Ça s’appelle un milliardaire

7 Avr

Si on en croit les délires de Soral et de tous les aficionados de Meta Tv, Agence Info Libre et autres produits dérivés de la dissidence type « le libre penseur », on serait tenté de croire que la finance contrôle tout et qu’elle est aux mains des Juifs. À longueur de vidéo, ces gens nous expliquent que les doigts crochus des Juifs perfides tiennent l’économie du monde et font saigner tant la France que l’Afrique et la Palestine afin d’établir le règne de Satan parce qu’ils n’ont que ça à faire.
On a suivi leurs conseils : « on ne croit pas ce que les médias nous disent » (même alternatifs, qu’ils soient payés par le FN ou la Russie de Poutine) et on a été chercher dans les classements établis par des sites de référence de la pensée dominante, c’est à dire celle des gens pour qui être riche c’est le nec plus ultra.

500 fortunes
Pas besoin de lire une obscure feuille de chou ou un rapport secret, il suffit de faire comme les dissidents. Un tour du Net et on trouve des infos.
Selon Challenges.fr sur le podium des plus grosses fortunes du pays on trouve:
En 3ème position, Mulliez, patron d’Auchan (entre autres) dont la fortune personnelle s’élève à plus de 37 milliards d’euros. C’est un pur produit de la bourgeoisie catholique du Nord et qui ne fait pas confiance aux banques. Un gars qui incarne les valeurs de la dissidence : patriote, catholique et anti communiste primaire.
Sur la seconde marche du podium, on trouve la célèbre Liliane Bettencourt et la famille Meyers. On en tient un : Meyers, c’est des Juifs. Mais la réalité des alliances des capitalistes est un peu plus complexe à lire qu’une liste de Schindler version Drumont ou Ratier. Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal et père de Liliane (devenue Bettencourt après son mariage) était un grand fan de l’extrême droite antisémite, celle qui prenait pour argent comptant « la France juive » de Drumont et qui a cherché à concrétiser par les actes sa folie raciste durant la collaboration. Son explication du monde, à Eugène, repose sur la haine des Juifs, un patriotisme dévoyé et un anti-communisme classique. À la libération, il rencontrera quelques problèmes durant l’épuration, puisqu’il lui faudra rendre compte de ses engagements et de certaines déclarations telles que celle-ci: » Nous n’avons pas eu la chance des nazis(…) Nous n’avons pas la foi du national-socialisme. Nous n’avons pas le dynamisme d’un Hitler poussant tout le monde. »
Ce « dynamisme » aurait dû permettre de construire, d’après lui, « la nouvelle Europe en coopération avec l’Allemagne et toutes les autres nations européennes libérées comme elle du capitalisme libéral, du judaïsme, du bolchévisme et de la franc-maçonnerie « .

Eugène Schueller
Eugène, c’est en quelque sorte un dissident avant l’heure. Pendant l’Occupation, Eugène s’était entiché de Marcel Déat, à qui il fournissait argent et réseau d’influence dans le capitalisme français pour réaliser l’aryanisation de l’économie française. Il s’agissait prosaïquement de s’accaparer les biens d’autres capitalistes, mais Juifs, ceux-là. Après-guerre, la multinationale l’Oréal a servi à reclasser les nazis à l’issue de la débâcle du troisième Reich. La famille Bettencourt/Schueller offre l’illustration parfaite du cynisme des classes possédantes, dont les alliances sont fonction des intérêts et des haines du moment. Après avoir oeuvré avec les nazis, remparts contre le péril rouge, à la défaite du Reich, on se blanchit avec les réseaux Bettencourt/Dalle/Mitterand. On marie alors sa fille à André Bettencourt, et une génération après, sa petite fille avec un homme d’affaire de Neuilly, un Juif fils de déporté. Tout est une question de contexte. L’argent n’a pas d’odeur, mais il doit être conservé. Pas de sionisme ici, juste une gestion familiale du capital. Neuilly, ton univers impitoyable.
Revenons-en à notre palmarès des maîtres de la France.
Le n°1 français, c’est Bernard Arnault. Il est à la tête d’un empire du luxe et de la mode. Le type le plus riche de France a fait fortune grâce au monde de la mode. C’est un bon catholique lui aussi, héritier d’une famille d’industriels du Nord. Dur à saisir pour les dissidents, eux qui considèrent la mode comme un univers de dégénérés opposés aux valeurs viriles de la France éternelle. À sa tête on trouve pourtant un bon catholique : pour la dissidence, la confrontation au réel, c’est souvent très compliqué.

Le top 3 des fortunes de France compte donc du catho et beaucoup de cynisme, mais pas de griffes acérées ou de nez crochus.
Descendons dans le classement afin de voir si l’on y trouve ceux que la Dissidence nous décrit comme ces hordes de méchants Juifs prêts à détruire la France en piquant tout l’argent des travailleurs et à remplacer la population blanche, au seul motif que leur patrimoine génétique les destinerait à vouloir faire du mal aux gentils Français.

En n°4 on trouve un protestant qui donne dans le luxe (Bertrand Puech).
En 5 et 6, on trouve la famille Wertheimer, des Juifs d’Alsace, et Serge Dassault. Les Wertheimer ont vu croître leur fortune après la seconde guerre quand on leur a restitué de l’argent saisi par les nazis et les amis/complices de Schueller, le papa de Liliane.
Ces petits litiges historiques n’empêchent jamais tout ce petit monde de se côtoyer dans les conseils d’administration et de nouer des alliances familiales et économiques.
Serge Dassault est le fils de Marcel, déporté à Buchenwald. Il est protégé et sauvé par les militants communistes prisonniers au camp de Buchenwald parce que Marcel représentait un intérêt « français » en tant que spécialiste de l’aviation.

Marcel Dassault
Voilà enfin un vrai patron juif, mais il a donné à la France des patriotes, le Mirage, le Rafale et tous ces objets volants inutiles qui fascinent les fanas militaires de la dissidence en carton de Soral. Un « bon Français » en somme, d’après les critères « dissidents », d’autant que Serge est aussi de droite, converti au catholicisme depuis 1950 et farouchement anti-communiste – oublieux qu’il semble de ce que sa famille doit aux militants communistes.
En 7ème position, on trouve un gars qui s’est enrichi en spéculant sur le sucre. Les stéréotypes ont la peau dure : François Pinault est Breton.
À la 8ème place, c’est encore un Breton: Vincent Bolloré, le Monsieur Françafrique du moment.
En 9, on trouve Xavier Niel, un gars qui défend la liberté d’expression sur internet, mais qui sait aussi faire taire les journalistes lorsqu’il s’agit de devenir actionnaire d’un canard. Sans doute a-t-il acquis la science du vice dans le lycée catholique qu’il a fréquenté en ses jeunes années. C’est le seul du top 10 à être un milliardaire de première génération, un parvenu aux dents longues mais… pas un juif!
La 10ème place revient à la famille Castel, des catholiques d’origine espagnole, qui vendent du vin. En 11, Besnier, un hériter d’une famille lavalloise du terroir qui donne dans l’agro-alimentaire.
Numéro 12: Patrick Drahi, un Franco-Israélien susceptible de servir de « preuve ultime » du complot à tous les amis de Soral. L’exception qui confirme la règle.
En 13, encore des Bretons, la famille Perrodo, spécialisée dans le pétrole. En 14, un nom « suspect », Omidyar, mais manque de bol il est iranien et a créé EBay.
En 15, la famille Louis-Dreyfus, désormais menée par une femme russe issue d’un milieu modeste: comme quoi, il y a moins de cynisme chez les Louis-Dreyfus que chez les Bettencourt, et ça tord le cou aux affirmations de la dissidence sur la supposée endogamie maladive des « Juifs » qui associeraient chromosomes et argent.
Continuons la lecture du classement. En 16, 17, 18 , 19 que du bon Français « de souche », toujours d’après leur vision du monde. Dans l’ordre: Decaux, Courtin, Ricard et Bellon. Et en 20ème position, enfin, le baron Benjamin de Rotschild. Alors même qu’il est présenté comme le big boss par tous les idiots de la dissidence, ce dernier n’a pas 3 milliards en poche.
Sur les 20 premiers des 500 plus riches Français, on est donc très loin de n’avoir que des Juifs ou des sionistes: on en compte 4 grand max, qui ne sont pas dans la fameuse « Banque » dénoncée à longueurs de pages et de vidéos par les soraliens en tout genre, mais qui donnent dans le luxe ou les technologies.

Pour faire court et sans détailler plus avant tout le peloton de « qui gagne vraiment des millions », on trouve ensuite au milieu des Wendel, Peugeot et autres grands noms bien « français », un certain Jacques Saadé qui est Libanais d’origine et enfin quelques noms juifs : Elisabeth Badinter, Mimran, les autres Rotschild, Louis-Dreyfus, Partouche, Afflelou et quelques autres. Même en incluant les pièces rapportées, le total n’atteint pas 50 sur 500. C’est à dire que dans les 500 grandes fortunes françaises qui forment « l’hyper classe mondialisée » dont Soral et Marine Le Pen fustigent le manque de patriotisme on ne trouve pas 10% de Juifs. En revanche c’est 90% de « bons Français » dont la patrie d’exil n’est pas « Israël » mais la Suisse ou le Luxembourg. Des pays qu’on ne saurait définir comme « sionistes » mais où le secret bancaire protège vraiment l’argent.
On vous laisse vérifier par vous-mêmes, et recouper les données avec celles de la dissidence qui tente de vous expliquer que les classes dirigeantes françaises sont composées de juifs ou de personnes sous influence juive.

Maintenant que vous avez fini de recouper tous les noms, les arbres généalogiques, à vous de répondre à cette question : si les puissances financières françaises sont à 90% dans les mains de familles françaises « pur sucre », pourquoi Soral et sa clique passent-ils leur temps à nous désigner 10% de la classe dominante comme seule responsable de nos maux ?

La première réponse à donner, c’est « parce que ça marche ».

 

 

C’est là le fondement de la manipulation. Nombreux sont ceux qui ont envie de croire au conte de fée qui raconte que tout le monde il était beau au Royaume de France et qu’après 1789 tout est parti en vrilles à cause des Juifs et des Francs-Maçons. Si on va mal, c’est la faute à Schlomo qui est un suppôt de Satan et qui veut imposer le règne de l’argent alors que les riches Français sont vertueux et tout dévoués à leur beau pays. Si on est en cité HLM et discriminé c’est à cause du plan secret du vilain Schlomo pour dominer le monde. Rien à voir avec une logique capitaliste dans laquelle la bourgeoisie française ultra majoritairement catholique s’est pleinement réalisée et une partie de l’aristocratie s’est reconvertie.
Derrière cette manipulation grossière, c’est la même logique que lorsque le FN raconte que le problème du chômage ou « l’insécurité » ont pour origine « l’immigration incontrôlée incapable de s’intégrer ». L’immigré devient le responsable du chômage alors que le chômage de masse est un instrument de la bourgeoisie qui lui permet de faire pression à la baisse sur le coût de la main d’œuvre et d’augmenter ainsi les dividendes des grandes fortunes à 90% blanches et catholiques.
Que ce soit en désignant les Juifs comme coupables en haut de la hiérarchie sociale ou les immigrés des anciennes colonies en bas de l’échelle sociale, on occulte le fonctionnement économique de la société qui génère des injustices qui n’ont rien de culturel ou de confessionnel, et surtout, on peut ainsi préserver ce système. La logique des dissidents en carton comme Soral ou d’un parti comme le FN n’est pas de faire de la justice sociale son cheval de bataille mais de renforcer l’ordre établi en sacrifiant une petite partie des classes possédantes et une part importante des classes populaires. Les riches « Français » (dans le sens ridicule et dépourvu de réalité historique que les « dissidents » donnent à ce mot) sont épargnés par sa critique, et les pauvres dénigrés sont toujours d’origine immigrée.
C’est habillement joué, particulièrement dans les quartiers populaires ou ceux des nôtres qui adhèrent à la vision négationniste proposée par Soral sont de fait désarmés pour lutter contre l’islamophobie actuelle. Ils sont désarmés car ils utilisent les mêmes logiques d’essentialisation qu’ils subissent. Ils pensent avec les mots du maîtres et sont aliénés par la bourgeoisie.
D’un côté le monde « va mal parce que les Juifs … », de l’autre le monde va « mal à cause des Musulmans qui… ».

livres sur les juifs soral

fn_immigration
Ceux qui passent leur temps à chercher des Juifs partout oublient de regarder comment fonctionne réellement la société dans laquelle nous survivons tous.
Ainsi minés par l’indifférence, les coercitions, les illusions médiatiques et les discours complotistes en tout genre, la résistance des quartiers populaires face aux discriminations sociales et raciales toujours plus violentes est atomisée et chaotique.
Tant que cela dure, nous n’avons aucune chance de changer les choses. Pour construire des axes de lutte efficace face aux dominations que nous subissons il nous faut sortir des systèmes narratifs complotistes qui font des Juifs, des Illuminatis ou des Francs-Maçons les maîtres du monde.
Les gens qui utilisent leur puissance économique, leurs relations familiales et d’affaires au service de leur cupidité ça existe, y compris chez les très riches.

Ça ne s’appelle pas un Juif/sioniste/Illuminati, ça s’appelle juste un milliardaire.

C’est de Chine qu’émergent aujourd’hui le plus de milliardaires par année, ils formeront l’ossature de la nouvelle hyper classe mondialisée dans 10 ans, en quelque sorte les nouveaux « maîtres du monde ». Pour la dissidence en carton, établir une liste de Schindler à partir du capitalisme asiatique ça va être coton. Il va falloir déployer des prouesses de narration pour accrocher un nez crochu à des Chinois dont l’espace culturel est éloigné de ceux de nos monothéismes méditerranéens…mais comme le dit Soral « impossible n’est pas franchouillard ».
On attend avec impatience les révélations sur les liens de parenté avec la Torah ou la Franc-Maçonnerie des nouveaux milliardaires issus du régime chinois, ainsi que des écrits détaillant l’attitude exemplaire des soldats japonais durant l’occupation de l’Asie du sud-est par l’empire du soleil levant.
Si jamais ça patine trop dans les explications, la « dissidence » saura endormir son auditoire avec des drogues dures : les reptiliens. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui Meta Tv est le site le plus actif de ce qui reste de la « dissidence ». On nage en pleine science fiction et en plein racisme décomplexé, rien d’autre qu’un remix du discours dominant.

Publicités

33 Réponses to “Ça s’appelle un milliardaire”

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’Agence Info Libre : les « freedoms fighters » des medias | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] en fait une dénonciation classique de la finance apatride, marqueur de l’extrême droite, qui permet de détourner le regard du capitalisme national et, en France, des bons patrons français, puisque tout est contrôlé ailleurs. Dans ce monde de […]

  2. Avec le temps la vérité apparait | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] avec le type qui a torturé, violé et tué des membres de ta famille afin de préserver les fortunes de France et qui n’éprouve aucun remord? Au mieux il fera de toi son employé de […]

  3. Il y a 40 ans : la libération de Saïgon | quartierslibres - 30 avril 2015

    […] les guerres menées par l’Occident, « France éternelle » incluse, sont le produit du capitalisme. Dès 1916, Lénine décrivait l’impérialisme comme le stade suprême du […]

  4. Même causes, mêmes effets : l’impérialisme ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit d’un complot | quartierslibres - 14 mai 2015

    […] des maux de la planète ou que l’on croit que le pouvoir est tenu par autre chose que des conseils d’administration mus par un appétit de dividendes, alors on ne peut être que le complice malheureux du pouvoir qui opprime tant au Moyen-Orient […]

  5. Pour Zyed et Bouna : une condamnation à nous battre | quartierslibres - 20 mai 2015

    […] le bilan comptable de la justice « républicaine » au service des plus riches au 30 novembre 2005 : – 4 770 interpellations, dont la moitié après la fin des incidents ; […]

  6. Le racisme systémique est une plaie historique | quartierslibres - 22 mai 2015

    […] culturelle ou de religion est imposée par l’ordre économique et l’histoire coloniale. Les dividendes du capital ne se partagent pas de manière équitable. En Israël, on retrouve une semblable organisation hiérarchique au sein de la société. Les […]

  7. Les résidus de la pensée « dissidente  sont une moisissure idéologique | «quartierslibres - 11 juin 2015

    […] L’histoire du 20ème siècle montre que patriotisme et révolution sociale vont souvent de pair, mais jamais dans le sens de la matrice nationaliste et antisémite de Soral et de ses disciples. Prenons un exemple parmi des dizaines d’autres : celui du nationalisme irlandais. Des blancs catholiques, ça devrait plaire à la dissidence en carton. James Connolly, héros de la révolution irlandaise de 1916, résumait cela en une phrase : « Il n’y a pas d’indépendance nationale réelle sans socialisme et il n’y pas de socialisme sans indépendance nationale réelle ». Une maxime qui pourrait s’appliquer à la voie vénézuélienne vers le socialisme du 21ème siècle. Continuons avec les mots de James Connoly : « Le socialiste d’un autre pays est un patriote ami, de même que le capitaliste de mon propre pays est un ennemi naturel. Je considère que chaque nation est propriétaire d’une certaine contribution à la richesse commune de la civilisation, et je considère la classe capitaliste comme l’ennemi logique et naturel de la culture nationale qui constitue cette contribution particulière. Par conséquent, plus mon affection pour la tradition nationale, la littérature, le langage, les solidarités nationales est forte, plus je suis enraciné dans mon opposition à cette classe capitaliste, qui dans son goût sans âme pour le pouvoir et l’or, broierait les nations comme dans un mortier. » À lire le héros du nationalisme irlandais moderne, on est loin – très loin – des délires nationalistes et antijuifs de Soral et compagnie, sauf à penser que les capitalistes sont nécessairement des juifs. […]

  8. Luttes des places ou luttes des classes | quartierslibres - 26 juin 2015

    […] grâce au prix des licences, des locations pour esquiver le salariat reste encore perfectible pour qui veut gagner encore plus de millions sur le travail et la sueur des […]

  9. Une terre où ruissellent lait et miel | quartierslibres - 6 juillet 2015

    […] couche : si c’est la faute aux pesticides, c’est la faute aux multinationales tenues par les juifs/sionistes/illuminatis/reptiliens qui veulent tuer les êtres vivants pour tout contrôler. Posément, on reprend le fil de la […]

  10. Le coup d’état du 14 juillet 2015 | quartierslibres - 15 juillet 2015

    […] européen. On rappelle au passage aux esprits pollués par les délires antijuifs dissidents que le capitalisme européen est majoritairement « blanc » et « chrétien ». Pour cette élite économique, ça baigne : ils n’ont jamais autant engrangé de […]

  11. La France en maillot de bain | quartierslibres - 28 juillet 2015

    […] elle se prend des remarques ou des moqueries. C’est le monde qu’il ont construit et qui les fait vivre grassement qui génèrent les conditions de l’embrouille de Reims. Tout le monde n’a pas la chance […]

  12. Frédéric Delavier, coach de la pensée raciste protéinée | quartierslibres - 17 août 2015

    […] capitaliste et qui transforme tout, être humain comme ressource naturelle, en facteur de profit ? Des milliardaires français comme Bolloré et compagnie, de bons catholiques descendants de gaulois qui ont su exploiter les calories de leurs semblables […]

  13. Vague de migrants sans précédent ? | quartierslibres - 21 août 2015

    […] les flux migratoires, des personnes arrachées à leur vie quotidienne par la guerre, et la misère planifiée à Paris par des riches blancs et catholiques révèle à quel point la mentalité de profiteur est devenue […]

  14. Guignolades et guerres civiles | quartierslibres - 1 septembre 2015

    […] est celui des pauvres qui se bouffent entre eux pour des motifs cultuels, culturels ou raciaux, la machine à faire du fric tourne à plein régime et les dirigeants sont à l’abri de toute forme de contestation […]

  15. Le tour du périph’ | Quartiers libres - 15 octobre 2015

    […] La finance peut dormir tranquille, le GUD veille. Ce combat de diversion permet de masquer le caractère national de l’oppression capitaliste. Aujourd’hui, de l’UPR à E&R en passant par le FN, tous appellent de leurs vœux une […]

  16. Le nazisme, ce n’est pas le socialisme ! | Quartiers libres - 22 octobre 2015

    […] capitaliste car ils délégitiment moralement toute les critiques politiques rationnelle du capitalisme et du sionisme. Gabriel Péri nous montrait tout cela clairement lorsque journaliste de […]

  17. Le fond et la forme : chez Soral, les deux sont vaseux | Quartiers libres - 23 octobre 2015

    […] La seule raison pour laquelle une partie de l’extrême droite et Soral kiffent encore le 3ème Reich, c’est que les nationaux socialistes allemands ont liquidé une quantité astronomique de juifs et de tziganes (plusieurs millions, même d’après un des leurs comme Pressac). Par contre, leur Reich qui devait durer 1000 ans n’a jamais touché aux banquiers ni aux industriels qui étaient de bons Allemands. […]

  18. Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression | Quartiers libres - 27 octobre 2015

    […] Cependant, elle n’a pas été structurée et n’a pas fait ressortir de mots d’ordre. Les classes dominantes ont saisi cette opportunité pour lancer une répression idéologique et médiatique de grande […]

  19. A qui profite la racialisation des questions sociales ? | Quartiers libres - 12 novembre 2015

    […] des journaux qui le diffusent à vitesse grand V. En France, ces groupes médiatiques appartiennent tous à des milliardaires bien français comme Bouygues, Pinault Valencienne, Lagardère, Bolloré… En parallèle, depuis plus de trente […]

  20. Leur guerre, nos morts, notre réaction | Quartiers libres - 16 novembre 2015

    […] imbues d’elles-mêmes, parfois prisonnières d’une lecture rigoriste des messages spirituels mais surtout cupides et capitalistes. Tous croient ou utilisent cyniquement le « choc des civilisations » pour instrumentaliser leurs […]

  21. Ça s’appelle un militaire | Quartiers libres - 20 novembre 2015

    […] paradoxe : flinguer au nom des intérêts économiques de la France ce n’est pas être un rebelle ou un antisystème et encore moins un héros. C’est juste être […]

  22. Etat des lieux de l’état d’urgence : premiers constats | Quartiers libres - 29 novembre 2015

    […] de construire une alternative au capitalisme et aux racismes qui structurent la république bourgeoise […]

  23. Hoods of Cards | Quartiers libres - 2 décembre 2015

    […] Pourtant, si ici c’est dur, ce n’est pas pire qu’au bled. Ceux qui connaissent certains pays proches comme l’Algérie, sans parler du climat politique algérien et de son rejet complet par une grande partie de la population, peuvent constater que ce même schéma s’y impose : enfermement dans la sphère familiale traditionnelle et rêve d’une réussite individuelle. Le collectif est perçu comme un échec ou trop abstrait. Dans nos quartiers comme à l’étranger, c’est le modèle capitaliste qui récolte les fruits de cette hégémonie culturelle, imposant ainsi sa dictature jusque dans nos esprits. Comprendre cela, c’est se donner les moyens de construire une autre alternative que la soumission sous les oripeaux de la morale religieuse dévoyée ou l’individualisme à un système qui ne fonctionne que pour le grand bénéfice de 1% de la population mondiale. […]

  24. La séance du dimanche : Le capitalisme | Quartiers libres - 6 décembre 2015

    […] A ce jeu de massacre ce sont les élites du groupe majoritaire de chaque secteur géographique qui dominent économiquement. Pas de pouvoir secret, juste des conseils d’administration, des actionnaires et une avidité […]

  25. Non, les policiers n’ont pas une totale impunité | Quartiers libres - 19 janvier 2016

    […] censées incarner les classes populaires. En revanche, peu d’engouement à passer les gourmettes à des hommes d’affaires bien français dont la course au profit met des millions de gens sur la paille. Le rôle de la police est de […]

  26. La société israélienne: un condensé d’inégalités | Quartiers libres - 8 février 2016

    […] nom de la lutte contre le terrorisme et autres « priorité aux français », les dominants (à 90% blancs et catholiques) vont nous sans doute  nous proposer de passer de la trop […]

  27. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] pas, entre deux campagnes impériales, de cracher sur l’oligarchie capitaliste tenue dans leurs fantasmes par les juifs et les […]

  28. Qui aime Trump aime la Police | Quartiers libres - 11 mai 2016

    […] Trump est un milliardaire. Il trône en haut d’une pyramide sociale injuste. Il n’a aucune raison de changer le cours des […]

  29. Qui aime Trump aime la Police – ★ infoLibertaire.net - 11 mai 2016

    […] Trump est un milliardaire. Il trône en haut d’une pyramide sociale injuste. Il n’a aucune raison de changer […]

  30. Made in America : l’oncle d’Amérique | Quartiers libres - 15 mai 2016

    […] « grand méchant juif qui contrôle le monde ». La réalité est plus simple. Les fondations de Soros, comme d’autres, sont des instruments au service de l’impérialisme états-unien, ni plus ni […]

  31. Made in America : l’oncle d’Amérique | ★ infoLibertaire.net - 21 mai 2016

    […] qui contrôle le monde ». La réalité est plus simple. Les fondations de Soros, comme d’autres, sont des instruments au service de l’impérialisme […]

  32. Rêvons un peu… ou pas… | Quartiers libres - 21 octobre 2016

    […] mangé des coups de tonfas, passé des heures en cellule et subit un interrogatoire sous pression. Le grande bourgeoisie serait sans doute choquée de ces méthodes expéditives mais « dura lex, sed lex […]

  33. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. | Quartiers libres - 27 octobre 2016

    […] pour se faire bien comprendre, il manifeste dans les beaux quartiers comme un acte de soumission à ses vrais maîtres, auxquels il demande qu’on lui lâche la bride. Les bons gros riches les accueillent dans […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :