Sincérité et amnésie

3 Fév

Valls et les directions du PS qui se succèdent depuis 30 ans viennent de perdre leur primaire. L’affaire est plutôt jouissif pour tous ceux qui aux quartiers subissent ou combattent pour les plus déterminés depuis 30 ans leur politique.

Au final moins de 2 millions de français sont venus arbitrer ce combat de tocards dont une grande partie pour faire barrage à Valls.

Depuis l’élection de Chirac face à Lepen en passant par celle d’Hollande face à Sarkozy, s’impose la stratégie tragique du moins pire comme seul horizon électoral.

L’impasse de ces stratégies que nous vendent régulièrement les opportunistes au quartier est pourtant flagrante après le quinquennat Hollande. Cela n’a pas empêché certains de se croire malin en allant voter à la primaire de la Droite pour faire barrage à Sarko. Résultat plus de 4 millions d’électeurs servent aujourd’hui de justification à la candidature d’un bourgeois catholique dont la famille vit au crochet des fonds publics depuis 20 ans et qui n’hésite pas faire des musulmans et des habitants des quartiers populaires des cibles privilégies de son discours politique.

penelope-et-francois-fillon-l-union-fait-la-force

A gauche, la défaite de Valls nous plonge dans une surprenante et réjouissante configuration politique. Hamon qui a su utiliser les mots pour convaincre moins d’un millions d’amnésiques qu’il sera moins pire que Valls et Hollande va devoir maintenant être le candidat du PS, c’est-a-dire le candidat de ceux qui nous gouvernent depuis 5 ans. Il va devoir porter le bilan des gouvernements Ayrault et Valls dans lequel Hamon et ses amis n’ont pas fait que de la figuration de 2012 à 2014.

Faut il rappeler aux amnésiques qui voit Hamon comme un homme sincèrement de gauche que lorsque que lui et ses amis ont eu l’occasion de mettre fin a la tragédie de Valls ils nous ont joué la comédie en ne rassemblant que 56 signatures sur les 58 nécessaires au dépôt d’une motion de censure de gauche a l’assemblée en mai 2016. Il y a avait 58 noms pour signé une tribune de frondeur dans le monde mais au final 56 pour faire tomber le gouvernement Valls. C’est ballot : échec a deux députés près.

Les illusions qui accompagnent le soutien a Hamon et qui permettent aux rêveurs d’imaginer un PS de gauche rappelle la croyance absurde des alchimistes qui rêvaient de transformer le plomb en or.

Coté PS, la seule satisfaction c’est qu’Hollande et ses ministres auront réussi cette performance de convaincre un nombre de plus en plus important de personnes, que qualifier le PS de « gauche » était une erreur majeure.

rocard-hamon-valls

A gauche d’un PS, qui va nous refaire un numéro d’illusionniste, des forces politiques travaillent leurs gammes pour essayer d’être le débouché électoral du peuple de gauche. Mélenchon qui mise tout sur la présidentielle structure et domine un discours de la gauche de gauche pendant que Poutou en appelle a un mouvement social qui va de combats en combats mais de défaites en défaites sans admettre à aucun moment les raisons de ses échecs qui sont pourtant nombreux: de la loi sur les retraites à celle de la loi travail. Lutte Ouvrière fait du LO en mode on va vous amener la lumière de la révolution en remixant tous les stéréotypes paternalistes et parfois colonialistes du 20eme siècle qui ont fait tant de dégâts au mouvement ouvrier français.

Dans ce marécage de la gauche surnage la candidature de Mélenchon. Voilà un gars qui fut plus jeune sénateur PS de France à son époque qui nous explique qu’avec lui « les politiques causes de tous nos malheurs s’en iront tous » et qui nous propose pour mener ce plan de passer par les institutions… pour changer les institutions. Que la République est le remède à tous les maux

Voilà qui forme un vrai paradoxe qui est connu depuis la philosophie antique sous le nom d’Epiménide. Epiménide est un Crétois. Il dit ceci : moi Epiménide, Crétois, je dis tous les crétois sont des menteurs. Alors les gens qui voudraient savoir si les Crétois mentent ou disent la vérité, commencent à tourner en boucle. Si Epiménide n’a pas menti, alors tous les Crétois sont des menteurs c’est vrai, donc tous les Crétois mentent. Donc Epiménide qui est Crétois ment aussi. Donc, s’il n’a pas menti, il a menti. Mais si il a menti, alors la proposition tous les Crétois sont des menteurs est un mensonge. Donc tous les Crétois disent la vérité. Et Epiménide qui est Crétois dit la vérité aussi. Donc s’il n’a pas menti, il a dit la vérité.

On peut rester des siècles avec ce raisonnement. On ne s’en sortira pas comme devant la sincérité ou non de la candidature de Mélenchon et autres. On est face a type d’énoncé auto référentiel qui paralyse.

Face aux stratégies électorales mortifères du moins pire ou celle de l’adhésion à telle ou telle force de gauche emmenée par un tribun une prof ou un ouvrier, il existe un chemin parallèle : celui de s’organiser localement pour changer au quartier les choses sur les combats du quotidien pour la justice et la dignité.

Les élections quelle qu’elles soient ne sont qu’un moyen. La vie de tous les jours ne peut pas se régler uniquement par une stratégie électorale dans l‘isoloir une fois tous les 5 ans.

La vie et trop souvent la survie de tous les jours au quartier passent nécessairement par des mobilisations et des luttes quotidiennes.

Faire de la politique au quartier ce n’est pas se retrouver une fois tous les 5 ans seul dans un isoloir, ou disserter sur la sincérité ou la stratégie d’une offre politique. Mais construire un véritable rapport de force dans les quartiers et non pas des discours sans fin et sans prise sur le réel.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :