Anti-sionisme et anti-impérialisme : retour sur l’histoire du BUND.

28 Mai

Les antisémites de tous bords assimilent l’ensemble des populations juives au courant sioniste, pour créer l’illusion d’une unité d’intérêt justifiant leur obsession idéologique. Pourtant dans l’histoire du XIXe et du XXe siècle, les premiers opposants au sionisme furent des groupes politiques juifs. Le plus connu d’entre eux, le BUND (acronyme correspondant à l’union générale des ouvriers juifs de Russie, de Pologne et de Lituanie) est un parti revendiquant une identité yiddish, en tant que minorité opprimée, et se proclamant antisioniste, internationaliste et socialiste (au sens marxiste). L’histoire du BUND manifeste la diversité des points de vue politiques exprimés par les communautés juives à l’égard du sionisme.

BUND1

Naissance du BUND : Un parti de masse en lutte.

A la fin du XIXe siècle, l’empire russe englobe les pays baltes, la Pologne, la Biélorussie et l’Ukraine : dans cette vaste région se trouve la zone de résidence [1] où habitent la majorité de la population juive dans une grande misère. Le BUND voit le jour à Vilnius lors de son congrès fondateur du 25 au 27 septembre 1897 qui rassemble des délégués représentent les différents cercles socialistes yiddish. Il s’agit pour le prolétariat juif de se doter d’un parti de lutte contre le capitalisme et contre les discriminations raciales. Dès sa création, le parti est internationaliste, prônant le resserrement des liens avec tous les autres mouvements ouvriers.

Depuis 1895, un grand nombre de grève secoue l’empire tsariste [2]. Le BUND joue en grand rôle organisationnel dans ces grèves notamment en aidant à la structuration de caisses de grève. Les militants bundistes se forment à la lutte des classes sur le terrain et dans les livres, car l’éducation populaire est une des priorités, avec la création de plusieurs bibliothèques. Le devise du  BUND : « dans la rue, vers les masses », insiste sur l’absence de distinction entre bourgeoisie juive et non juive. Alors que de nombreuses grèves qu’ils mènent sont victorieuses et violentes, certains patrons non juifs attisent l’antisémitisme chez les ouvriers afin de briser les luttes sociales. Face à cela, les bundistes participent à la création des sections locales socialistes marxistes,  afin d’organiser les ouvriers non juifs et de combattre la bourgeoisie et l’antisémitisme.

Mais le BUND se heurte aussi à des oppositions de certains rabbins et de des institutions religieuses, soucieuses de préserver un consensus interne à la communauté, et voyant dans ces luttes sociales une remise en cause de l’ordre établi. Cette opposition se systématise progressivement : un nombre croissant de prolétaires juifs considère la laïcité comme une étape non négociable dans leur processus d’émancipation, tandis que des rabbins créent des organisations anti-bundistes, vouées à l’échec.

 

Un parti antisioniste.

Le BUND s’affirme très tôt comme antisioniste : ils considèrent l’émigration en Palestine comme une fuite en avant ; le projet sioniste ne pouvant ni régler la question de l’antisémitisme, ni satisfaire le prolétariat juif. A son quatrième congrès, le BUND adopte une position résolument antisioniste : « Le congrès considère le sionisme comme une réaction de la classe bourgeoise contre l’antisémitisme et la situation anormale du peuple juif ». À la suite de ce congrès, le BUND refuse l’incorporation de tout élément sioniste dans ses organisations : entretenir l’idée de la création d’un état juif en Palestine ne fait que détourner le prolétariat du vrai combat, la lutte des classes.

Le BUND se démarque du reste de la communauté juive, en considérant l’hébreu comme une langue morte et en rompant avec les traditions religieuses. Ces militants politiques considérent le yiddishland comme une territoire à part  et une entité culturelle autonome : leur terre c’est leur lieu de naissance [3]. Cette position leur vaut aussi l’inimité des communistes qui considère ses revendications d’autonomie culturelle comme une déviance nationaliste. Trop juifs pour les communistes et pas assez pour les sionistes, le BUND se bat sur un double front politique et culturel.

L’opposition du BUND aux sionistes est constante. Même si certains de ses membres quitte le parti pour rejoindre les organisations sionistes marxistes. En 1929, des sionistes protestent contre l’attaque de la communauté juive de Palestine par des Palestiniens. Le BUND refuse de se joindre à ces protestations argumentant que la responsabilité de ses attaques incombe aux juifs émigrés là-bas autant qu’à la politique impérialiste anglaise. Les tensions deviennent extrêmement violentes entre la droite sioniste et les bundistes : Vladimir Jabotinsky, créateur du BETAR et antisocialiste auto-proclamé, définit le BUND comme « le fossoyeur du judaïsme » ; pour les bundistes, il devient alors « führer Mussolini ».

Entête Journal Naftali Botwin

Un parti d’autodéfense et de combat.

Dès sa création le BUND eu à combattre physiquement pour sa survie et celle de ses membres, lors des grèves, mais aussi et surtout contre les attaques antisémites ciblant les quartiers juifs. Face aux pogroms, les bundistes créent des sections d’autodéfense, les boevie otriady, recrutant dans le prolétariat et s’entraînent aux tactiques de combats urbains. En 1903, à Gomel (au sud de la Biélorussie actuelle) et à Dvinsk (Lettonie) les groupes d’autodéfense mettent en déroute les antisémites.

Le BUND prit très tôt la mesure du danger fasciste, comprenant que le combat contre le racisme et le fascisme ne pouvait se cantonner à la défense des ghettos. À partir de 1936, de nombreux membres rejoignent les brigades internationales en à l’occasion de la guerre d’Espagne : ils sont regroupés au sein de la compagnie juive, Naftali Botwin. Il s’agit bien sûr de combattre l’ennemi fasciste là où il se trouve, mais aussi de prouver par leur héroïsme que les clichés antisémites (juifs victimes et intellectuels) sont faux.

Lorsque la volonté des nazis d’exterminer les juifs se fit jour dans les ghettos de l’Est de l’Europe, les combattant(-e)s du BUND décident de lutter et de mourir les armes à la main. Ils jouent un rôle majeur dans de l’insurrection du ghetto de Varsovie, au printemps 1943. Marek Edelman, un des commandants de la révolte, est un des leaders du BUND, et organise une résistance acharnée. Parmi les survivants, certains sont déportés, d’autres rejoignent les partisans.

À la fin de la guerre, certains bundistes rejoignent Israël, sans pour autant reconnaître cet état mais « las des défaites » ; d’autres restent en Europe en Pologne, ou émigrent. En détruisant le prolétariat yiddish, les nazis détruisirent également le BUND, émanation de la rue et du peuple.

 LATA 40

Résonnance actuelle de l’expérience bundistes.

L’expérience du BUND remet en cause l’argument majeur des sionistes consistant à présenter la création d’un état d’Israël fort comme la logique finale de la longue histoire du peuple juif et comme la seule réponse à un antisémitisme virulent. L’histoire des bundistes doit être rappelée afin de se souvenir que des hommes et des femmes ont portés un autre idéal, non pas irréaliste mais concret et implanté dans les populations. De ce point de vue, le sionisme ne se pose plus comme l’aboutissement d’un mouvement historique immuable mais bien comme une idéologie ayant mieux manœuvrée que d’autres durant des périodes troubles.

Cette histoire vient aussi mettre en échec les principaux arguments antisémites malheureusement tant à la mode en ce moment. Aucune population ne représente un bloc culturel et politique, n’en déplaisent aux antisémites mais les juifs aux aussi ont eu une histoire politique riche et complexe.  Ces échos historiques viennent rappeler qu’aujourd’hui comme hier, que tous les juifs ne sont pas des bourgeois et tous les juifs ne sont pas sionistes.

 

[1] Zones restreintes – essentiellement urbaines  –  à l’intérieur de la Russie impériale où les Juifs étaient obligés de résider.

[2] Entre 1895 et 1904 2276 grèves éclatent.

[3] « Les palmiers et les vignobles de Palestine me sont étrangers », Vladimir Medem.

Publicités

14 Réponses to “Anti-sionisme et anti-impérialisme : retour sur l’histoire du BUND.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Anti-sionisme et anti-impérialisme : retour sur l’histoire du BUND. | Déboires et enchantements - 29 mai 2014

    […] Source : https://quartierslibres.wordpress.com/2014/05/28/anti-sionisme-et-anti-imperialisme-retour-sur-lhisto… […]

  2. LDJ et Soral: l’union sacrée | quartierslibres - 5 juin 2014

    […] politique antisémite est compatible avec le projet politique de la LDJ. Antisémitisme et sionisme vont de pair et se renforcent. Les militants comme Dieudonné et Soral sont les alliés objectifs d’Israël, et donc les […]

  3. Vive la France | quartierslibres - 21 juillet 2014

    […] celui de la Tunisie, celui du Mexique et de l’EZLN, celui de l’ANC, celui du Bund, celui des communistes, il est celui de la Palestine, des antifascistes, des femmes en lutte du 93, […]

  4. Karl Marx 1818-1883 | Pearltrees - 26 août 2014

    […] le bund créé en parallèle du sionisme. 1936 guerre d'Espagne mouvement Naftali Botwin. Les antisémites de tous bords assimilent l’ensemble des populations juives au courant sioniste, […]

  5. À lire | Pearltrees - 16 novembre 2014

    […] Anti-sionisme et anti-impérialisme : retour sur l’histoire du BUND. Les antisémites de tous bords assimilent l’ensemble des populations juives au courant sioniste, pour créer l’illusion d’une unité d’intérêt justifiant leur obsession idéologique. […]

  6. Les élections en Israël | quartierslibres - 17 mars 2015

    […] sionisme c’est une idéologie nationaliste née en Europe et qui s’est concrétisée à la chute du nazisme. La création d’Israël aurait pu avoir lieu […]

  7. Le racisme systémique est une plaie historique | quartierslibres - 22 mai 2015

    […] qui a fondé la naissance de l’Etat d’Israël est un produit de pensée européenne de la fin du XIXème siècle. Le sionisme est un nationalisme culturel, ethnique et religieux suivant la période et les […]

  8. Le culte de la République | quartierslibres - 28 mai 2015

    […] politiques, le Jaurès pacifiste se fait alors cannibaliser par la république guerrière. Jules Ferry, dont on gomme le colonialisme, est présenté comme le grand patriarche des enseignants […]

  9. Séance du dimanche. La Patagonie rebelle | Quartiers libres - 4 octobre 2015

    […] combative également –les luttes sociales, mais cete fois-ci en Europe de l’est, où la tradition bundiste était très présente. L’année suivant, c’est dans l’extrême sud du pays que le feu se […]

  10. Le fond et la forme : chez Soral, les deux sont vaseux | Quartiers libres - 23 octobre 2015

    […] sionisme est un produit de la pensée européenne du XIXème siècle. C’est un nationalisme européen et il en reproduit les même travers. Pour beaucoup de […]

  11. La séance du dimanche : Le capitalisme | Quartiers libres - 6 décembre 2015

    […] La matrice du capitalisme est purement européenne, il n’y a pas d’origine « sioniste » ou des juifs qui contrôlent tout mais un mécanisme de compétition impitoyable entre […]

  12. BDS : les vraies luttes appellent une vraie répression | Quartiers libres - 8 mars 2016

    […] que certain.e.s militent activement contre la politique de cet État, que l’histoire des juifs et des juives d’Europe soit marqué par un courant « anti sioniste ». Tout ça passe à la trappe. Les anti-systèmes en carton ont bien travaillé et la classe […]

  13. La séance du dimanche : Der Dibbuk – ★ infoLibertaire.net - 12 juin 2016

    […] ait subsisté à la destruction nationale socialiste (nazie). D’ailleurs l’histoire politique du Yiddishand et la culture Yiddish reste encore largement méconnue jusqu’à […]

  14. La séance du dimanche : Der Dibbuk | Quartiers libres - 13 juin 2016

    […] qui ait subsisté à la destruction nationale socialiste (nazie). D’ailleurs l’histoire politique du Yiddishand et la culture Yiddish reste encore largement méconnue jusqu’à […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :