Le virus du complot

10 Juil

Deux nouvelles sans aucun rapport ont meublé les colonnes de la presse ces derniers jours.

La première est que le virus Ebola se diffuse plus largement qu’auparavant sur le continent africain. La seconde est que l’Institut Pasteur a égaré des échantillons du virus du SRAS.

Comme c’est l’été, on a de quoi faire un bon blockbuster.

Avant que des dentistes fantasques ou leur mentor qui comprend l’empire ne fasse une fiction à succès, on va tenter de voir quel est point commun entre ces deux événements.

Commençons avec la propagation du virus Ebola. Cette maladie est une fièvre hémorragique très contagieuse, elle se transmet à l’homme depuis la chauve-souris.

Nosferatu Murnau

a) chauve-souris + fièvre hémorragique : on a le blockbuster. Les vampires existent. Reste à déterminer à quel groupe humain ils appartiennent.

b) c’est le coup d’une agence d’un gouvernement ou d’une multinationale pour liquider une partie de la population et piller des ressources. Reste à déterminer qui contrôle ces multinationales ou officines gouvernementale. Choix compatible avec le scenario (a) : les vampires contrôlent le monde, c’est bien connu.

c) La diffusion de cette maladie tient du fait que les virus mutent pour survivre et que, moins foudroyant, il peut se diffuser plus largement. Par ailleurs, la déforestation imposée par l’exploitation des ressources naturelles ainsi que les conflits met en contact les humains avec les points de contamination dans des zones rarement atteintes. C’est ainsi que les personnes contaminées sont plus nombreuses et elles peuvent transmettre la maladie à des gens plus rapidement : l’avancée sur la forêt facilite les moyens de communications. La déforestation, les conflits générés par le pillage de ressources naturelles ont des responsables que l’on peut trouver : entreprises et États. Les noms des décideurs sont connus.

 

Le troisième scenario s’appuie sur des constats réels et une approche scientifique, économique et sociale de la situation. Elle permet aussi de comprendre comment les activités humaines ont un impact sur l’environnement. Si cet impact est néfaste, il est possible de trouver des moyens d’action en direction des organismes publics et privés qui les mettent en œuvre. C’est possible, mais c’est moins extraordinaire que d’imaginer des monstres ou des agents des services secrets dans un pays lointain. C’est aussi plus responsabilisant, le train de vie des gens qui habitent en France repose en grande partie sur le pillage du continent africain.

 

Passons aux échantillons du SRAS de l’Institut Pasteur qui se sont envolés dans la nature. Le SRAS c’est un coronavirus de la famille de la « grippe avaire ».

resident evil conspiration

a)      Un groupe terroriste s’est emparé des flacons et va s’en servir pour commettre des attentats ou menacer la sécurité du monde libre. Il suffit de coller une étiquette qui donne un label d’authenticité au groupe terroriste (IRA, anciens du KGB, Al Qaida, etc).

b)      C’est un coup monté par un gouvernement ou une multinationale afin de faire diminuer le nombre d’humain sur terre et de contrôler le monde grâce au seul remède à la maladie qui est en leur possession. Cette option est cumulable avec la première : le groupe terroriste est manipulé par un gouvernement ou une entreprise.

c)      Depuis plusieurs dizaines d’années afin de faire des économies dans le budget de l’Etat, les services publics externalisent les services afin de faire chuter le nombre de fonctionnaires. La logistique fait partie des secteurs concernés. Les boites de logistiques utilisent des travailleurs précaires et les payent mal. Le boulot est fait à l’arrache, sans suivi. C’est ainsi qu’un frigo contenant la souche du virus SRAS disparait : embarqué par erreur par un intérimaire (peut-être même Sans-papiers), la boite qui l’emploie camoufle la faute et le service public concerné par la disparition sort le parapluie administratif. Une souche de virus tueur dans la nature, la faute aux coupes budgétaires.

 

Le troisième scénario n’est pas folichon niveau suspense. C’est le traintrain quotidien qui explique pourquoi les hôpitaux fonctionnent moins bien qu’avant ou que les transports en communs partent en vrilles. C’est ce qu’on subit tous les jours en se disant qu’on paye trop d’impôts en France et que les patrons vont tous partir à l’étranger avec les emplois sous le bras tellement il n’y a pas de culture de la compétitivité dans ce pays. Bref, on est un peu tous complices de cette potentielle catastrophe du SRAS dans la nature, et les grands organisateurs de ces économies sur notre vie vont du PS au FN. Pas difficile de trouver des noms de responsables, le seul suspense tient à comment on attribue les marchés public.

 

Comme les deux scénarios « c » sont une base de documentaire sur la vie quotidienne low cost, ils ne font pas rêver. Il faut aussi prendre en considération que regarder les choses sous cet aspect incite à lutter et devenir responsable.

Seuls ceux qui luttent savent

Seuls ceux qui luttent savent

Pour beaucoup de personnes, changer les choses n’est plus possible. Quand on n’a pas envie de réussir, on se cherche des excuses. C’est ainsi que les scénarios « a » et « b » deviennent des schémas de pensée dominants. Il y a toujours un « vilain » responsable du malheur des autres parce que différent et méchant, et tout est ficelé en haut lieu par des gens qui contrôlent tout.

Le « virus » du complot qui touche notre société actuellement est juste le symptôme d’une résignation non assumée.

8 Réponses vers “Le virus du complot”

Trackbacks/Pingbacks

  1. C comme Complot et Charlie | quartierslibres - 16 janvier 2015

    […] médias paraissent surpris que des versions hallucinantes des faits qui se sont déroulés puissent avoir un succès ailleurs qu’à travers leurs canaux. […]

  2. Les médias n’aiment pas le reflet que nos mômes renvoient de leur monde | quartierslibres - 2 mars 2015

    […] Derrière tout cela, ce n’est pas l’œuvre du diable comme voudrait nous le faire quoi les moralisateurs à deux balles, derrière tout ça c’est le règne du capitalisme ou le seul étalon c’est l’épaisseur de ton compte en banque. Nous vendre autre chose à partir de ce clip qu’une condamnation de l’éthique du capitalisme, c’est nous prendre pour des idiots. Cette bêtise de nos petits frères n’est possible dans nos quartiers que parce que l’éducation populaire n’existe presque plus, le PS et la gauche de gouvernement l’ont tuée en instaurant partout du clientélisme qui a découragé les bonnes volontés et isolé les militants. Si on ne veut pas que nos petits succombent aux sirènes du capitalisme et se perdent dans des comportements de prédations, il faut s’organiser sur d’autres bases au quartier que celles du culte de la réussite individuelle. Il faut aussi sortir des postures morales faciles et stériles de ceux qui se pâment en racontant que c’est l’œuvre du diable. […]

  3. La quête de sens | quartierslibres - 17 mars 2015

    […] quête de sens, pour certain.e.s, revient à assigner un sens à des choses au mépris du réel. C’est la mission que se donne un paquet de gens surtout sur le net. Les plus barrés iront […]

  4. Ça s’appelle un milliardaire | quartierslibres - 7 avril 2015

    […] des axes de lutte efficace face aux dominations que nous subissons il nous faut sortir des systèmes narratifs complotistes qui font des Juifs, des Illuminatis ou des Francs-Maçons les maîtres du monde. Les gens qui […]

  5. Problèmes d’orientation chez les chasseurs de confusionnistes | quartierslibres - 27 avril 2015

    […] de thèses conspirationnistes et de leur impact politique auprès des classes populaires et au-delà, mais de mettre en garde contre une propension à l’accusation généralisée contre toute […]

  6. Diffamer plutôt qu’argumenter ? | Histoires de France - 27 avril 2015

    […] de thèses conspirationnistes et de leur impact politique auprès des classes populaires et au-delà, mais de mettre en garde contre une propension à l’accusation généralisée contre toute forme […]

  7. Même causes, mêmes effets : l’impérialisme ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit d’un complot | quartierslibres - 14 mai 2015

    […] une difficulté à dégager des perspectives de lutte, tant les grilles de lecture proposées sont contre-productives, voire […]

  8. Une terre où ruissellent lait et miel | quartierslibres - 6 juillet 2015

    […] excité et de moins en moins pris au sérieux par les autres pour nous expliquer que c’est encore un coup des illuminatis qui veulent avoir le contrôle de la pollinisation pour dominer le monde. Son alter ego dissident […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :