On ne peut détourner l’attaque d’une bête sauvage les mains nues

11 Déc

freemandela3

C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’aura pas d’autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n’était qu’une forme de légitime défense.

4 Réponses vers “On ne peut détourner l’attaque d’une bête sauvage les mains nues”

Trackbacks/Pingbacks

  1. D’ici, en Palestine | quartierslibres - 5 juillet 2014

    […] le chemin à prendre pour avancer vers sa propre liberté. Enfin, d’ici, on se souvient que Nelson Mandela […]

  2. La Feuille de Chou | D’ici, en Palestine | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou. - 6 juillet 2014

    […] D’ici, on peut voir que le peuple palestinien est déterminé, organisé, fier, digne, et qu’il n’a besoin de quiconque pour lui dicter le chemin à prendre pour avancer vers sa propre liberté. Enfin, d’ici, on se souvient que Nelson Mandela disait : […]

  3. Accueil - axedelaresistance.com » D’ici, en Palestine - 7 juillet 2014

    […] le chemin à prendre pour avancer vers sa propre liberté. Enfin, d’ici, on se souvient que Nelson Mandela disait : « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé qui détermine la forme […]

  4. Albert Woodfox parle | quartierslibres - 4 septembre 2014

    […] été soutenu dans ma lutte par trois hommes. Nelson Mandela m’a appris que si vous poursuivez une noble cause vous pouvez porter le poids du monde sur vos […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :