Image

Je suis Ouagadougou

16 Août

Original Tonio – Foyer de révolte

15 Août

Le modèle AmériKKKa

14 Août

 

Heather Heyer tuée à Charlottesville par un suprémaciste blanc

Le traitement par la presse de la manifestation de Charlottesville et la manière dont les agitateurs de droite en font le récit sont un bel exemple de la bascule idéologique à droite de « l’Occident ». Dans la presse mainstream personne ne s’émeut de voir des gens habillés comme des nazis et revendiquer la supériorité « d’une race » dans les rues des USA. Le fait qu’ils manifestent leurs opinions de suprématistes blancs en étant armés dans les rues, nous est même parfois présenté par une partie de la presse comme une réaction défensive face au chaos racial et social nord-américain. On ne compte plus le nombre de reportages complaisants fait par les médias sur les milices patriotiques nord-américaines, ou sur ces groupes de vigilants américains, symbole de « la liberté d’expression » de la plus puissante démocratie du monde.
Chaque dénonciation de la violence de ces groupes est toujours modérée par un « il est vrai que » qui reprend les poncifs de l’extrême droite sur le déclin économique des blancs américains et sur les fables de l’Amérique éternelle submergée par les latinos, les blacks et maintenant les musulmans.
Alors évidement, quand un véhicule fonce dans cortège pour tuer des manifestants antiracistes, puis recule écrasant sciemment les victimes de son passage dans foule. Dans la presse ça donne un pudique « on ne connaît pas trop les motivations du conducteur ».

Lire la suite

14 Août 2017 / Journée Mondiale pour Santiago Maldonado

13 Août

Santiago Maldonado a disparu le 1er août, alors que la gendarmerie argentine réprimait la communauté Mapuche de Cushamen, dont le Lonko, Facundo Jones Huala, est détenu depuis le 28 juin.

Santiago Maldonado, 28 ans, n’appartient à aucun parti politique ou groupe armé, ce que les médias argentins ont tendance à diffuser comme information pour mieux le dépeindre comme « terroriste » ou « séparatiste », en lien avec des groupuscules mapuches de lutte armée totalement fantasmagoriques.

Santiago est un voyageur, tatoueur, il a étudié dans la ville de La Plata et est originaire du quartier « 25 de mayo » de la capitale de Buenos-Aires.

Toujours très solidaire et curieux, il vit en voyageant et tatouant.

il s’est toujours engagé pour les questions de défense des droits des peuples mapuches, de l’environnement et contre la société capitaliste.

Le 1er août dernier, il se trouvait dans la localité de Cushamen (province du Chubut dans le Sud de l’Argentine) où il s’était rendu quelques jours avant pour se solidariser avec la communauté mapuche « pu lof » dont la zone était militarisée à cause de sa résistance vis-à-vis des acquisitions abusives des terres par Bennetton.

Avec l’excuse de vouloir disperser un supposé barrage de route qui n’a jamais eu lieu. Lire la suite

La séance du dimanche : Lénine, une autre histoire de la révolution russe

13 Août

En faisant revivre pas à pas la, ou plutôt les révolutions de 1917, de février à octobre, ce documentaire tissé d’archives exceptionnelles montre un Lénine ballotté par la puissance des événements, bien loin de sa légende.

Le 23 février 1917 (8 mars dans le calendrier grégorien), à Petrograd, capitale de l’Empire russe, c’est une manifestation féminine qui amorce la chute du régime. Au lendemain de grandes grèves ouvrières, l’annonce de rationnements supplémentaires dus à la guerre, mais aussi à l’incurie des autorités, jette dans la rue les femmes des faubourgs, qui, au terme d’une marche de six kilomètres, fusionnent avec un convoi de suffragettes réclamant le droit de vote dans une atmosphère de « jour de fête« . Le lendemain, 24 février, des masses d’ouvriers en grève chantant « la Marseillaise » envahissent le centre-ville en passant sur la Neva gelée. C’est le début d’une insurrection populaire qui Lire la suite

Livre du samedi : Un monde défait / Bernard PUDAL

12 Août

Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours / Bernard Pudal

Plutôt qu’une nouvelle description du déclin du PCF, cet ouvrage présente des études visant à restituer les logiques multiples, endogènes et exogènes, qui peuvent rendre compte de l’histoire du PCF dans le dernier demi-siècle. Institution politique dont la vision du monde stalinienne est profondément mise en cause après 1956, le PCF procède à un double aggiornamento, intellectuel et stratégique, que la rupture de l’Union de la gauche en 1977 vient briser. Lire la suite

Marx en crampons

11 Août

Marx en crampons

Neymar ou comment la finance jongle dangereusement avec le ballon rond

 
Comme souvent, en France, on nous présente les histoires d’argent comme une simple question « morale » ce qui permet de d’articuler à nos dépend une fois encore classe et race. La première question posée par les médias est la suivante : est-ce que c’est bien qu’un simple sportif soit aussi bien payé que Neymar ? Derrière cette question patente, il y en a une latente. Est-ce qu’un gars comme Neymar d’origine populaire et juste bon avec ses pieds mérite autant ? Et que dire de son père ? Evidemment cette question n’est jamais posée pour le fils d’un grand patron comme Lagardère ou consort.
Après tout, Neymar n’est pas français, n’a pas fait de grandes études et n’a pas d’ancêtres gaulois.
Il a le bon goût de ne pas être musulman, mais ses richissimes patrons le sont. La richesse des Qataris permet de poser aux médias français libres et indépendants de tout patron, la deuxième question : est-ce bien raisonnable de dépenser autant de la part de princes arabes ? Ce qui finit par déboucher sur la question du bon usage de l’argent des monarchies musulmanes. N’est-il pas scandaleux de faire autant n’importe quoi en période crise et s’attaquer au patrimoine français entre folie dépensière dans le foot et soutien aux djihadistes ? 
Bref, comme toujours pour certains l’argent n’a pas d’odeur, pour d’autres c’est l’inverse (pour Soral c’est une fois de plus une histoire de feujs).