Migrants, la différence entre discours et réalité

27 Août

La question de l’immigration en France ainsi que celle des migrations internationales prennent une importance grandissante dans les débats en Europe.

Tout le monde a son avis sur le sujet. Des analyses émanant de micro trottoir aux émissions TV animées par des « experts », en passant par les états-majors politiques : un flot ininterrompu de considérations se déverse sur cette question. Sur les réseaux sociaux c’est une version exponentielle et brouillonne de ce débat, indicateur du buzz et de la confusion que provoque l’arrivée des migrants.

Ces questions sont hautement polémiques et politiques, les termes dans lesquelles elles sont abordées par les acteurs politiques quels qu’ils soient sont plus des marqueurs de leurs lignes idéologiques que de la réalité migratoire.

On assiste à un affrontement de représentations sur les migrations en général, et sur l’immigration en France, qui n’a pas très souvent de rapport avec la réalité.

Une des premières victimes de cet affrontement est la réalité statistique que représentent « sans-papiers », «  migrants » et « étrangers », et cela sans jamais en définir les termes. Les discussions se résument à des positions de principe dans lesquelles les populations dont on évoque le sort sont une abstraction.

Ces termes ne sont pourtant pas mystiques et ne devraient pas changer au gré des interlocuteurs. Ils sont d’ordre juridique ou administratif. Ils désignent des populations différentes.

En France, on confond étranger et immigré pourtant une partie des étrangers ne sont pas des immigrés et à l’inverse une partie des immigrés sont des Français.

La majorité des personnes qui fuient en raison de conflits, persécutions sont des déplacés internes et non des réfugiés.

On peut multiplier les exemples de ces réalités migratoires qui sont en décalage total avec bon nombre de représentations sur les migrations en France, qu’elles émanent de xénophobes ou de militants antiracistes.

Il est utile de rappeler certaines définitions, notamment celle d’étranger et d’immigré.

Un étranger, du point de vue du droit français, est une personne n’ayant pas la nationalité française.

Un immigré, est une personne née étranger à l’étranger et qui réside en France, les français nés à l’étranger sont donc exclus de la définition d’un immigré. Un immigré peut donc acquérir la nationalité française.

On constate au passage que le slogan « français/immigrés, même patron même combat, égalité des droits » est en partie à côté de la plaque.

Les discussions utilisent couramment les deux termes, comme s’il s’agissait de la même réalité juridique,statistique ou démographique.

Une partie des étrangers ne sont pas des immigrés et une partie des immigrés ne sont plus des étrangers.

Un étranger en France est une personne qui

y réside sans avoir la nationalité française. Une partie des étrangers qui vivent en France y sont pourtant nés. Ils n’ont pas accédé à la nationalité française, certains ne l’ont pas demandé. Ils restent donc étrangers d’un point de vue juridique. Mais ils ne sont pas des immigrés pour autant puisqu’ils sont nés en France. Ils ne sont pas venus d’ailleurs, ils n’ont pas immigré en France. Être un étranger en France ne signifie pas venir d’ailleurs, mais juste avoir une autre nationalité.

À l’inverse, une partie des immigrés qui vivent sur le territoire français ne sont plus des étrangers. Ils naissent étranger à l’étranger et n’ont pas la nationalité française lorsqu’ils arrivent en France. Ils sont donc étrangers et immigrés, mais au cours de leurs vies certains peuvent obtenir la naturalisation française. Ils deviennent donc Français et ne sont plus des étrangers. Cependant, même s’ils deviennent des « Français » ils restent des immigrés en raison de leur lieu naissance et de leur nationalité d’origine.

Une partie des français est immigrée.

Cette méconnaissance d’une part immigrée dans la population de nationalité française aboutit à conforter l’idée que les immigrés ne peuvent être Français : le slogan antiraciste Français-Immigrés même Patron-même Combat en est l’exemple.

Les populations étrangères et immigrées ne se recoupent pas automatiquement : la population étrangère la plus nombreuse en France est portugaise (509 254 , année 2012), la population immigrée la plus nombreuse en France est algérienne (748 034 , année 2012).

Population totale étrangère en France (2012) : 3 980 635

Population totale immigrée en France (2012) : 5 714 045

étrangers_immigrés1

Etrangers et Immigrés , recensement de la pop. 2008

Depuis les lois « Pasqua » sur la nationalité, une partie de importante de la population étrangère est née en France. Il existe des « étrangers bien de chez nous » que l’on peut rajouter à des immigrés qui peuvent voter parce que Français : tout de suite on se sent moins entourés d’inconnus.

étrangers_immigrés_2_3

C’est la même confusion lorsque les discussions traitent des « migrants ».

On retrouve un même décalage entre représentations, discours et réalité sur les réfugiés, demandeurs d’asile et déplacés internes.

L’article 1 de la Convention de Genève (1951) relative au statut des réfugiés définit un réfugié comme une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle, et qui du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social déterminé ou de ses opinions politiques craint avec raison d’être persécutée et ne peut se réclamer de la protection de ce pays ou en raison de ladite crainte ne peut y retourner.

Un demandeur d’asile est une personne qui aspire au statut de réfugié mais dont la demande est encore en cours d’examen.

Les déplacés internes n’ont pas traversé de frontière internationale pour chercher asile dans un autre pays. Ils sont restés dans leur pays. Même s’ils ont fui pour des raisons similaires à celles des réfugiés. Un réfugié est l’extérieur du pays qu’il a fui, un déplacé interne à l’intérieur du pays à l’origine de son déplacement forcé.

04b_refugies_deplacesinternes_2010-03

À entendre médias, politiques de tous bords et militants, le portrait que l’on peut dresser d’une personne qui fuit des violences est une personne « réfugiée » dans un pays du « Nord ».

Dans les faits, c’est clairement l’inverse. La majorité des gens qui fuient les violences sont des déplacés internes, c’est à dire qu’elles se « déplacent » (fuient) à l’intérieur de leur pays sans en sortir.

04b_refugies_deplacesinternes_2010-04

C’est ce qui se passe en Syrie actuellement : les populations sont contraintes de fuir à l’intérieur des frontières en fonction des affrontements.

Une minorité de ces populations quitte le territoire. Il y a aujourd’hui plus de Syriens déplacés sur le territoire syrien que de personnes qui ont traversé les frontières.

Pour autant la majorité des « réfugiés » ne se trouve pas en Occident mais dans les pays voisins des pays d’où proviennent ces réfugiés, en somme la majorité des réfugiés sont dans le Sud.

Le regard médiatique, politique et même militant est centré sur le phénomène le plus marginal mais qui les concerne directement : la minorité de réfugiés qui arrive en Europe.

Cette surmédiatisation masque les réalités statistiques.

Les réfugiés se trouvent majoritairement dans les pays voisins de celui dans lequel ils résidaient.

On parle beaucoup des réfugiés syriens qui tentent d’arriver en Europe, comme si la majorité des réfugiés syriens se trouvaient en Europe.

L’écrasante majorité des réfugiés syriens, soit près de 4 millions, se trouve en Turquie, Irak, Liban et Jordanie.

Autre élément peu médiatisé, près de 7,6 millions de Syriens sont des déplacés internes en Syrie même. La guerre en Syrie met 11 000 000 de personnes sur les routes

Un vent de panique traverse l’Europe en raison des 270 000 réfugiés arrivés en Europe depuis un peu plus d’un an.

Un manque de sang-froid qui peut faire sourire le reste du monde. En Europe on ne parle jamais du camp de Dadaab, au Kenya, qui accueille près de 500 000 réfugiés.

camp de Dadaab

Camp de Dadaa (Kenya)

Il suffit de comparer la démographie kényane et celle de l’Europe, l’économie de l’Europe et celle du Kenya pour appréhender le fantasme d’une invasion migratoire et du fumeux « grand remplacement ».

Le terme « migrants » est flou. Il est de plus en plus utilisé dans les médias pour définir ces dizaines de milliers de personnes qui fuient leurs pays pour tenter de trouver un meilleur sort en Europe. La définition fluctue selon les institutions des pays qui l’utilisent mais le terme est couramment utilisé pour désigner toute personne résidant en dehors de son pays de naissance.

Voici la définition qu’en donne le HCR:

« Les différentes formes de migration peuvent être distinguées selon les motivations (économiques, familiales, politiques) ou selon les statuts légaux (migration irrégulière, émigration/immigration contrôlée, libre émigration/immigration) des personnes concernées. La plupart des pays distinguent différentes catégories de migrants dans leurs politiques migratoires et leurs statistiques. Les variations existantes entre les états indiquent qu’il n’y a pas de définitions objectives de la migration. Ce qui suit est une catégorisation plus commune des migrants internationaux :
  • Travailleurs migrants temporaires
  • Migrants très qualifiés
  • Migrants irréguliers (sans papiers/illégaux)
  • Migrants forcés
  • Migrants suite au rapprochement familial
  • Migrants de retour dans son pays d’origine. »

La définition de migrants est large et regroupes différentes motivation à l’origine des migrations. Ainsi des étudiants quittant pour étudier à l’étranger, des gens fuyant pour des raisons politiques, des personnes parties rejoindre leurs familles, des personnes travaillant à l’étranger sont des « migrants ».

L’utilisation d’un terme aussi peu clair permet de masquer les réalités des migrations et la complexité de ces phénomènes. Désigner sous le terme de « migrants » des personnes qui sont objectivement des réfugiés permet aux états européens d’échapper à leurs obligations étant signataire de la convention de Genève. Une belle pirouette pour laisser des gens démunis dans la précarité, bienvenue en Europe.

La définition des termes et la manière dont sont utilisées les statistiques, répondent à des stratégies et des pensées politiques et économiques.

Médiatiser l’utilisation de certains termes plutôt que d’autres, se focaliser sur certains chiffres et ne présenter qu’une partie des statistiques incite à un repli national et nourrit l’hystérie collective qui se construit contre les réfugiés et plus largement sur l’immigration en France et en Europe.

On assiste à une véritable campagne d’intoxication qui fait partie de la manière dont les puissances européennes présentent les conflits militaires qu’elles mènent. Ce discours anti « migrants » sert à masquer son rôle dans les différentes guerres qui sont la cause de ces déplacements forcés. Sur leur territoire comme à l’étranger, la France et ses homologues européens savent punir les pauvres après les avoir pillés et avoir soutenu leurs dictateurs.

Publicités

3 Réponses to “Migrants, la différence entre discours et réalité”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Leur guerre, nos morts, notre réaction | Quartiers libres - 16 novembre 2015

    […] le choix d’une politique extérieure, en apparence, différente. Et, au passage, on tape sur les migrants victimes des guerres impérialistes et sur tout ce qui n’est pas soumis aux valeurs de la France de l’ancien régime. Il y […]

  2. Les hordes de migrants, reflet de la civilisation européenne | Quartiers libres - 18 janvier 2016

    […] le viol soit une arme de guerre utilisée au Kivu, en Syrie et ailleurs, cela ne choque personne. Que des gens puissent tout abandonner pour fuir de telles choses, cela ne vient pas à l’esprit des analystes et encore moins de certains Premier […]

  3. France / Paris | Pearltrees - 19 septembre 2016

    […] Migrants, la différence entre discours et réalité | Quartiers libres. […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :