Archive | Toujours là! RSS feed for this section

Wu-Tang Clan – People Say ft. Redman

15 Fév

Publicités

Nuit de la Liberté – Free Salah Hamouri

13 Fév

 

Salah Hamouri, comme vous le savez, a été arrêté en pleine nuit chez lui le 23 août dernier et placé en « détention administrative » sur ordre d’Avigdor Lieberman. Cela fait maintenant plus de 5 mois.

Une mobilisation très large dans notre pays, entrainant une multitude de femmes et d’hommes de professions, de fonctions, d’origines sociale, politique et culturelle et de parcours très différents, s’est réalisée. Grâce à elle nous sommes parvenus, petit à petit, à faire bouger les lignes.

C’est ainsi que, le 10 décembre dernier, le Président de la République a exprimé à Benjamin Netanyahou la position française sur la détention administrative, condamnée par notre pays dès lors qu’elle est abusive, systématique et viole le droit à un procès équitable. Il lui a demandé, en conséquence, « la libération de Salah Hamouri ». Emmanuel Macron a précisé par la suite que si Salah Hamouri relevait du droit israélien compte tenu de son statut de Palestinien de Jérusalem, il n’en restait pas moins un citoyen Français et que la France mettrait toute son énergie nécessaire pour que ses droits soient respectés.

Plus de 5 mois après, force est de constater que Salah est toujours en prison, qu’il a subit une mesure punitive pour avoir donné une interview à un quotidien français et que rien, aucun signe ne vient laissant penser à une libération prochaine. La haine et l’acharnement à son endroit sont manifestes et la volonté qu’il quitte sa terre natale est évidente. Lire la suite

Afriques en lutte / 10 février

8 Fév

Afriques en lutte

Des grandes révolutions africaines aux luttes actuelles des peuples.

Survie Paris-Ile de France vous invite à son prochain grand rendez-vous à la Parole Errante à Montreuil; une après-midi et une soirée avec Survie et ses partenaires.

Journée évènement organisée par l’association Survie Paris Ile-de-France.

Rassembler des militant-e-s et citoyen-nes pour traiter des luttes actuelles des sociétés civiles africaines en faisant un détour par leur histoire.

Au programme :

1ère partie (14h30-16h30) :

Les révolutions africaines et leurs grandes figures historiques. Lire la suite

Réunion d’ouverture / Comité de Soutien Juridique Banlieue IDF

29 Jan

Créé à la suite des révoltes de l’automne 2016, le Comité de Soutien Juridique souhaite fournir des conseils juridiques à toute personne qui en aurait besoin, et apporter son soutien aux personnes interpellées et à leurs proches. Il fait le lien avec des avocats militants. Dans les prochains mois, le collectif veut monter des formations sur le fonctionnement de la justice pour comprendre ce qui est en jeu tout au long de la procédure : de l’arrestation à la sortie de prison, en passant par la case tribunal.

Dès nos premières actions, notre idée était qu’il est nécessaire de s’emparer de la question de la « justice », parce que moins on la connait, plus la répression est dure. Nous nous organisons, de manière concrète et efficace, avec les familles et les concernés qui le souhaitent pour se mettre en capacité de se défendre face à la répression d’État, la justice et la police.

Après plusieurs mois de travail, il est l’heure d’élargir les rangs du collectif.

C’est donc dans l’objectif de présenter le collectif et de décrire plus précisément nos actions que nous vous proposons de se rencontrer, le samedi 3 février à 14H30, au CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris (métro rue des boulets).

Pour les contacter, RDV sur leur site (ici), leur facebook () ou via ce mail : comitedesoutienjuridique@riseup.net

CSJ#AutodéfenseJuridique

Fake news… Macron nous la fait à l’envers / RÉSISTONS ENSEMBLE n°169

23 Jan

 

Voici en pdf, le no 169, janvier / février 2018, du petit journal mobile recto-verso A4 « RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques …

à bientôt.
L’équipe de rédaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/IMG/pdf/re169-janv-fev-2018.pdf

 

Fake news… Macron nous la fait à l’envers

À partir de deux actes visant des policiers (dont l’origine doit être encore éclaircie) à Champigny et à Argenteuil, tout l’appareil d’État et les médias à la botte nous inondent de larmes de crocodile sur le sort des flics. Il faudrait pleurer avec les policiers qui manifestent alors que ceux-ci ont tout pour eux : les lois sur la « légitime défense », le surarmement, et quand, par chance, une violence policière finit par arriver devant les juges, l’impunité quasi toujours assurée. Par contre, les victimes de leur violence, ces 15 personnes (en moyenne par an) qui sont tuées par leurs balles ou leurs grenades ou encore étouffées sous leurs coups, celles dont les yeux sont crevés par leurs tirs de flashballs, personne n’en parle, leur voix et celle de leur famille sont réduites au silence.
Alors, n’est-ce pas là une « fake news » de la pire espèce ? Pourtant elle est officielle, elle a même été créée par l’État.
En bon communiquant ,Macron veut nous la faire à l’envers. En annonçant sa loi contre les fake news, il veut se faire passer pour un vertueux champion du combat contre le mensonge alors qu’il est le premier producteur français de fake news . Comme si la loi de 1881 sur la presse, qui réprime diffamations et calomnies, ne suffisait pas, Macron monte une start up qui aura la tâche de dire officiellement ce qu’est la vérité. Bien entendu, le pouvoir nous jure qu’il n’y aura pas de censure,en réalité, il transforme la censure en produit marketing en nous la vendant sous la forme d’une lutte contre les fake news qui se diffusent sur internet.
Alors rappelons-nous la loi sur le fichage ADN de 1998 dont le pouvoir a d’abord prétendu qu’elle ne viserait que les pédophiles. On l’a ensuite élargie, touche par touche, jusqu’à ce qu’ en 2015 le ficher ADN compte pas moins de 2 700 000 fichés. Aujourd’hui un contrôle d’identité, une manif, une occupation d’usine ou un squat suffisent pour se faire ficher. Le refus du prélèvement ADN est puni d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.
La loi sur les fake news aura la même carrière. Macron a déjà préparé le terrain en décembre avec ses attaques contre les médias publics. La censure officielle réprimera ce qui nous reste encore de libertés, sa puanteur finira par nous asphyxier. Alors, ne cédons pas à l’attrait du marketing macroniste, aucune confiance à cette nouvelle entreprise de la start-up Macron. Lire la suite

Mémoire des nôtres #2 : Hafed Benotman

11 Jan

hafed

« Nous ne sommes les éminences grises de personne et nous avons une intelligence hors scolarité puisée dans la vie elle-même.
Faites part de vos pensées et réflexions, analyses et développements avec le droit à la connerie. Puisqu’ils nous prennent pour des cons, servons-nous de ce qu’ils croient être notre connerie. Mettons les évidences sur la table et reprenons à zéro les systèmes de valeurs. Nous avons contre nous des savoirs estudiantins et, lorsque l’on creuse un peu leur intellect, on arrive très vite à des néants personnels. Eh oui, ils ont rempli leurs vides intérieurs en se gavant d’études et de diplômes. […]

Nous avons une qualité que les scientifiques ont reconnue, nous sommes durs à la souffrance ! »

Abdel Hafed Benotman – Co-créateur de l’émission de radio anticarcérale L’Envolée et le journal du même nom. Monté au braquo des cieux en 2015.

Extrait du livre « Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup », 26 lettres contre la prison, écrites par Hafed Benotman et choisies par L’Envolée, accompagné d’extraits de certaines de ses interventions dans l’émission de radio du même nom.


 

 

Mémoire des nôtres #1 : Fatiha Damiche

9 Jan

fatiha test1.pngColère et révolte.

« Femmes étrangères et immigrées »… J’ai le sentiment d’être un peu en décalage car je suis française. On pourrait penser qu’une femme citoyenne française a des droits comme tous les citoyens. Je m’aperçois, dans la lutte de vous toutes, et combien je suis solidaire, que lorsque qu’on a « des origines étrangères », ce n’est plus la même chose. Je suis responsable juridique à la Maison de l’immigration et au Comité national contre la double peine, la double peine étant « prison plus expulsion » : des étrangers en situation régulière qui commettent un délit sont expulsés après avoir « payé leur dette à la société ». Étrangers et délinquants, la boucle est bouclée… Lorsque moi-même, avant d’être responsable juridique à la Maison de l’immigration, j’ai été femme de détenue, Française oui, mais amoureuse d’un étranger, lorsque j’ai été confrontée à la justice, j’ai compris que j’étais moi aussi différente. Il y a dans ce pays des lois qui sont racistes, xénophobes, criminogènes, personne ne s’en inquiète, on fait tout pour éclater nos familles, pour séparer les femmes de leur conjoint, pour enlever des enfants à leurs parents et c’est dur … Lire la suite