Tag Archives: covers

Black Mirror Selekta #11 : Tribute To Candi Staton !

15 Jan

Candi Staton SLKT copie.jpg

Black Mirror, l’émission hip-hop rappelle via encore une selekta que la zik fait partie de notre histoire !  Bijous sonores de Samples & Covers et selekta des « Fame Years » consacrés à la diva Candi Staton au menu cette semaine, en deux parties, soit plus de deux heures de kif ! Bonne écoute !

N’ayons pas peur de le dire : avant son malheureux virage disco en 1974 qui verra sa voix délicieusement brisée ensevelie sous les orchestrations kitsch et la froideur mécanique d’une musique qui n’aurait jamais dû voir le jour, Candi Staton est notre chanteuse préférée.

Né en Alabama dans les années 1940, c’est comme tant d’autres dans une église du Sud que se forge l’intensité de son expression, au sein d’une formation gospel du crû. Mariée très jeune à un mari jaloux et violent – comme sa daronne qu’elle avait suivie à Cleveland pour échapper au tyran domestique qui les martyrisait –, mère de quatre enfants, rien ne la destinait alors à mener la carrière qu’elle a eu. Mais un beau soir de la fin des 60’s, dans un club de Birmingham où elle participe pour rigoler à un concours de chant, elle tape dans l’œil du grand soul singer Clarence Carter qui, outre la demander plus tard en mariage, va l’introduire dans l’écurie Fame Records, lui offrant l’opportunité d’enregistrer, de 1969 à 1973, la quintessence du son soul des studios sudistes Muscle Shoals, des dizaines d’immenses chansons, parmi les plus belles qu’il soit donner d’entendre à nos oreilles tristement humaines.
On en offrira une sélection la semaine prochaine mais, pour ne pas trahir une vieille habitude, on commence par entrer dans cette œuvre inestimable en passant par les samples, finalement assez rares, et les reprises, le plus souvent merveilleuses.
Dans les années 1980, elle reviendra finalement à ses amours gospel pour des albums chiants, polis et compassés. Plus récemment, elle a profité du revival soul (qu’on évoquait pour nos sélections consacrées à Sharon Jones et Charles Bradley) pour sortir des albums plus écoutables, mais auxquels il manque néanmoins la magie déchirante de ses plaintes juvéniles.

Cette Candi Staton n’est plus, mais la musique reste et continue de nous sauver régulièrement la vie.  

Tracklist 1 :
01. Candi Staton – Too Hurt To Cry
02. Madlib – Tape Hiss (Dirty)
03. Candi Staton – Clean Up America
04. Trife Diesel – World Today
05. Elvis Presley – In The Ghetto (Take 2-1)
06. Candi Staton –  In The Ghetto
07. Three Six Mafia – In the Ghetto
08. D.A. Smart – Ghetto
09. Clarence Carter – I’m Just a Prisoner (Of Your Lovin’)
10. Candi Staton – I’m Just A Prisoner
11. Wisemen – Blinded
12. Candi Staton – I’m Gonna Hold On (To What I Got This Time)
13. O.V. Wright – That’s How Strong
14. Otis Redding – That’s How Strong My Love Is
15. Candi Staton – That’s How Strong My Love Is
16. Harlan Howard – She Called Me Baby
17. Ella Washington – He Called Me Baby
18. Elvis Presley – Suspicious Minds
19. Candi Staton – Suspicious Mind
20. Ugly Heroes – Good Things Die feat. Murs
21. Dee Dee Warwick – Suspicious Minds
22. Candi Staton – Music Speaks Louder Than Words
23. Skinnyman – Music Speaks Louder Than Words Music Video
24. Tammy Wynette – Stand By Your Man
25. Candi Staton – Stand By Your Man
26. Dolly Parton – Jolene
27. Candi Staton – Jolene
28. Cappadonna – Young Hearts
29. Candi Staton – Young Hearts Run Free

CANDI SLKT 2.JPG


Lire la suite

Publicités

Black Mirror Selekta #10 : Tribute To Sharon Jones !

8 Jan

Sharon Jones Covers

Black Mirror, l’émission hip-hop rappelle via encore une selekta que la zik fait partie de notre histoire !  Bijoux originaux et Samples & Covers d’une reine de la Soul cette semaine. Bonne écoute !


La soul music sauve de tout. Sharon Jones aurait pu passer toute sa vie comme matonne ou vigile de convois de fonds si elle n’avait pas été habitée depuis toujours par la musique de l’âme, apprise dans les églises du Sud où elle était née et avait poussé, comme son idole de toujours, le godfather James Brown. Un culte qui la rapprochait de son copain Charles Bradley, à qui nous rendions hommage la semaine dernière, et qu’elle avait précédé de quelques mois là où les fardeaux ne pèsent plus.

C’est elle qui avait déjà montré la voie du revivalisme soul en devenant l’égérie du label Daptone et la taulière du groupe maison The Dapkings, lesquels assuraient aussi l’orchestre pour Bradley, Lee Fields l’autre phénix du label, ou encore Amy Winehouse sur son succès mondial Back To Black qui cartonna injustement en profitant de la brèche ouverte par celle qui, selon ses propres dires, était sans doute « trop petite, trop grosse, trop noire et trop vieille » pour devenir une vraie star.

Si ses disques sont parfois trop lisses, si elle en fait parfois des caisses inutiles en studio, c’est en live que s’épanouissaient sa puissance et son magnétisme, son énergie de survivante, l’évidence qu’elle était faite pour chanter des peines et des joies multiséculaires. Il y a malgré tout des instants de pure magie dans les nombreux albums qu’elle livra sur le tard, les premiers notamment, où l’urgence de vivre enfin ses rêves de gamine sudiste perce encore sous le vernis poli d’orchestrations souvent trop calquées sur un âge d’or lointain.

Comme pour Bradley, c’est par les samples et les reprises qu’on part cette semaine à la rencontre de cette diva au destin d’exception, emportée trop tôt par une saloperie de crabe qui refusait de la lâcher malgré l’ardeur qu’elle mettait à l’affronter, remontant sur scène jusqu’au bout parce que c’était là sa vraie place.

Et la playlist ou le mix en bonus, accompagné du trailer consacré à la diva, à télécharger ici !

Tracklist :
01. Sharon Jones – This Land Is Your Land
02. Delinquent Habits – California (feat. Sen Dog)

03. Reef The Lost Cause – I Aint No Rapper
04. Woodie Guthrie – This Land Is Your Land
05. Knxwledge – Timboots
06. Sharon Jones – How Long Do I Have To Wait For You
07. Earl Sweatshirt – Brand New
08. Sharon Jones – The Dap Dip
09. Rhymefest Ft. Kanye West – Brand New
10. Sharon Jones – Pick It Up, Lay It In The Cut
11. Shuggie Otis – Inspiration Information
12. Sharon Jones – Inspiration Information
13. La Fine Equipe – Bouballe
14. Sharon Jones – How Long Do I Have To Wait For You
15. Betty Lavette – What Condition My Condition Is In
16. Sharon Jones – I Just Dropped In…
17. Jerry Lee Lewis – Just Dropped In
18. Sharon Jones –  I’m Not Gonna Cry
19. AG Da COroner – Not Gonna Cry
20. The Royals – Every Beat Of My Heart
21. Glady’s Knight & The Pips –  Every Beat Of My Heart
22. Sharon Jones – Every Beat Of My Heart (Live On KEXP)
23. Sharon Jones – Giving Up (Glady’s Knight Cover)
24. DAD – No Pasaran
25. Sharon Jones –  Goldfinger
26. The Rolling Stones – Wild Horses (Acoustic Version)
27. Sharon Jones – Wild Horses
28. Solange – 6 O’Clock Blues
29. Sharon Jones – Longer And Stronger
30. Sharon Jones – What Have You Done For Me Lately
31. Janet Jackson – What Have You Done For Me Lately
32. Prince – Take Me With U
33. Hoodlum Priest- Crime Inc.
34. Sharon Jones – Take Me With You

Une émission de la radio ariégoise La Locale.

BCK MIR STICKER last
Black Mirror, émission hip-hop

Les selekta des camarades de Black Mirror déjà partagées ici :
#9– Tribute To Charles Bradley !
#8
– Barbara & The Browns
#7 – Tribute To Prodigy
#6
Al Green Resampled – triple selekta !
#5
O.V. Wright Selekta
#4
Message To The Soul Sisters ! Songs Of The Funky Divas
#3
Seize The Time ! Black Panther Party Songs
#2
Give The People What They Want ! Motivation Soul Music
#1
Pilote Black Mirror Selekta – Soul, Funk, Early Reggae

Black Mirror Selekta #9 : Tribute To Charles Bradley !

1 Jan

Tribute to Charles Bradley - Covers & Samples

Black Mirror, l’émission hip-hop partage avec nous une selekta par semaine, parce que la zik fait partie de notre histoire ! Du lourd pour commencer l’année comme il se doit !
Bonne écoute !


Le grand Charles Bradley est mort à l’aube de ses soixante-dix ans le 23 septembre 2017, alors que la reconnaissance qui était due à son charisme et à sa voix déchirante ne lui avait été donnée qu’en 2011, à la sortie de son premier et splendide album « No Time For Dreaming ». Il a pourtant chanté tout au long de son âpre existence, mais sans jamais parvenir à en vivre, cantonné au rang d’imitateur doué d’un James Brown qu’il révérait depuis qu’il l’avait vu à l’Apollo en 1962.

Errance, petits boulots, drames, alcool, c’est ce parcours de bas-fonds qui malheureusement donne sans doute à sa musique son sombre magnétisme. C’est au label new-yorkais Daptone, cheville ouvrière du revival soul de ces dernières années (avec notamment la regrettée Sharon Jones et le fringant Lee Fields) qu’on doit d’avoir pu rencontrer cette voix avant qu’elle ne s’éteigne. Il n’aura laissé que trois albums, qu’on vous file ici (chut !).

Alors, plutôt que de faire une sélection de nos morceaux préférés (on vous laisse le soin de trier par vous-même), on a décidé de lui rendre hommage à notre manière, en circulant dans les samples que lui ont emprunté quelques belles figures du rap, bien-sûr, mais aussi en donnant à entendre les originaux de certaines de ses reprises inspirées, auxquels il insuffle ce qu’il portait comme nul autre : la soul.

Que la Terre lui soit légère.


Et la playlist ou l’émission en bonus, à télécharger ici, agrémenté de quelques surprises !
Une émission de la radio ariégoise La Locale.
Lire la suite