Le 21 février 1995 à Marseille Ibrahim Ali est assassiné

20 Fév

Le 21 février 1995 à Marseille, Ibrahim Ali, 17 ans membre du collectif Hip Hop, les B-Vice, était tué d’une balle dans le dos par des colleurs d’affiches du Front National.
Toute la misère et la vie de nos quartiers se retrouvent dans l’enchaînement de cette soirée du 21 février 1995. Ce soir-là, les B-Vice rentrent d’une répétition. Pour trouver un studio, il faut aller au Centre Social près du port, à 8 kilomètres de la Savine où vivent les B-Vice.

B-vice
Les bus et les infrastructures publiques, dans les quartiers nord de Marseille : comment dire ? C’est compliqué à décrire, mais on peut schématiser en reprenant les mots de l’actuel Premier Ministre : c’est l’apartheid. Alors les B-Vice marchent, courent pour ne pas louper la correspondance aux Quatre-Chemins, les bras chargés de platines et de leur table de mixage. Pour les B-Vice le fil de leur vie se casse quand ils croisent Robert Lagier, Mario d’Ambrosio et Pierre Giglio, trois militants du Front national, qui, ce soir-là, collent les affiches de Jean-Marie Le Pen.
Trois nationalistes racistes dont deux descendants de ritals qui ont oublié qu’il y a encore 50 ans les gibiers des racistes étaient leurs pères…

interdit aux ritals
Lagier et d’Ambrosio sont armés. Le procès établira qu’à la vue du groupe qui court pour attraper son bus, Robert Lagier dégaine son automatique et tire trois fois. Ibrahim Ali est touché dans le dos d’un tir direct alors qu’il cavalait pour atteindre son bus. L’enquête établira que les B-Vice n’ont fait preuve d’aucune hostilité à l’encontre des colleurs d’affiche du front. Ils ne les ont pas calculés, il fallait juste attraper ce putain de bus.
Les jours qui suivent, la tension est énorme dans les quartiers nord et dans toute la France, prémices de ce qui se produira 10 ans plus tard, en 2005, à la suite de la mort de Zyed Benna et Bouna Traore.

Ibrahim ALi medias
Chacun peut s’identifier à Ibrahim Ali, à cette vie de galérien passée à galoper derrière des bus trop rares dans le quartier, à esquiver les embûches du racisme qui opprime au quotidien et qui, parfois, tue. Comme à chaque fois, la famille et les militants de quartiers organiseront des manifestations pour ne pas laisser salir la mémoire d’Ibrahim Ali ni celle, par ricochet, de la jeunesse des quartiers populaires que la presse décrit volontiers comme menaçante ou délinquante. Jusqu’à l’établissement des faits par la justice, la presse reprendra trop souvent la ligne de défense du FN qui parlera de provocation et d’attaque sur ses militants.
Toujours en avance sur son temps et sans peur du ridicule, Bruno Mégret, numéro 2 du FN de l’époque, ira même jusqu’à affirmer que le tir meurtrier reçu par Ibrahim Ali dans le dos constituait de la légitime défense. Le coup de « la légitime défense » pour un tir dans le dos avait jusque-là été évoqué uniquement pour des assassinats commis par des policiers. Pour les militants racistes, il faudra probablement attendre 2017 et l’élection de Marine Le Pen pour voir la jurisprudence modifiée et étendue.
Tout ce que la France compte d’organisations antiracistes inconséquentes et inféodées au Parti Socialiste va se mettre en mouvement pour pleurer sur le crime raciste. Cela permet de masquer les causes de la montée du racisme et son exploitation par tous les partis politiques de gouvernement. Cette gestion par l’émotion et la morale du crime empêchera que l’on mette un grand coup dans les structures du FN et en particulier sur son DPS, à l’origine de nombreuses violences racistes. À l’époque, les principaux rabatteurs de cette politique d’indignation sans lendemain sont Dieudonné qui en fera une chanson et Maitre Collard, qui s’empresse de devenir l’avocat de la famille d’Ibrahim Ali.

Vingt ans après, l’un est devenu député front national et l’autre fait parrainer ses enfants par Jean-Marie Le Pen. Il y a une logique dans ces trajectoires : ceux-là n’ont de cesse de faire du fric sur notre dos en incarnant la fausse alternative à nos problèmes, celles qui collent toujours au discours dominant : anti racisme nian-nian au profit du PS en 1995, islamophobie pour Collard et antisémitisme pour Dieudio au profit du FN en 2015.

dieudonné_BBR
Au-delà du parcours de ces deux clowns médiatiques passées de « l’antiracisme bon enfant des jours de fêtes » au soutien et à la promotion de Jean-Marie Le Pen et du FN, le silence médiatique mais surtout l’absence de mobilisations de  grande ampleur autour de l’anniversaire des 20 ans de l’assassinat d’Ibrahim Ali témoignent des énormes attaques idéologiques que subissent les habitants des quartiers populaires. Ces attaques sont le fruit de la passivité d’une partie des nôtres. Soprano qui a grandi et a construit sa carrière de rappeur à partir de la même association de quartier que fréquentait les B-Vice fait ce constat amer : « Aujourd’hui, les jeunes des cités ne savent pas qui est Ibrahim et ne vont pas voter. On a tous notre part de responsabilité là-dedans, moi compris. Une chose est sûre, nous n’avons pas assez transmis. ».
C’est pertinent mais injuste. Si certains n’ont pas transmis la mémoire de nos luttes ou, pire, n’ont pas lutté durant ces 20 ans, d’autres l’ont fait par tous les moyens nécessaires face au racisme et aux injustices qui pourrissent la vie de nos quartiers.

Ils en ont souvent payé le prix fort.

justice pour Ibrahim Ali

Les commémorations du meurtre d’Ibrahim Ali sont le révélateur de ce que les individus et les organisations faisaient il y a 20 ans, de ce qu’ils ont fait durant ces 20 ans et de ce qu’ils font aujourd’hui. Ainsi le paysage politique se dessine et permet de mesurer la sincérité et la cohérence des engagements de chacun.

collard avocat famille Ibrahim Alicollard le pen
Pour un Dieudonné et un Collard passés avec armes et bagages du PS au FN, il existe d’autres parcours plus sincères et engagés comme celui du militant antifasciste Yves Peirat. Il est intéressant de relire le mépris de la gauche institutionnelle incarné par le journal Libération pour les antifascistes comme Peirat qui avait fait sauter, en réaction au meurtre d’Ibrahim, 6 permanences du FN.
Le 7 février 2001, le journal de la gauche des beaux quartiers écrivait du haut de son mépris de classe pour tous ceux qui luttent « Peirat, le justicier des années 90, voulait faire sauter le Front National, parce que le FN menaçait la République. Finalement, le Front a implosé tout seul et Yves Peirat, 41 ans, emprisonné depuis seize mois, comparaît depuis hier devant le tribunal correctionnel de Marseille. ».
Le Front National « a implosé tout seul » : toute la vacuité de la pensée des journalistes de Libé apparait dans cette affirmation écrite… formulée quinze mois avant la présence Jean-Marie Le Pen au 2nd tour de la présidentielle 2002. Aujourd’hui, le FN est présenté par les médias comme le premier parti de France et le pays est ravagé par le racisme sous toutes ses formes. Cela aura sans doute échappé à la clairvoyance des journalistes moqueurs de Libé.
Aujourd’hui, l’extrême droite, par la voix de Stéphane Ravier, maire FN du VIIème secteur de Marseille, explique que ce crime fut « un drame qui a brisé plusieurs familles. Celle de la victime, bien sûr et avant tout, mais aussi celles de militants sincères ».

stéphane ravier

Le FN ose mettre à égalité les douleurs des familles des militants « sincères » du FN qui ont tiré dans le dos d’Ibrahim Ali et celle de sa famille, afin de faire croire qu’une réconciliation est possible. Ainsi dans le monde rêvé de l’extrême droite les victimes et les bourreaux « sincères » peuvent vivre ensemble unis mais dans l’oubli du malheur que les uns ont infligé aux autres. C’est la mise en pratique du concept de soumission, d’égalité et de réconciliation cher à Alain Soral.
Une fois le crime raciste commis, cette rhétorique d’extrême droite met toujours sur un pied d’égalité bourreaux et victimes, et permet de ne jamais rendre justice aux suppliciés et aux morts, tout en maintenant les dominations et les oppressions. Dans le réel, cette douille est brulante quelles que soient les fables et mensonges entretenues au sujet des juifs, des illuminatis, ou des francs-maçons utilisés par l’extrême droite pour tenter de cimenter contre un ennemi commun imaginaire les victimes du racisme et du colonialisme.

Si Dieudonné était conséquent et pas seulement un clown vénal, vingt ans après avoir vendu l’antiracisme à la sauce PS aux proches d’Ibrahim Ali, il retournerait à la Savine en compagnie de Salim Laïbi, le régional de l’étape, vendre ses nouveaux produits de la dissidence. On pourrait tester son habilité à détourner la réalité et voir si elle est en capacité de faire marrer celles et ceux qui à la Savine se souviennent de la mort d’Ibrahim. Il est fort probable que personne ne trouvera drôle un conte de la dissidence, même bien raconté, détaillant que ce ne sont pas des militants « sincères » du FN, portés par leurs idées racistes et colonialistes qui ont tué ce 21 février 1995, mais que des juifs ou des illuminatis manipulaient le bras de Robert Lagier.
L’anniversaire de l’assassinat d’Ibrahim Ali est l’occasion pour nous d’honorer sa mort mais aussi de tracer un chemin de lutte contre le racisme et l’oppression qui s’éloigne de l’antiracisme moral du PS et de son jumeau « réconciliateur » d’extrême droite. Ce sont les deux facettes d’une même pièce de monnaie façonnée pour acheter, anesthésier et détourner la résistance des quartier populaires face à l’oppression raciale et sociale. A 20 ans d’intervalle, acheter un pin’s « touche pas à mon pote » ou un produit « dissident » toujours vendus par le clown Dieudonné ce n’est pas lutter pour un monde plus juste et fraternel, c’est enrichir des escrocs qui en toutes circonstances se font de l’oseille sur nos souffrances et nos morts. Chaque anniversaire d’une disparition tragique d’un des nôtres est un rappel douloureux de la lutte réelle à mener, ensemble, dans nos quartiers pour la justice économique et sociale et l’égalité raciale.

Advertisements

11 Réponses to “Le 21 février 1995 à Marseille Ibrahim Ali est assassiné”

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’affaire Bourarach : une illustration dramatique de ce que produit l’opportunisme en politique | quartierslibres - 23 mars 2015

    […] afin de rabattre vers lui un électorat des quartiers. On se rappelle notamment l’affaire Ibrahim Ali : à l’époque le PS et ses satellites, Dieudonné compris, se présentaient comme les seuls […]

  2. Brahim Bouarram | quartierslibres - 1 mai 2015

    […] 1995 c’était aussi l’année du meurtre d’Ibrahim Ali. […]

  3. Ça a voté et après ? | Quartiers libres - 17 décembre 2015

    […] paraître un peu plus policé vis à vis des habitants des quartiers populaires mais nous sommes et restons ses cibles prioritaires. Chacun doit en garder conscience au quartier, malgré le travail de sape et de diversion de la […]

  4. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] La raison ? La fresque peinte dans le milieu des années 90, quand les militants du FN tuaient des noirs et des arabes et qu’il y avait encore un peu de réprobation (une époque sombre pour la liberté […]

  5. Notre salaire c’est le sourire des gens / Dip Social Klub | Quartiers libres - 25 mars 2016

    […] association du quartier de la Savine, quartier Nord de Marseille et le Dip Social Klub ont rappelé que nos quartiers ne sont ni des […]

  6. 1er mai : ni oubli, ni pardon ! | Union Antifasciste Toulousaine - 1 mai 2016

    […] 1995 c’était aussi l’année du meurtre d’Ibrahim Ali. […]

  7. Qui aime Trump aime la Police | Quartiers libres - 11 mai 2016

    […] Collard, libre parleur, qui défend n’importe qui pourvu qu’il en ait les moyens ou un bénéfice à en retirer se frotte les mains à l’idée de savoir la première puissance mondiale pourra être dirigée […]

  8. Après la quenelle, la carotte. | Quartiers libres - 23 septembre 2016

    […] au long de sa carrière, Il a mis son talent au service de biens mauvaises causes. D’abord comme rabatteur du PS dans les années 90, puis à partir des années 2000 comme tirailleur idéologique de l’extrême […]

  9. Après la quenelle, la carotte. – ★ infoLibertaire.net - 23 septembre 2016

    […] sa carrière, Il a mis son talent au service de biens mauvaises causes. D’abord comme rabatteur du PS dans les années 90, puis à partir des années 2000 comme tirailleur […]

  10. Le monde ou rien | Quartiers libres - 14 février 2017

    […] comme maître Collard avocat de familles de victime de crime raciste dans les années 90 et être aujourd’hui député du FN et soutenir en bloc la […]

  11. Le monde à l’envers | Quartiers libres - 14 février 2017

    […] comme maître Collard avocat de familles de victime de crime raciste dans les années 90 et être aujourd’hui député du FN et soutenir en bloc la […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :