Vague de migrants sans précédent ?

21 Août

Le grand remplacement, le tsunami migratoire, l’invasion, la déferlante sans précédent de migrants qui submerge l’Europe… c’est l’arrivée de 100 000 réfugiés cet été.

fdsouche_delavier
Depuis un an, c’est au grand maximum quatre fois plus.
C’est énorme, parait-il. Ce flot de pauvres va faire couler l’économie d’une Europe austère qui explique au monde entier depuis des dizaines d’années que c’est elle qui paye pour les autres.
Cette Europe de l’ouest riche et obèse qui a colonisé en continu et pillé les ressources des autres populations représente au bas mot 400 millions d’habitants.
100 000 réfugiés pour 400 000 000 de citoyens, cela représente un grand remplacement estival de 0.025% de la population européenne.
Si on écoute les plus alarmistes, la vague atteint les 0.1%, soit la croissance de la France : c’est dire à quel point elle est dérisoire.

invasion_ER

Pour envahir un pays ou un continent, il faut des troupes, beaucoup. Le grand jeu des droites nationales est de comparer systématiquement l’immigration à l’occupation hitlérienne : la France serait occupée et envahie par des hordes venues la coloniser.
Au plus bas de ses effectifs et avec sa logistique, les troupes hitlériennes étaient fortes de 4 722 000 soldats. Les migrants (hommes, femmes et enfants) qui débarquent dans des conditions précaires depuis le mois de juillet représentent 2,12% des effectifs de la Wermacht de 1939.

Au début des années 30 en pleine crise économique, la France, qui compte alors un peu plus de 39 millions de français, accueille plus de 800 000 italiens fuyant le fascisme (parce que le fascisme c’était la misère pour les classes populaires) : 800 000 pour 39 000 000 sur un petit territoire c’est plus proche d’une invasion, non ?
Moralité, on ne parle pas italien en France.
Durant de longues années, il était de bon ton de se foutre de la gueule des « macaronis » qui venaient bouffer le pain des français.
Aujourd’hui c’est la mode d’appeler ses gamins Enzo ou Lea, et tout le monde dit « ciao ». Quoiqu’il s’agisse d’un des flux migratoire les plus importants, contrairement à ce qu’expliquaient les nationalistes des années 30, les « ritals » n’ont ni défiguré ni ruiné la France.

Il y a donc peu de chances pour que les migrants, enfin ceux qui ont assez de courage pour rester dans un pays aussi inhospitalier que la France, influence la fameuse « culture française ».
Dans les faits, cela n’a rien de nouveau.

Valls_migrants
Mais dans la bouche des partis de gouvernements et de leurs satellites c’est la fin du monde civilisé.
C’est l’occasion de marteler que les « étrangers » coûtent chers, que la solidarité c’est un truc de « bobos » dégueulasses, qu’il n’y a pas d’alternative au pillage des pays du sud.
Un pic dans les flux migratoires, des personnes arrachées à leur vie quotidienne par la guerre, et la misère planifiée à Paris par des riches blancs et catholiques révèle à quel point la mentalité de profiteur est devenue une norme dans les médias dominants.

En Grèce, pays ruiné par la rapacité des gouvernements voisins, certaines fractions des classes populaires font preuve de solidarité à l’égard des migrants. Ce pays a connu la misère et un régime de droite autoritaire il y a 40 ans : les gens n’ont pas oublié ce que c’est que la persécution.

FN_Migrants

En France, la soupe est grasse et on tente de faire oublier que les conflits qui amènent les migrants ont pour origine le pillage qui permet à ces braves Français qui ne veulent pas payer pour les autres de manger du chocolat pas cher, d’avoir des téléphones portables dernier cri tout en faisant tourner le CAC40. Chacun pour sa gueule, on se plaint de payer trop d’impôts quand on gagne bien sa vie et on ne veut pas cotiser pour les malades quand on est en bonne santé. L’arrivée des migrants est gérée par des associations, des syndicats, des militants et des personnes de la vie de tous les jours parce que la solidarité n’est pas privatisable ou à but lucratif.

La réaction que suscitent les migrants est révélatrice de la manière dont les différentes classes sociales perçoivent les pauvres.
En France, une majorité de la population adhère au consensus idéologique que proposent les classes dominantes : pas besoin de lutter contre la misère, les pauvres peuvent être refoulés, parqués ou éliminés.

Advertisements

Une Réponse to “Vague de migrants sans précédent ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les hordes de migrants, reflet de la civilisation européenne | Quartiers libres - 18 janvier 2016

    […] et très rarement d’un étranger. Toujours est-il que l’occasion est trop belle de montrer le migrant qui vient manger le pain des Européens, comme celui qui vient jusque dans les bras égorger fils et […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :