Jamais par eux-mêmes

29 Mai

Cette sentence résume comment le champ politique français dans son ensemble a traité et continue de traiter les quartiers populaires et les enfants d’immigrés.

Fin 2013 une partie de la France célébrera les trente ans de la Marche pour l’Égalité et contre le Racisme. Rebaptisée  « Marche des Beurs » par les médias et les politiciens de l’époque afin de donner une apparence identitaire à une lutte pour l’égalité des droits, elle incarne l’irruption sur la place publique nationale et le champ politique d’une nouvelle génération de militants issus des quartiers populaires et de l’immigration.

Marche_Egalité

Ce trentième anniversaire est  l’occasion pour  le Parti Socialiste et les militants de sa mouvance de continuer l’œuvre de dépolitisation de la Marche.

D’autres personnes vont pouvoir mettre en avant une relecture de l’histoire faisant du Parti Socialiste le grand instigateur et manipulateur de tout ce mouvement et tenter de se faire passer pour des alliés.

Deux lectures historiques qui sont le revers d’une même médaille : celle du racisme et du paternalisme.

Dans les deux cas, on tente de nier les luttes, les réussites et les échecs des militants de l’époque.

C’est une tentative de faire oublier que le contexte de l’époque était celui d’une montée des crimes racistes et sécuritaires, des violences policières. Face à cela, des gens de quartiers se sont mobilisés, organisés et ont lutté.
vendome_gutenberg
Une partie du mouvement a été récupérée par le PS, notamment au travers de SOS Racisme, mais ce serait faire preuve de naïveté ou de mépris de croire que les militants de la Marche n’ont été de que des marionnettes attendant le bon vouloir de la Gauche.

Les stratégies de récupération ou de destruction de la mémoire de nos luttes sont pour eux d’une importance capitale.

Les quartiers populaires et leurs habitants recèlent un potentiel politique, économique, social qui les terrifie.

Cette sentence « jamais par eux-mêmes » révèle la dangerosité politique et la subversion que porte l’autonomie des luttes de l’immigration et des quartiers.

« Jamais par eux-mêmes » – les mots prononcés par François Mitterrand à la sortie de la délégation de la Marche à l’Elysée en 1983.

Uniquement par nous-mêmes.

5 Réponses vers “Jamais par eux-mêmes”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La main sur le berceau | quartierslibres - 1 février 2014

    […] mandat de François Mitterand. La lutte contre le racisme de la Marche pour l’égalité a été dévoyée par SOS Racisme puis s’est retournée contre les quartiers avec « Ni putes ni soumises ». Les rêves de […]

  2. « Soufflons nous-mêmes notre forge » | quartierslibres - 12 décembre 2014

    […] pouvoir a mis en orbite dans la vie des quartiers populaires un mouvement comme SOS racisme qui a capté des énergies militantes et en a découragé beaucoup d’autres au profit d’une République qui n’a rien renié de ses fondamentaux racistes et colonialistes. […]

  3. Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer. | The Fuckington Post - 13 janvier 2015

    […] durant des années toute opposition à gauche, et surtout celle qui tentait de se construire dans les quartiers populaires. Cela a contribué à laisser le terrain libre à ce qui peut se faire de pire en matière de […]

  4. Quand Manuel Valls reprend nos mots, c’est pour cadenasser la contestation | quartierslibres - 21 janvier 2015

    […] institutionnel dont les quartiers populaires sont la cible depuis plus de 30 ans. La destruction de cette génération s’est faite dans un silence médiatique assourdissant, avec pour toute réponse politique, […]

  5. L’affaire Bourarach : une illustration dramatique de ce que produit l’opportunisme en politique | quartierslibres - 23 mars 2015

    […] suite à des crimes racistes, le Parti Socialiste avait tenté et réussi un grand nombre de récupérations opportunistes afin de rabattre vers lui un électorat des quartiers. On se rappelle notamment l’affaire Ibrahim […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :