Archive | Vu du quartier RSS feed for this section

Poings Levés Tetes Hautes / Week-End Muhammad Ali

8 Sep

Le week-end du 6 au 8 octobre sera réalisée une fresque géante de Muhammad Ali sur le plateau d’évolution Jean-Jacques Rousseau à Ivry sur Seine.
Venez partager ce moment avec l’ensemble des associations organisatrices de l’événement sur le plateau situé au 40 rue Jean-Jacques Rousseau.
Ateliers d’initiations à Lire la suite

Publicités
Image

30 ans de Lutte pour l’Égalité / Des années immigrées…aux Années banlieues

7 Sep

expo-a4-page0

Émission radio Quartiers Libres : La France Périphérique

5 Sep

 

 

Mémoire et Futur des Banlieues

4 Sep

affiche-a3-theatre-page0

 

 

C’est normal

26 Août

Brigitte Fontaine et Areski Belkacem posaient en 1973 ce son dont les paroles ironiques sont un  réquisitoire moral implacable de notre monde régit par les lois du marché, des actionnaires et du fric tout puissant.

Leur texte s’en prend aussi à la passivité de celles et ceux qui par lâcheté, bêtise ou cupidité s’y complaisent.

En ce triste jour anniversaire du 26 août 2005 où périssaient 17 personnes boulevard Auriol à Paris et quelques semaines après l’incendie de la tour Grenfell à Londres , sans compter les habitations de fortune des Roms ou des Réfugiés qui partent régulièrement en fumée.

Lire la suite

Pour Ceux

25 Août

Pour ceux et celles qui veulent nous faire croire que les quartiers populaires c’était mieux avant,  quand la classe ouvrière française étaient moins basanée et colorée!

Pour ceux, qui bougent, pas pour ceux qui s’chient d’ssus
Qui s’tapent, même quand les plus grands s’font marcher d’ssus Lire la suite

La mesquinerie, c’est un truc de pauvres

5 Août

Quand un gouvernement fait des milliards de cadeau aux plus riches, il est logique que ses élus te racontent qu’on n’est pas à 5 euros près.
Quelque part, ils n’ont pas tort. Si on regarde les lois qui sont passées et qui ont consisté à piquer dans les caisses communes des milliards pour les offrir aux riches sans qui rien n’est possible en ce bas monde. Dit comme ça c’est caricatural, mais c’est limite moins grotesque que le vol de ce qui appartenait à la collectivité. Des installations électriques aux moyens de communication en passant par la santé, les transports et bientôt l’éducation. Tout a été mis en place par l’État avec le fric des impôts. Sans cela, pas certains que les classes dominantes aient investit dans quoi que ce soit qui permette de faire vivre la France de manière décente.
Si on compte toutes les privatisations, c’est-à-dire brader à des actionnaires un pan entier de l’économie du pays afin qu’il fasse des plus-values monstrueuses tout en détériorant la qualité des prestations et pourrissant les conditions de travail de ses employés, on se rend compte que les 5 misérables euros ce n’est rien. Une molécule de pognon dans un océan de flouse.

Lire la suite