Procès de Saïd Bouamama et Saïdou.

22 Jan

1794580_635744676553869_6470790832312036191_n

Procès de Saïdou et Saïd Bouamama, 20 janvier 2015, 17ème chambre correctionnelle, Palais de justice de Paris.

———–

La Présidente du tribunal, à Bernard Anthony, président de l’AGRIF : « Comment avez-vous eu connaissance de ce livre-disque ? ». « On s’intéresse à tous les travaux des groupes racistes », répond-il, avançant l’argument du racisme anti-blanc.

————–

S’adressant à Saïdou, la Présidente du tribunal demande :

  • Quel type de rap vous faites, si tant est qu’on peut répondre à cette question ?

  • Je ne comprends pas la question

  • Quel est votre but ?

  • Si vous me demandez le projet, le sens du projet c’est de prendre la parole.

Saïdou précise que, faisant partie d’une classe sociale dominée et peu représentée, « la seule solution pour prendre la parole est de le faire de manière alternative, ou artistique ».

————-

Sur le propos poursuivis pour injure raciale et incitation à la haine raciale, Saïdou et Bouamama expliquent le contexte social et politique dans lequel le projet a été réalisé : celui de 2010 et du débat sur l’identité nationale, des déclarations de politiques comme Hortefeux et Guéant, de la reprise par la droite des thèses de l’extrême droite, de la « libération de la parole raciste » (Saïdou). Un contexte vécu comme « une agression absolue » (Bouamama) dans les quartiers, contre laquelle le livre et le disque sont une « prise de position politique » (Bouamama), qui ne vise pas une catégorie de population particulière (comme les français de souche, par exemple), mais qui veut souligner la que les principales victimes du racisme sont Noirs, Arabes, Mususlmans.

Mr Anthony prend la parole et parle alors « racisme inversé », d’une « dialectique de désintégration », d’une volonté de « remplacer la lutte des classes par la lutte des races », avant de conclure que « c’est une œuvre de guerre civile qu’ils font ». Bouamama répond qu’il s’agit de « mettre des mots sur les colères » de certains quartiers populaires, et qu’en ça, « c’est l’inverse de la guerre civile ».

———

Question de l’avocat de la partie civile à Saïd Bouamama : « Vous dites que le racisme est le fait des dominants. Donc pour vous, il n’y a pas de racisme anti-Blanc ? », ce à quoi il répond que le racisme n’est pas « abstrait », mais un « système » de domination, et que cette rhétorique de l’inversion est récurrente dans les situation de domination, prenant l’exemple des féministes accusées de sexisme anti-homme. L’avocat conclue alors : « Donc pour vous, un Blanc qui se fait insulter dans une banlieue, c’est pas grave ».

———

L’avocat des prévenus demande à Mr Anthony s’il est nostalgique de l’Algérie française. Il répond que là n’est pas la question, « mais [qu’il] pense à ces jeunes désespérés de l’Algérie d’aujourd’hui » qui ont été condamné pour avoir crié « Algérie français ! », parce que leurs père leur avait dit comment cette époque était plus appréciable que le système actuel corrompu.

———

S’adressant à Saïdou, il lui demande ensuite : « On dit que la musique adoucit les mœurs. Qu’en pensez-vous par rapport à votre musique ? ».

Réponse de Saïdou : « Je pense qu’il suffit de venir à nos concerts pour se rendre compte de la qualité de notre public. On a la chance d’avoir un public très hétérogène (…) J’ai la sensation d’avoir participé à quelque chose d’intéressant (…) Les gens viennent souvent nous dire après les concerts qu’ils ont eu un peu de dignité »

Puis, la procureure à Saïdou : « Quelle place donnez-vous aux Blancs dans vos débats ? Y-a-t-il une place dans ce dialogue pour ceux qui ne sont pas issus de la colonisation ? »

Réponse de Saïdou : « En voyant la sociologie de nos concerts, c’est plutôt multiculturel », précisant que la porte est ouverte à tous les « anti-racistes, anti-capitalistes, anti-impérialistes, anti-sexistes ». « Nous savons qui nous sommes », rajoute-t-il, « j’appartiens à une minorité racisée (…) mais dans nos combats, y’a tout le monde ».

————-

Le premier témoin appelé par l’avocat de Saïdou et Bouamama, Mme Dominique Lagorgette, Maitre de Conférence en sciences du langage à l’université de Savoie. Comme lors du procès de La Rumeur, elle propose une analyse linguistique du texte afin de le resituer dans son contexte complet.

Après avoir montré en quoi il répondait aux caractéristiques du discours polémique pamphlétaire (opposition à la polémique sur l’identité nationale, reprise d’argument venant de l’« ennemi » – « ennemi intérieur », « barbare », « sauvage » –, prise de parole au nom d’un peuple opprimé…), elle indique que ce texte s’inscrit dans la tradition de la chanson française. Elle explique avoir relevé 15 chansons (Brassens, Renaud, Souchon, Perret, Zebda…) depuis 1969 qui soulèvent les mêmes thèmes de l’identité nationale, de l’égalité et du racisme. Elle s’arrête notamment sur la chanson « Le patriote » du chanteur Raphael, qu’elle qualifie de « plus virulente » que celle de ZEP.

L’avocat des prévenus réagit alors : « Raphael est blond aux yeux bleus, lui [Saïdou], il est… comme il est ! », avant de demander à Dominique Lagorgette si l’on n’entend pas les choses différents en fonction du locuteur, pour conclure « C’est ça qui est intéressant, on fait des procès à eux, et pas à Raphael ! »

[Paroles de la chanson en question de Raphael, signé chez EMI : En première page des magazines / Ils sont partout dégueulants / Leurs réformes et leur grippe porcine / Le bon peuple et son président / Mais la France parfois ça m’déprime / et les français sont désolants / (…) Les étrangers, ça va dans des camps / On va quand même pas sauver le monde / Et mes Santiago dans tes dents / C’est toujours mieux que d’te répondre (…) Il faut chanter la marseillaise / Et avé’ la main sur le cœur / Moi je la siffle avec les beurs / Prie pour qu’au foot on soit de la baise / L’ordre moral est bien partout / La démago de gauche à droite / J’aime mieux attendre qu’ils soient bien saouls / Avant de me battre »]

———-

Le deuxième témoin appelé est Olivier Legrand-Maison, enseignant en sciences-politiques à l’université d’Evry-Val d’Essonne et spécialiste de l’histoire coloniale. Il explique qu’il considère l’expression « Nique la France et son passé colonialiste » comme justifiée au regard du passé colonial français, et du traitement infligé à des populations entières assujetties, notamment en Algérie.

Il fait ensuite le parallèle entre Saïdou et celles et ceux qui se sont exprimés pour dénoncer les fondements et les effets de la colonisation. Il cite Albert Londres sur le Congo, Simone Weil contre le travail forcé, ou encore Paulette Péju (dont les textes avaient été saisis chez son Editeur avant diffusion), qui, dit-il, « à sa façon, en d’autres termes, elle aussi niquait la France colonialiste ».

https://www.facebook.com/devoirdinsolence?fref=ts

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :