre du monde. En politique extérieur, la guerre en Syrie disparaît des radars devant le fardeau insupportable que représentent quelques dizaines de réfugiés syriens qui viennent passer la frontière britannique. « Les migrants, vous dis-je » répètent nos Diafoirus associés, penchés au chevet de la soixantaine de millions d’habitants de leurs pays respectifs.

L’article de Nord Littoral révèle quelques autres éléments savoureux.

La direction d’Eurotunnel, accusée de Lire la suite

Aller à la guerre en métro

13 Juil

Aller à la guerre en métro
RESISTONS ENSEMBLE / bulletin numéro 143 / juillet/août 2015

Sommaire:

– Aller à la guerre en métro
– « Le cas par cas, on n’en veut pas ! »
– [ S U R L E V I F ]
Jardins d’Éole, « T’as pas de papiers, tu bouffes pas »
– [ R I P O S T E dans les quartiers populaires ]
Ali Ziri, Lamine Dieng, Nabil Mabtoul
– [ C H R O N I Q U E D E L ’ A R B I T R A I R E ]
Lille, procès des fraudeurs du métro
Non aux agressions des  milices sionistes et fascisantes en France !
IAATA.info : « J’abdique »…
Violence ordinaire subie par les Rroms
« 6 réintégrations 0 sanction »
– [ A G I R ]
Le Bal de Reprimé-es

re143-juillet-2015

 

Lire la suite

La chasse des chibanis reprend à Asnières

11 Oct

Nous relayons un texte de Ristel Edimo pour Yabiladi, qui apporte de nouveaux éléments à ce que nous évoquions ici.

« Depuis quatre mois, les chibanis d’Asnières n’avaient plus reçu leurs pensions de retraites. Et pour cause ! Ils seraient considérés par l’administration comme étant des fraudeurs. L’Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF) est montée au créneau et après des manifestations, certains ont pu obtenir gain de cause. Mais une partie subit encore « l’injustice », estime l’ONG qui entend saisir les tribunaux.

C’est un profond sentiment de colère et de frustration qui anime, en ce moment, les vieux retraités magrébins résidant dans les foyers Adoma d’Asnières. Au nombre de 70, ils ne recevaient plus leur retraites depuis juin 2013 et selon les membres de l’ATMF, on ne leur a jamais donné les raisons. »

Lire la suite ici