Les médias n’aiment pas le reflet que nos mômes renvoient de leur monde

2 Mar

Le dernier scandale monté en épingle par les chaînes de téloche c’est un clip joué par des mômes de Sarcelles qui reprend les valeurs de la pensée dominante. C’est-à-dire les valeurs propagées par les médias.
Quand les lyrics de n’importe quel mec de droite se retrouvent dans le flow de marmots cela devient choquant.
C’est étonnant que ces médias qui glorifient constamment le monde des affaires et présentent les pires comportements de prédation comme « acceptables » lorsqu’il s’agit de licenciements économiques pour des dividendes, de corruption, de violence faites aux femmes quand l’agresseur est riche puissant et blanc comme Strauss-Kahn, ne parlent pas d’intégration réussie quand des mômes de Sarcelles parlent de faire du fric par n’importe quel procédé et chantent que les femmes sont des objets sexuels.

sarcelleslite_oseille

Ainsi, tous les hypocrites donneurs de leçons s’insurgent parce que des mômes disent qu’ils veulent compter des « llets-bi ». Palper de l’oseille c’est pas le truc dont on nous fait la promotion à longueur de temps à la téloche et dans la presse, non ?
La motivation de ces mômes est-elle bien différente de celle du gang Balkany sans scrupule ou d’un Cahuzac qui utilise son talent de médecin pour faire repousser des cheveux a des vieux chauves blindés d’oseille pour courir après mettre son magot a l’abri du fisc en Suisse ? S’il faut blâmer ces mômes pour leur vision déplorable du sens de leur vie, il faudrait avant tout condamner ces adultes qui ont façonné le monde dans lequel ils doivent vivre.
Avec un peu moins de racisme et de haine de classe, les éditorialistes pourraient voir dans ces gamins des futurs grands capitaines d’industrie motivés pour affronter la concurrence et conquérir des parts de marché à tout prix. Ils pourraient aussi y découvrir un futur confrère prêt à dire n’importe quoi pourvu que ça buzze. Bref, une personne qui a compris comment fonctionne leur monde et veut y faire sa place quitte à écraser les autres.

Depuis des années une partie importante du monde médiatique dépeint les mômes des quartiers populaires comme des monstres : toujours plus jeunes à entrer dans la délinquance et toujours plus violents. La promotion de ce clip sert de preuve par l’image à ces stratégies constantes de diabolisation. Mais c’est la preuve de quoi ? Aucune personne sensée ne peut être dupe, ces mômes ne sont pas les bandits qu’ils prétendent, c’est juste des mômes qui font le buzz avec les codes du système. Ce n’est pas intelligent mais c’est tout, ils sont aussi crédible en gangster que les boss, durs et dombis du showbizz. Ce clip qui relève de la fiction devient par la magie des polémistes la réalité.

BFM_Oseille

Dans la foulée des polémistes, tous les moralisateurs à deux balles s’en saisissent pour nous faire peur avec cette jeunesse qui serait a la fois cupide ou manipulé par les illuminatis ou les élites satanistes.
Il faut revenir sur terre: ce n’est qu’un clip joué par des gamins en mal de notoriété.

Se casser le dos dans un boulot précaire et compter le moindre centime sans pouvoir avoir de temps pour s’occuper de sa famille c’est le monde réel dans lequel on grandit dans les quartiers populaires. Pour nous faire oublier et accepter ce quotidien, on nous bombarde d’émissions économiques, de publicités et de délires « people » vantant le culte du fric. Il est normal que des petits en retiennent les leçons et en utilisent les codes pour tenter d’échapper au destin de leur parents.
D’ailleurs qui explique que les parents de ces gosses sont des nases irresponsables ? Ces mêmes polémistes et moralisateurs. Du coup, c’est du bon sens que les mômes reprennent les valeurs des « winners » vues à la télé et pas de leurs « nases de parents ».

BFM_Brunet

Le buzz des médias sur cette affaire est risible. Parler mal des femmes c’est acceptable quand c’est Zemmour mais pas quand c’est des mômes de cités ? Faire de l’argent avec n’importe quoi sans morale et sans éthique comme par exemple avec la télé réalité c’est promouvoir un projet de société viable ? La cupidité, le sexisme, la violence c’est respectable que quand c’est mis en scène par des pros, blancs et bourgeois ? Quand c’est par les gamins d’en bas du bâtiment qui veulent gratter leur part avec les moyens du bord ça devient scandaleux.
Ceux-là même qui part cupidité ont décuplé ce processus d’abrutissement que Sinik décrivait avec cette rime « tout a changé quand Loana s’est fait baisé dans la piscine » sont les premiers aujourd’hui à jouer les pères la morale sur un clip pour ados sur youtube ? Cette énième hypocrisie médiatique est à la hauteur du mépris pour les classes populaires de ceux qui ont osé mettre en scène les ébats d’une fille paumée dans une piscine.

Derrière tout cela, ce n’est pas l’œuvre du diable comme voudrait nous le faire croire les moralisateurs à deux balles, derrière tout ça c’est le règne du capitalisme ou le seul étalon c’est l’épaisseur de ton compte en banque. Nous vendre autre chose à partir de ce clip qu’une condamnation de l’éthique du capitalisme, c’est nous prendre pour des idiots.
Cette bêtise de nos petits frères n’est possible dans nos quartiers que parce que l’éducation populaire n’existe presque plus, le PS et la gauche de gouvernement l’ont tuée en instaurant partout du clientélisme qui a découragé les bonnes volontés et isolé les militants. Si on ne veut pas que nos petits succombent aux sirènes du capitalisme et se perdent dans des comportements de prédations, il faut s’organiser sur d’autres bases au quartier que celles du culte de la réussite individuelle. Il faut aussi sortir des postures morales faciles et stériles de ceux qui se pâment en racontant que c’est l’œuvre du diable.

cardet-sarcelles

C’est par le collectif, par l’entraide, par nos luttes du quotidien contre l’injustice que l’on construit une alternative à ces représentations mortifères. Tout le reste ce n’est qu’hypocrisie, tous ceux qui critiquent ces mômes et leur clip idiot ou qui les présentent manipulés par le Diable ou « Def Jam » sont aussi ceux qui ne bougent jamais le petit doigt pour améliorer le quotidien du quartier.
Cette hypocrisie-là, elle est aussi nuisible que celle des médias. Ce n’est pas en s’inventant des ennemis imaginaires –juifs, illuminatis, francs-maçons – tout puissants qui contrôlent jusqu’au clip des mômes de Sarcelles que l’on fait bouger les choses dans le quartier.
Si on ne veut pas que nos petits frères gâchent leur vie à courir derrière des illusions alors il faut devenir acteur des résistances du quotidien qui passent par exemple par le soutien scolaire, les projets socio-sportif et socio-éducatif, l’accès à la culture, la solidarité internationale, la lutte contre les violences policières, contre le racisme.
Toute autre action n’est qu’une posture hypocrite.

Publicités

9 Réponses to “Les médias n’aiment pas le reflet que nos mômes renvoient de leur monde”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Politique divers 2 | Pearltrees - 4 mars 2015

    […] . « J’avais bien vu ces jeunes. La très belle synagogue de Bradford. [VIDEO] Une directrice d’école dénonce l’hypocrisie à la française devant Valls et Vallaud-Belkacem. Les médias n’aiment pas le reflet que nos mômes renvoient de leur monde. […]

  2. Les médias n’aiment pas le reflet ... - 4 mars 2015

    […] Le dernier scandale monté en épingle par les chaînes de téloche c’est un clip joué par des mômes de Sarcelles qui reprend les valeurs de la pensée dominante. C’est-à-dire les valeurs propagées par les médias. Quand les lyrics de n’importe quel mec de droite se retrouvent dans le flow de marmots cela devient choquant. C’est étonnant que ces médias qui glorifient constamment le monde des affaires et présentent les pires comportements de prédation comme « acceptables » lorsqu’il s’agit de licenciements économiques pour des dividendes, de corruption, de violence faites aux femmes quand l’agresseur est riche puissant et blanc comme Strauss-Kahn, ne parlent pas d’intégration réussie quand des mômes de Sarcelles parlent de faire du fric par n’importe quel procédé et chantent que les femmes sont des objets sexuels.(…)  […]

  3. Pour Zyed et Bouna : une condamnation à nous battre | quartierslibres - 20 mai 2015

    […] ambiant ou du fait que l’on se laisse bercer et berner par les mauvaises personnes. Marcher, cracher sur les autres ne permet pas de […]

  4. La France en maillot de bain | quartierslibres - 28 juillet 2015

    […] un standard et une norme de physique à travers émissions et publicités pour faire l’argent. Plus hypocrite qu’eux tu meures. C’est leur représentation et leur exploitation d’image de femmes « parfaites » souvent nues […]

  5. Les limites de l’antisystème viennent d’être atteintes | quartierslibres - 4 août 2015

    […] à force de punchlines et de postures provocatrices, les Zemmour, Soral and Co relayées par les médias dominants ou des entreprises d’ingénierie politique sponsorisées par le FN comme E&R (Egalité et […]

  6. Air France : « la fierté des nôtres » | Quartiers libres - 9 octobre 2015

    […] d’autre d’un gouvernement qui renie a ce point les fondamentaux de la gauche et de medias qui déforment a ce point la réalité de cet évènement en nous parlant de lynchage la ou […]

  7. Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression | Quartiers libres - 27 octobre 2015

    […] révolte a fait très peur de par sa durée et par les images en contraste qu’elle renvoyait du pouvoir en place et de la société. Cependant, elle n’a pas été structurée et n’a pas […]

  8. Etat des lieux de l’état d’urgence : premiers constats | Quartiers libres - 29 novembre 2015

    […] Zadistes n’ont absolument rien à voir avec des Tak-taks. Même les reportages bidons de TF1 auraient du mal à établir une telle connexion. Pourtant, dans le contexte actuel, les […]

  9. Bonne année pour le gouvernement socialiste, ça se dit « Goodyear  | «Quartiers libres - 13 janvier 2016

    […] Cette phrase ironique de Berthold Brecht devient une option politique viable et elle pave l’accès au pouvoir du Front National. Plutôt que de résorber les inégalités économiques et sociales, de lutter contre le pouvoir du fric et des entreprises, le parti « socialiste » inscrit le racisme dans la constitution et permet une concurrence sauvage et violente entre pauvres. Le tout nous est emballé par les défenseurs de la finance (Macron, Valls, Hollande et tout ce qui se trouve à leur droite) comme nécessaire au nom de l’intérêt commun et de la lutte contre le terrorisme et la violence. […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :