Peuple Kurde : entre deux feux

9 Oct

Les Kurdes ont refusé depuis le début de leur combat contre l’État Islamique une intervention militaire « internationale ». Aujourd’hui, on constate que le chaos régional permet au pouvoir turc d’Erdogan de réprimer les Kurdes et non de lutter contre l’État Islamique. Au contraire, le laisser-faire de la Turquie aux frontières a permis à Daesh de recruter et de combattre les structures kurdes mises en place dans le nord de la Syrie.

Arin Mirkan, capitaine des Unités populaires de défense, morte en combattant

Arin Mirkan, capitaine des Unités populaires de défense, morte en combattant

Depuis hier, le couvre-feu est instauré dans des régions kurdes de Turquie par le pouvoir d’Ankara. La police turque ouvre le feu sur les manifestants tuant plus d’une vingtaine de personnes.
Sur le front, la situation est critique. Le courage et la détermination des combattant.e.s kurdes ne manque pas, en revanche leurs ennemis sont mieux équipés.

 

 

Les frappes aériennes de l’OTAN ne sont pas faites en concertation avec les Kurdes, leur efficacité ne semble pas tant destinée à amoindrir les forces de l’État Islamique qu’à gêner les Kurdes qui se battent sur le terrain.
La Turquie, membre de l’OTAN, ne veut pas d’un peuple kurde organisé politiquement et militairement dans le nord de la Syrie. L’ennemi principal du pouvoir turc reste la résistance kurde et non Daesh. Il est clair que malgré les déclarations de façade, les puissances européennes sont capables de négocier avec « Daesh ».
La Résistance kurde est l’une des rares forces de la région qui ne compte que sur ses propres moyens pour lutter contre l’oppression qu’elles viennent de Daesh ou des gouvernements turcs, irakiens ou syriens. Elle est aussi porteuse d’un projet de société émancipateur, une alternative au libéralisme.
La résistance kurde appelle notre solidarité active. Pris entre deux feux celui des intérêts impérialistes occidentaux d’un côté et les monstres réactionnaires engendrés par les guerres de l’occident, le peuple kurde nous renvoie à notre situation au quartier.
Coincé entre le marteau et l’enclume, il faut s’organiser et lutter comme les Kurdes pour pouvoir se protéger. Ici comme au Kurdistan les ennemis sont les mêmes : l’impérialisme, le racisme, la haine des différences de genre, religieuses et culturelles. Tous ces fléaux se nourrissent de l’ignorance et de la violence sociale que sème partout le capitalisme.

Publicités

12 Réponses to “Peuple Kurde : entre deux feux”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Peuple Kurde : entre deux feux | ALTERNATIVES E... - 9 octobre 2014

    […] Les Kurdes ont refusé depuis le début de leur combat contre l’État Islamique une intervention militaire « internationale ». Aujourd'hui, on constate que le chaos régional permet au pouvoir turc d'E…  […]

  2. Peuple Kurde : entre deux feux - You'll Never Walk Alone - 10 octobre 2014

    […] Article de Quartier Libre […]

  3. Croire en ce qu’on fait, ça change tout | quartierslibres - 10 novembre 2014

    […] grande leçon du moment, ce sont les militant.e.s kurdes et la résistance kurde qui la donnent par l’exemple. Ces personnes dont on ne parle pas ou peu et dont on ne cite jamais […]

  4. On ne nous enterrera pas avec Charlie | quartierslibres - 14 janvier 2015

    […] que l’on défend. La plupart des révolutionnaires ou des personnes qui se sont battus et qui ont payé de leur vie pour des idées de justice sociale et d’égalité ont le plus souvent permis de faire […]

  5. Lutter contre l’embrigadement par la propagande nationale | quartierslibres - 30 janvier 2015

    […] pour la défense de ses propres intérêts. La guerre est un enfer, qu’elle se passe en Syrie, au Kivu ou ailleurs, aujourd’hui ou du temps de l’Empire […]

  6. L’âne médiatique en bottes allemandes | quartierslibres - 4 février 2015

    […] interne du parti lepéniste. Une info de premier plan, plus importante que ce qui se passe à Kobané, au Nigéria ou au Mexique. Depuis, même le plus obscur petit cadre du parti a son rond de […]

  7. Même causes, mêmes effets : l’impérialisme ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit d’un complot | quartierslibres - 14 mai 2015

    […] prix de très nombreuses victimes civiles. De la même manière, des mouvements organisés comme le PKK ou le Hezbollah résistent, en suivant leurs logiques propres et en nouant parfois des alliances […]

  8. Là où il y a une volonté, il y a un chemin | quartierslibres - 9 juin 2015

    […] à l’impérialisme américain et à ses moutons en occident et en orient. Depuis plus de 50 ans, la gauche kurde est le creuset où de nombreux militants se forment et acquièrent des expériences militantes qui […]

  9. Guignolades et guerres civiles | quartierslibres - 1 septembre 2015

    […] » (la Turquie, la France, les USA, etc.) alors que ce sont eux qui sur le terrain sont le fer de lance contre Daech, qui est présenté comme l’horreur absolue essaimant des tueurs à travers le […]

  10. Etat d’urgence en mode Turc | Quartiers libres - 22 décembre 2015

    […] Turquie nos camarades kurdes et turcs subissent une répression ultra violente de l’état turc au service des impérialistes […]

  11. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] la républicaine qui se met à honorer des opérations kamikazes. Elle pensait peut-être alors au martyr d’Arin Mirkan, capitaine des Unités populaires de défense morte en combattant. S’il faut être une femme […]

  12. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | infoLibertaire.net - 6 mars 2016

    […] qui se met à honorer des opérations kamikazes. Elle pensait peut-être alors au martyr d’Arin Mirkan, capitaine des Unités populaires de défense morte en combattant. S’il faut […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :