Procès : nos quartiers ne sont pas des stands de tirs !

22 Oct

collectif 8 juillet.jpg

Le collectif du 8 Juillet nous invite à être présents au  » procès des policiers qui nous ont tirés dessus le 8/07/2009 » qui aura lieu du 21 au 25 novembre prochain à Bobigny.

La police nous a tiré dessus au flashball le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil, alors que nous étions nombreux à manifester suite à l’expulsion de «La Clinique», un lieu d’organisation ouvert sur la ville. Parmi les six personnes blessées, cinq ont été touchées au dessus de l’épaule, précisément là où la police n’est pas autorisée à viser. L’un d’entre nous a perdu un oeil. Fait peu ordinaire, 7 ans plus tard, trois policiers vont finalement être jugés au Tribunal de Bobigny, du 21 au 25 novembre prochain.

La suite du texte ici.

creve12.jpg

Appel à dons et à soutien en ligne.


« Dans notre histoire, si la vérité n’apparaît pas dans les témoignages des policiers, elle ressort, banale et répugnante, au détour d’une communication radio entre policiers, enregistrée et portée au dossier. En se rendant sur les lieux, l’un des policiers dit : «On arrive sur le stand de tir.» Il faut se répéter deux fois cette phrase pour y croire et mesurer sa violence au regard des actes qui l’ont accompagnée. «On arrive sur le stand de tir.» Ces quelques mots révèlent l’état d’esprit dans lequel étaient les policiers le soir du 8 juillet, quand ils nous ont tiré dessus au flash-ball. A quoi font-ils référence ? A une séance d’entraînement, à un concours sportif, à un jeu de fête foraine ? Tout cela à la fois, sûrement. Qu’étions-nous pour les policiers qui nous ont tiré dessus ? Des silhouettes en carton ? Sauf que les cibles n’étaient pas dessinées sur nos torses mais sur nos visages. Le gagnant du soir partait favori. Le policier qui a éborgné Joachim était champion de France de tir. En plein dans le mille. Le procès qui s’annonce touche, lui aussi, en plein dans le mille. Il aura lieu en Seine-Saint-Denis, au tribunal de grande instance de Bobigny. Il nous permettra de mettre en lumière les violences policières dans les quartiers populaires, ainsi que le silence et le déni de justice qui les entourent. Il nous permettra aussi de faire le procès du flash-ball, et de toutes les nouvelles armes dont la police se dote pour frapper, blesser, mutiler les corps. »

Extrait d’un tribune publiée par le Collectif huit juillet dans Libération.

2 Réponses to “Procès : nos quartiers ne sont pas des stands de tirs !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. | Quartiers libres - 27 octobre 2016

    […] Le raisonnement se tient… sauf que l’hypothèse sur laquelle il se base est que la majorité des policiers aurait été forcée par des décisions politiques à se comporter comme des gros dégoûtants tout au long de leur carrière, en marchant sur la tête des plus faibles, en gazant, mutilant les manifestants contre la loi « travaille ! » et en tuant régulièrement dans nos quartiers populaires. […]

  2. Flics dans la rue. La percutante réponse à l’insoumis Mélenchon… La vidéo de la rupture ! – Anti-K - 30 octobre 2016

    […] tête des plus faibles, en gazant, mutilant les manifestants contre la loi « travaille ! » et en tuant régulièrement dans nos quartiers populaires. Cliquer ici Point de vue :  de l’urgence de s’émanciper de toute allégeance à […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :