La Roquette de l’âne médiatique

19 Juil

roquette à manger

Les faits sont désormais connus et parfaitement documentés par des vidéos prises par des témoins directs : le 13 juillet, jour de manifestation à Paris contre les bombardements de l’armée israélienne sur la bande de Gaza, une bande de nervis des organisations de l’extrême droite sioniste connus sous le nom de Ligue de Défense Juive (LDJ) et BETAR ont procédé à des dégradations de matériel public et au saccage des terrasses de café de la partie de la Rue de la Roquette la plus proche de la Place de la Bastille, où devait s’achever la manifestation parfaitement légale convoquée par plusieurs organisations.

Capture d’écran 2014-07-18 à 15.25.19

Le but de ces saccages était évidemment de provoquer des troubles en attaquant les manifestants pour installer dans l’opinion l’idée que ces manifestations étaient menées par de dangereux barbares « nazislamistes », pour reprendre la terminologie qui prévaut jusque sous la plume des prophètes du « choc des cultures », naturellement alignés sur les positions des fous de Yahvé du gouvernement israélien. C’était même une stratégie explicite de ces organisations, comme en témoigne ce message –lui aussi parfaitement facile à trouver, comme bien d’autres d’ailleurs, émanant des gentils organisateurs de ces violences :

Capture d’écran 2014-07-18 à 16.08.31En principe, le rôle d’une rédaction –et la fonction d’un journaliste– est de vérifier ses informations avant de les publier. C’est même le degré le plus élémentaire du métier, surtout sur des sujets aussi chauds. Pourtant, dans le cas présent, non seulement le travail de recoupement des données avec des témoignages (pourtant disponibles et vérifiables) n’a pas été fait, mais ces « affrontements » ont donné lieu à une nouvelle épidémie d’hystérie médiatique collective les jours suivants, entièrement fondéesur une dépêche de l’AFP écrite par une préposée sans doute plus pressée d’aller voir la finale de la coupe du monde de football que soucieuse de vérifier ce qu’elle racontait. Que dit cette fameuse dépêche ?

Elle dit que « des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont éclaté au moment de la dissolution d’une manifestation pro-palestinienne près de la place de la Bastille […] » et elle ajoute que «  un certain nombre de manifestants pro-palestiniens ont toutefois tenté de se rendre vers des synagogues voisines, rue de la Roquette et rue des Tournelles ». Quelle est la source de l’ahèfepigiste auteure de cette dépêche ? Il suffit d ‘aller jusqu’au bout de ladite dépêche : « a-t-on dit à l’AFP de source policière ». Pourquoi « a-t-on dit » ? Ben parce que notre ahèfepigiste n’a rien vu : forcément, elle était dans la manif, comme cela a été confirmé au site Arrêt sur image par l’AFP elle-même. On ne peut pas être partout, hein. Alors il faut bien trouver un témoin de confiance, un qui sait. Et quoi de plus objectif qu’un assermenté ? C’est vrai ça, et peu importe que lui non plus n’ait sans doute rien vu, puisqu’il était lui aussi sur la Place de la Bastille. Rideau. Après y’a foot.

Donc : Une dépêche AFP bâclée, mais qui mâche le travail : on met l’essentiel du message en gras, pour éviter aux collègues d’avoir trop à se creuser la cervelle. Une équation simple : « manifestation pro-palestinienne », + « vers des synagogues voisines » = ?. Rien sur les violences de la LDJ ou du BETAR, aucun commentaire sur les dégradations, aucun début de commencement d’interrogation sur leur rassemblement illégal sur la voie publique, à proximité d’un lieu de culte –la synagogue de la rue de la Roquette. Forcément : elle n’y était pas, l’ahèfepiste, elle n’a pas pu les voir. Et le brave condé qui l’a renseignée non plus.

Pas grave : comme il n’y a pratiquement plus personne pour traiter vraiment l’information dans les journaux, à la radio ou à la télévision, par exemple en cherchant de vrais témoignages, les rédactions reprennent cette dépêche et la mettent à la sauce du moment : ça devient « des hordes de djihadistes de banlieues tous mus par un antisémitisme atavique ont tenté de prendre d’assaut des lieux de prière, en prenant en otage des personnes âgées priant pour la paix au Proche Orient, ce qui rappelle les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire-ma-brave-dame ». Horreur. Le problème c’est que tout est faux : personne n’a jamais essayé d’attaquer aucune synagogue, il n’y a jamais eu d’ « intrusion »,  les « affrontements » ont été le fait des milices paramilitaires racistes déjà citées, qui ont chargé la manifestation au doux cri de « Palestine on t’encule », et s’il y a eu quelques rares frictions avec les CRS, c’est au moment où ces derniers se sont finalement interposés pour permettre aux sympathiques sprinters de la LDJ et du BETAR de se mettre à l’abri derrière les boucliers bleu-marine, toujours munis de leurs armes, ce qui est pour le moins curieux (ils avaient fini par susciter une réponse de la part des manifestants agressés à coup de chaises, de tables de café ou de bombes lacrymogènes d’attaque).

Capture d’écran 2014-07-18 à 15.49.04

Playmobil-Police

C’est faux, donc, mais la quasi-totalité de la presse –l’âne médiatique est un intellectuel collectif– relaie et amplifie cette info en allant jusqu’à suggérer que des partisans du Hamas ivres de sang ont tenté de pénétrer dans la synagogue pour l’incendier ou égorger ses occupants. Pour que les choses soient plus claires, certains sont même allés chercher de jolies images de barbares : le Nouvel Observateur, par exemple, a réussi le tour de force de trouver un quenellier en keffieh rouge muni d’un masque à gaz très photogénique, immortalisé au milieu d’un nuage de fumigène qui laisse deviner un drapeau palestinien en arrière-fond.

Capture d’écran 2014-07-18 à 15.16.43

Un brin anxiogène, mais très économe : le raccourci est saisissant : on importe avec une seule image l’ambiance de Gaza à Paris et, en plus, on assimile tous les manifestants à l’antisémitisme de Soral, Dieudonné et de leurs tristes sbires. Libération, pour sa part, dans un article courageusement intitulé « Synagogue de la Roquette : à chacun sa version », trouve une caution morale à la violence de la LDJ en la personne du politologue embarqué Jean-Yves Camus, présent dans la synagogue de la Roquette, qui n’a rien vu, puisqu’il était à l’intérieur, mais qui, lui aussi, sait : la LDJ n’y est pour rien, c’est « un groupe d’une centaine de manifestants » qui a « chargé la synagogue ». On peut lui faire confiance à Jean-Yves : depuis son « Observatoire des Radicalités Politiques », il observe. Et il voit. Même de l’intérieur d’un bâtiment fermé, puisque selon ses propres mots, il y est resté « enfermé deux heures trente ». Il faut en conclure que la LDJ et le BETAR ne font pas partie de l’extrême droite qu’il est censé « observer », ou que ce n’est pas la peine de les observer pour savoir que ce sont de braves garçons. Et on peut le croire, Jean-Yves Camus, c’est un spécialiste en dérive. Surtout en ce moment…

Le second étage de la roquette asinomédiatique, c’est bien sûr l’intervention des responsables ( ?) politiques, Hollande, Valls, Cazeneuve, Hidalgo aiguillonnés par les néo-pétainistes habituels de l’UMP (Estrosi, Ciotti, Mariani…) qui, tous, demandent l’interdiction de ces manifestations, qui ne seraient en fait que des pogroms en puissance, puisque les gazettes le disent, toujours à partir de cette même dépêche de 15 lignes, déformée jusqu’au délire. Mais bon, quand on est aux affaires, il faut faire attention à l’ « émotion » suscitée par la presse, sinon on risque de perdre des voix. Selon cette grille d’analyse assez simple, toute manifestation contre les bombes israéliennes serait en fait un soutien au Hamas et la preuve d’une montée en puissance de la haine antisémite. C’est gros, c’est énorme, c’est l’argument d’autorité que l’on ressort à chaque fois que quiconque se hasarde à remettre en question la politique coloniale et assassine d’Israël, mais ça marche toujours : le ministère de l’intérieur vient d’interdire la manifestation de samedi contre l’intervention –désormais terrestre– à Gaza, sous prétexte qu’elle constituerait une « menace à l’ordre public ».

Et pourtant l’agression du 13 juillet menée par l’extrême-droite sioniste a été citée par bon nombre de ceux qui s’étaient contentés jusque-là de la version déformée de la première dépêche AFP. Ils ont fini par se rendre compte qu’il y avait autre chose que les fameuses quinze lignes gribouillées entre la fin de la manif et le début de la finale du Mondial. Ah oui, mais le mal est fait, on n’y peut rien, il faut éviter les « débordements ». On retrouve là une autre grille d’analyse classique de la profession, distillée dans les écoles-étables de journalisme : le fer-à-cheval, les extrêmes qui se rejoignent et qui « débordent » ensemble. Les fascistes attaquant la manifestation sont désormais identifiés : ce sont des « extrémistes juifs », mais comme ils attaquent d’autres « extrémistes », autant interdire les manifestations, ce sera plus simple, et on pourra continuer de braire en rond, et de pleurnicher de loin sur les milliers de victimes que vont faire non plus seulement les drones, les avions, les navires de guerre ou les batteries de missiles israéliens, mais désormais les tanks, qui viennent d’entrer à Gaza.

9 Réponses vers “La Roquette de l’âne médiatique”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ordre public trouble | quartierslibres - 20 juillet 2014

    […] aux injonctions des bas du front de la droite qui réclament à longueur de colonnes complaisamment ouvertes dans les journaux qu’on muselle la racaille ; plus grave encore, il plie sous la menace de violences émanant des […]

  2. Solidarité antifasciste, de Tel Aviv jusqu’à Paris | quartierslibres - 23 juillet 2014

    […] du chantage à l’antisémitisme n’hésitent jamais à franchir, accompagnés en rythme par les braiements de l’âne médiatique. Alors répétons-le une fois de plus : la question est politique, elle n’a rien à voir avec la […]

  3. ANGELA DAVIS : D’ASSATA SHAKUR À MICHAEL BROWN LE RACISME D’ÉTAT AMÉRICAIN PERSISTE | quartierslibres - 2 décembre 2014

    […] ceux qui s’identifient à la lutte ininterrompue contre le racisme et le capitalisme à cette « violence terroriste ». En outre, l’anticommunisme historique dirigé contre Cuba, où Assata vit, a été […]

  4. C comme Complot et Charlie | quartierslibres - 16 janvier 2015

    […] Le fameux : « on ne nous dit pas tout / on nous cache tout » a des raisons d’exister : du nuage de Tchernobyl à la mort de Rémi Fraisse, il existe une multitude d’exemples où la presse dans sa grande majorité n’est ni neutre, ni exacte. […]

  5. La séance du dimanche. Interview de Pierre Carles 2013 | quartierslibres - 8 février 2015

    […] à caution, comme a l’a démontré de manière pathétiquement éclatante l’affaire de la vraie-fausse attaque de la synagogue de la rue de la Roquette lors des manifestations contre les bombardements de la bande de Gaza de juillet dernier, montée en […]

  6. Un 1er mai sous le signe des menteurs et des pleureurs | quartierslibres - 6 mai 2015

    […] traitement médiatique de cet incident, toute proportion gardée, est comparable à ce qui s’est passé lors de la manifestation qui a vu la LDJ détaler après ses provocations rue de la Roquette. Dans […]

  7. C comme Complot et Charlie | Arc Media - 20 mai 2015

    […] Le fameux : « on ne nous dit pas tout / on nous cache tout » a des raisons d’exister : du nuage de Tchernobyl à la mort de Rémi Fraisse, il existe une multitude d’exemples où la presse dans sa grande majorité n’est ni neutre, ni exacte. […]

  8. Faire preuve d’Humanité. L’expulsion des migrants de la caserne Louis-Blanc et la désignation des coupables | quartierslibres - 15 juin 2015

    […] qu’à la version policière des faits dès qu’il s’agit du mouvement social, on a plutôt l’habitude. On peut en revanche se demander quel rôle joue le Parti Communiste Français (PCF) dans cette […]

  9. Liberté d’expression et criminalisation de BDS en France – Quartiers XXI - 15 mars 2017

    […] antisémites et d’attaques contre une synagogue, allant même jusqu’à contredire le témoignage du rabbin de la synagogue de la rue de la Roquette et les vidéos prises et diffusées sur les […]

Commentaires fermés

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :