Archive | Mobilisé-e-s! RSS feed for this section

Y-a-t-il de bons et de mauvais migrants ?

16 Fév

La circulaire Collomb ainsi que le projet de loi « asile-immigration » du gouvernement Philippe reposent sur une distinction entre migrants « politiques » et « économiques ». Les premiers seraient des « réfugiés » qu’il serait légitime d’accueillir (la convention de Genève de 1951 oblige la France à le faire), les seconds des migrants économiques, donc illégitimes, car la France ne peut pas accueillir « toute la misère du monde ». Le gouvernement affirme avoir une position médiane sur l’immigration et l’asile en conjuguant ce qui semble contradictoire : l’efficacité serait au service de la dignité, puisque les expulsions (« éloignement » dans le vocabulaire ministériel) des déboutés du droit d’asile et des sans-papiers ainsi que le prolongement de l’externalisation de nos frontières via l’implantation de hotspots (centre de tri) dans les pays de départ permettraient de désengorger les structures d’accueil et de traiter dignement les migrants « politiques ». On peut tout d’abord douter de l’efficacité de la circulaire Collomb qui prévoit de contrôler la situation administrative des migrants dans les centres d’hébergement d’urgence, parce qu’elle risque de faire fuir de ces centres la population qu’on veut justement contrôler, et la remettre à la rue. Mais surtout il faut interroger la distinction qu’on fait intuitivement entre migrants « politiques » et « économiques ». Lire la suite

Publicités

Nuit de la Liberté – Free Salah Hamouri

13 Fév

 

Salah Hamouri, comme vous le savez, a été arrêté en pleine nuit chez lui le 23 août dernier et placé en « détention administrative » sur ordre d’Avigdor Lieberman. Cela fait maintenant plus de 5 mois.

Une mobilisation très large dans notre pays, entrainant une multitude de femmes et d’hommes de professions, de fonctions, d’origines sociale, politique et culturelle et de parcours très différents, s’est réalisée. Grâce à elle nous sommes parvenus, petit à petit, à faire bouger les lignes.

C’est ainsi que, le 10 décembre dernier, le Président de la République a exprimé à Benjamin Netanyahou la position française sur la détention administrative, condamnée par notre pays dès lors qu’elle est abusive, systématique et viole le droit à un procès équitable. Il lui a demandé, en conséquence, « la libération de Salah Hamouri ». Emmanuel Macron a précisé par la suite que si Salah Hamouri relevait du droit israélien compte tenu de son statut de Palestinien de Jérusalem, il n’en restait pas moins un citoyen Français et que la France mettrait toute son énergie nécessaire pour que ses droits soient respectés.

Plus de 5 mois après, force est de constater que Salah est toujours en prison, qu’il a subit une mesure punitive pour avoir donné une interview à un quotidien français et que rien, aucun signe ne vient laissant penser à une libération prochaine. La haine et l’acharnement à son endroit sont manifestes et la volonté qu’il quitte sa terre natale est évidente. Lire la suite

Les organisations juives antiracistes et antisionistes, une force politique en construction ?

12 Fév

Le 13 février 2018 à Paris à 20h00, à l’invitation de l’AFPS et de l’UJFP, Rebecca Vilkormerson, dans le contexte répressif actuel, tant en Israël, qu’en Europe et aux États-Unis, présentera le point de vue de « Jewish Voice for Peace » sur la question de l’émergence d’une force juive antisioniste.

En effet, JVP, premier groupe juif des États-Unis à défier l’AIPAC et à menacer la politique israélienne – au point que l’entrée en Israël est refusée à des rabbins américains membres de JVP – est aux premières loges pour amorcer une discussion sur cette thématique. Une Voix Juive pour la Paix (JVP, Jewish Voice for Peace) est une association active au niveau local et national et qui puise son inspiration dans la tradition juive afin d’œuvrer pour la pleine égalité et la liberté pour tous les peuples en Israël/Palestine.

Sur la base des principes établis par le droit international, « Jewish Voice for Peace » (JVP) cherche à mettre fin à Lire la suite

Marche des Solidarités

2 Fév

Lire la suite

La solidarité est une arme

30 Jan

Les personnels sous-traités par la société HEMERA à l’Holiday Inn Paris-Clichy sont en grève reconductible depuis ce jeudi 19/10/2017 pour le respect de leurs droits et de leur dignité. Ils revendiquent : le respect des contrats de travail ; l’augmentation des qualifications, donc des salaires ; le respect des accords de site passés avec l’ancienne société, sur la durée du travail ; le paiement de toutes les heures travaillées ; le versement d’une prime de panier, comme pour les salarié(e)s de l’hôtel ; l’attribution d’une prime de 13e mois, égale à 1/12e du salaire annuel ; la suppression de l’abattement de 8 % sur la base des cotisations sociales.

Le pot commun pour soutenir les grévistes

 

 

Tribune d’un collectif de détenus incarcérés à la maison d’arrêt des hommes de Fleury Mérogis

25 Jan
 
Nous, prisonniers, condamnés  ou prévenus, enfermés à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis, lançons un appel contre la conquête sécuritaire qui se joue en ce moment à travers les mobilisations des surveillants de prison dans toute la France. Cet appel vise également à construire une force collective entre les détenus en lutte et à l’extérieur. Depuis plusieurs jours, des surveillants de prisons bloquent les entrées des maisons darrêt, centrales et centres de détention du territoire français. Ici, à Fleury Mérogis, l’établissement est régulièrement paralysé depuis le début de semaine par plusieurs dizaines de surveillants, empêchant les parloirs avec nos familles, parfois venus de loin, empêchant les extractions dans le cadre des procédures judiciaires (bloquant les anagements de peine), l’entrée des avocats, les cantines, les cuisines, le nettoyage et toutes les activités dédiées à la prétendue « réinsertion » Leurs revendications sont simples, ils réclament plus de moyens et plus de sécurité pour le personnel pénitencier, ce qui se traduit concrètement par un armement généralisé des surveillants, l’imposition de menottes aux détenus lors de leurs déplacements hors des cellules, et des restrictions conséquentes de nos libertés et de nos droits, pour le peu qu’il en reste. Leur mouvement fait suite à diverses manifestations supposées de violence depuis quelques temps, qui, si elles existent, ne sont que des actes isolés, bien souvent en réponse à une violence bien plus importante de l’institution carcérale et de l’État en général. Depuis une semaine, nous assistons à une surmédiatisation d’événements sporadiques et minimes sur toutes les chaînes de télévision, sur fonds d’antiterrorisme. Une insulte devient une agression, une bousculade un passage à tabac et un retard en cellule une mutinerie. Et nous voyons ainsi défiler ces mensonges sur BFM depuis le week-end dernier. Les surveillants et leur syndicat, interviewés par les médias, ont psenté la prison comme un« sanctuaire de criminels » où les détenus avaient« pris le pouvoir » dans des zones totalement abandonnées par les pouvoirs publics. Mais cette stratégie de désinformation ne s’arrête pas là et se couple à des actions bien réelles à l’encontre des détenus.

Lire la suite

Fake news… Macron nous la fait à l’envers / RÉSISTONS ENSEMBLE n°169

23 Jan

 

Voici en pdf, le no 169, janvier / février 2018, du petit journal mobile recto-verso A4 « RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques …

à bientôt.
L’équipe de rédaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/IMG/pdf/re169-janv-fev-2018.pdf

 

Fake news… Macron nous la fait à l’envers

À partir de deux actes visant des policiers (dont l’origine doit être encore éclaircie) à Champigny et à Argenteuil, tout l’appareil d’État et les médias à la botte nous inondent de larmes de crocodile sur le sort des flics. Il faudrait pleurer avec les policiers qui manifestent alors que ceux-ci ont tout pour eux : les lois sur la « légitime défense », le surarmement, et quand, par chance, une violence policière finit par arriver devant les juges, l’impunité quasi toujours assurée. Par contre, les victimes de leur violence, ces 15 personnes (en moyenne par an) qui sont tuées par leurs balles ou leurs grenades ou encore étouffées sous leurs coups, celles dont les yeux sont crevés par leurs tirs de flashballs, personne n’en parle, leur voix et celle de leur famille sont réduites au silence.
Alors, n’est-ce pas là une « fake news » de la pire espèce ? Pourtant elle est officielle, elle a même été créée par l’État.
En bon communiquant ,Macron veut nous la faire à l’envers. En annonçant sa loi contre les fake news, il veut se faire passer pour un vertueux champion du combat contre le mensonge alors qu’il est le premier producteur français de fake news . Comme si la loi de 1881 sur la presse, qui réprime diffamations et calomnies, ne suffisait pas, Macron monte une start up qui aura la tâche de dire officiellement ce qu’est la vérité. Bien entendu, le pouvoir nous jure qu’il n’y aura pas de censure,en réalité, il transforme la censure en produit marketing en nous la vendant sous la forme d’une lutte contre les fake news qui se diffusent sur internet.
Alors rappelons-nous la loi sur le fichage ADN de 1998 dont le pouvoir a d’abord prétendu qu’elle ne viserait que les pédophiles. On l’a ensuite élargie, touche par touche, jusqu’à ce qu’ en 2015 le ficher ADN compte pas moins de 2 700 000 fichés. Aujourd’hui un contrôle d’identité, une manif, une occupation d’usine ou un squat suffisent pour se faire ficher. Le refus du prélèvement ADN est puni d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.
La loi sur les fake news aura la même carrière. Macron a déjà préparé le terrain en décembre avec ses attaques contre les médias publics. La censure officielle réprimera ce qui nous reste encore de libertés, sa puanteur finira par nous asphyxier. Alors, ne cédons pas à l’attrait du marketing macroniste, aucune confiance à cette nouvelle entreprise de la start-up Macron. Lire la suite