La séance du dimanche : L’éxpérience

23 Avr

dasexperiment

Dans le cadre d’une étude comportementale, vingt hommes sont sélectionnés pour une expérience. Huit d’entre eux acquièrent la fonction de gardiens de prison et douze celle de prisonniers. Les prisonniers se voient attribuer des numéros qui remplacent leur nom durant l’expérience. Personne ne peut, dans la prison, appeler un prisonnier par son nom, les prisonniers doivent se parler avec leur numéro. Pendant deux semaines, les expérimentateurs étudient les comportements à l’aide de caméras de sécurité.

En quelques heures, les « gardiens » se mettent à prendre leur rôle trop au sérieux, en particulier Berus, devenant sadiques, et les prisonniers se sentent pris au piège. L’un d’entre eux, Tarek, s’oppose aux gardiens lorsque leur comportement lui paraît injustifié, ce qui lui octroit un statut de rebel. Un autre est colonel dans l’armée de l’air, un homme calme et froid qui essaie d’observer ce qui se passe. Lire la suite

Le livre du samedi : Un monde en pièces – webcomic

22 Avr

Des-qui-tournent

Un Monde en Pièces est une saga de science-fiction politique qui transpose l’actualité sur un gigantesque plateau d’échecs. Se déroulant sur plusieurs tomes, il se pose entre intrigue politique, chasse à l’homme, histoire d’amour et montée du totalitarisme. Un ton emprunté au roman noir, servi par un graphisme en noir et blanc de circonstance.


Synopsis :

Bienvenue sur le Plateau. À New-Ébène, capitale du royaume des Sombres, chaque pièce est à sa place : le Roi trône dans son palais, les Tours gèrent les finances, les Cavaliers assurent l’ordre et les Pions, petites mains du royaume, travaillent dur pour atteindre une Promotion censée les arracher à leur condition. Tandis que tous implorent le Joueur, dieu qui doit les déplacer un jour, les Fous multiplient les actions de déstabilisation pour instaurer le Hasard sur le Plateau. En marge de cette agitation, chaque nuit, des embarcations de fortunes déchargent leur cargaison de misère humaine : ce sont les immigrées du Jeu de Dames, qui fuient leur monde ravagé par la guerre. Lire la suite

« 600 euros » d’Adnane Tragha – projection

21 Avr

Projection samedi 29 avril à 19h30 au cinéma La Clef, 34 Rue Daubenton 75005 Paris.

 

 

 

Lire la suite

Refuser l’humiliation / أحمد أبو الطيب المتنبّي

20 Avr

karama

Va quérir la dignité en enfer s’il le faut ! Et refuse l’humiliation, même au paradis.

Ahmad Abu al-Tayyib al-Mutanabbi
(915-965)

 

Fuck The Police x10 / Boosie BadAzz

19 Avr

Oumou Sangaré – Yere Faga ft. Tony Allen

18 Avr

Bagui Traoré : Nouvelle figure du prisonnier politique

17 Avr

Meeting : BAGUI TRAORÉ, nouvelle figure du Prisonnier Politique

– frère d’ADAMA TRAORÉ –

Organisé par La vérité pour Adama

 

Le 17 novembre se tenait le conseil municipal de la ville de Beaumont-sur-Oise. Mme Nathalie Groux voulait alors inscrire à l’ordre du jour la prise en charge par la municipalité de ses frais judiciaires ainsi que de sa protection personnelle, car elle voulait porter plainte contre Assa Traoré pour diffamation. Les habitants de Boyenval et la famille Traoré ont voulu assister à ce conseil. À l’entrée de la mairie, ils sont accueillis par une cinquantaine de policiers municipaux et de gendarmes. L’entrée leur est bloquée et ils doivent subir des violences de la part des forces de l’ordre. Le conseil est alors annulé et ajourné. Le soir même, le quartier de Boyenval subit une expédition punitive. Cette expédition n’était rien d’autre que les représailles de la gendarmerie contre les habitants venus assister au conseil.

Bagui Traoré et son frère Youssouf vont ensuite être arrêtés 5 jours plus tard, soit le matin du second conseil municipal ajourné au 22 novembre. Ils sont accusés d’« outrage », de « violences » et de « menaces de mort » à l’encontre d’agents de la police municipale. Après un procès de 11 heures, nos frères, fils et amis Youssouf et Bagui Traoré ont été déclarés coupables des faits qui leur étaient reprochés, alors qu’aucune preuve formelle n’a pu être apportée et malgré les aveux de faux témoignages des parties plaignantes. Youssouf a été condamné à 3 mois de prison aménageables. Bagui a quant à lui été condamné à 8 mois d’emprisonnement avec maintien en détention et deux ans d’interdiction de se trouver à Beaumont-sur-Oise. Ils doivent également dédommager les policiers, pour un total de 7 400 euros. À la suite de cette condamnation, Bagui doit aussi exécuter une peine de prison de 9 mois supplémentaires, un sursis qui date de 2010.
Le procès en appel de Bagui Traoré aura lieu le 25 avril 2017. Lire la suite