Un monde de mythos

22 Déc

La confrontation avec le réel est ce qui fait le plus mal aux droites radicales européennes. C’est  pour réussir à donner une apparente cohésion à la défense de leurs privilèges et à leur posture de rebelles que le monde de l’extrême droite est fatalement peuplée de mythomanes.
Prenons  « Batskin », nom de scène de Serge Ayoub qui, dans sa vraie vie de nanti, est fils de procureur. Il a une aura de guerrier pour quelques bagarres de rue que l’on raconte aux moins de 20 ans, il est le symbole de la « street credibility » de l’extrême droite.

JNR vintage
Dans la réalité c’est un peu différent et moins glorieux. Le mythe de « Batskin le justicier blanc » vole en éclats à chaque confrontation avec une expérience concrète et radicale. Adepte de la violence et de l’action physique, Ayoub s’est dérobé à chaque coup dur. Chaque fois qu’un de ses militants se fait poisser dans une sale affaire où le racisme violent est camouflé en défense de la France, le vernis du super guerrier s’écaille et laisse apparaitre l’image d’une grosse poucave gonflée aux stéroïdes. Lors de tous les épisodes au cours desquels un de ses soldats passe de la théorie de la haine raciale à la pratique sur une personne physique, le big boss de la 3eme voix rentre son menton mussolinien et fait la pleureuse « je le connais pas, je suis un gentil garçon ».
Des assassins comme Régis Kerhuel ou Esteban Morillo ont ainsi été lâchés en quelques secondes par leur führer des pavés.
On est loin du mythe du guerrier qui tient le pavé en défiant les autorités :

 

 

Les faits sont là.
Pourtant, après plus de 30 ans de lâcheté sur le service après-vente de la haine raciale qu’il sème, le beau Serge trouve toujours des idiots pour venir mettre leur violence à son service. Ça reste un mystère.
Comment  peut-on continuer à cogner pour un chef qui au moindre pépin se défausse et t’abandonne ? Pour nous, militer c’est assumer. Lui n’assume pas et devient hystérique quand on lui met la réalité des faits devant les yeux.

 

ayoub la vérité si je mens
A l’extrême droite, militer c’est plutôt mythoner et plastronner. Dans un « monde moderne »  – comme ils disent – où la superficialité compte, ça fonctionne plus que bien.

Un autre exemple, le 22 novembre dernier, la frange radicale de l’extrême  droite européenne, celle qui  se veut révolutionnaire, tenait un meeting a Nanterre. Là, c’est l’extrême droite paradoxale qui s’est donnée en spectacle, un moment proche de la twilight zone.

Meeting GUD Nanterre
Tous les mouvements présents lors de ce meeting sont nés de la haine du communisme et de la défense des intérêts coloniaux français lors des guerres d’indépendance. Ils sont les rejetons d’une guerre froide gagnée par leur camp.
Ces mouvements politiques étaient dans le camp du monde libre, comme ils le nommaient à l’époque. Il suffit de savoir lire les tracts et les documents qu’ils produisaient eux-mêmes à cette époque.
Du Nicaragua à l’Afghanistan en passant par l’Afrique  le monde d’avant était plein de « freedom fighters » financés par les USA et encadrés par les fascistes européens. Tous les anciens de la Gestapo et des milices liées au régime hitlérien ont été utilisés comme agents et conseillers pour lutter contre « L’empire du mal » représenté par l’alternative des états socialistes.
Le modèle soviétique a plutôt bien résisté à tous ces coups de l’impérialisme américain et aux manœuvres des sbires nationalistes européens. Ils n’ont pas été déterminants, mais ont été à la pointe de la répression. Ils ont accompli le sale boulot avec le zèle qui les caractérise quand ils sont en position de lynchage.
L’extrême droite européenne appartient de fait au camp des vainqueurs. Ils ont été les troupes de chocs de ce qu’on appelle aujourd’hui la « mondialisation ». Pourtant les braves soldats de l’occident triomphant du communisme et des luttes anticoloniales n’ont pas l’air contents d’être dans le camp des vainqueurs.
Ils n’ont pas tous le culot de « VOXNR » qui vante avec une fausse nostalgie une pureté ethnique inventée du camp socialiste face au métissage de l’Occident mais on les sent un peu perdus idéologiquement. Après avoir fourni en combattants les premières lignes des états bourgeois, des démocraties libérales et des multinationales contre le communisme et les peuples colonisés, les militants d’extrême droite jouent la comédie du rejet de l’état bourgeois et presque la nostalgie du marxisme.
Ils se répandent aujourd’hui sur le pouvoir néfaste des  banques et des trusts qui les ont financés et armés pendant toute la guerre froide.
Ils en sont à reprendre les arguments et le vocabulaire de la gauche révolutionnaire qu’ils ont combattue et combatte encore. À une chose près, ils y rajoutent leur touche singulière, leur petit marqueur : la haine des Juifs, des Musulmans et du non blanc et leur paranoïa sur l’infiltration de l’état par des gauchistes.
Si on les écoute, la gauche radicale qui a enfanté les Révolutions Socialistes et les mouvements d’indépendance dont ils ont été les farouches ennemis contrôlent aussi les États qui ont financé leur combat en première ligne pour la « Civilisation ».
C’est le complot parfait, leurs ennemis tiennent tout et eux sont des gentils naïfs qui cognent pour rendre service sans trop savoir pourquoi.
Si la gauche révolutionnaire tenait les démocraties libérales et le camp soviétique pourquoi ce n’est pas le camp socialiste qui a gagné la guerre froide ? Le retour au réel est violent pour ces paranos mythomanes.

kk_hitler_sutton
Ce ne sont pas les nôtres qui bossaient pour les services de sécurité des états bourgeois dans la lutte contre le communisme et les guerres d’indépendance. Il est compliqué d’honorer les martyrs italiens de l’époque du « Gladio » et de de se rêver en dissidence face à l’impérialisme américain quand on a finalement été son larbin.
Il faut miser sur l’inculture des gens, l’envie de rêver pour parler de lutter contre l’Empire aux côtés de Gabriele Adinolfi. Parler des manigances américaines aux côtés d’un type dont les actions politiques étaient bénéfiques à la CIA avec comme clou du spectacle une implication dans l’attentat de la Gare de Bologne c’est de la mauvaise foi et du mépris pour l’auditoire. Comme toujours, ils dénoncent des machinations imaginaires et se retrouvent à faire oublier qu’ils ont été volontairement ou non (et c’est pire, parce ce que cela confine à la bêtise) des pions au service des puissances impérialistes les plus voraces.

soral et adinolfi
Ce ne sont pas les nôtres qui bossent aujourd’hui encore pour les services secrets, les forces armées, les juges et les flics des états bourgeois occidentaux. Ce sont les militants d’extrême droite.

police_quenelle

quenelle_coloniale

On trouve aisément des militants du Front National dans les rangs de la Police Nationale et de l’armée et de la Justice, bien plus sûrement que des gauchistes ou des militant.e.s se battant pour la justice économique et sociale.
Toutes ces chapelles d’extrême droite ont leur spécificité, chacune peut différer sur la nature de l’ennemi primaire ou secondaire (Juifs ou Musulmans), ces mouvements peuvent varier sur  leur sérieux et leur violence : mais ils sont tous obligés de déformer la réalité pour cacher la contradiction entre leurs actes et la manière dont ils se présentent. Une vie de mythomane à se raconter des histoires de viking pour se cacher qu’on est rien d’autre qu’un supplétif du pouvoir de l’argent.

La palme du bateleur revient évidement a Soral et à « Égalite et réconciliation ». Un menteur comme lui peut ainsi  s’inventer une vie au PCF dans les années 90 alors qu’il n’y a jamais été. À l’époque, selon ses propres dires, c’était un mondain déjanté, un drogué obsédé sexuel qui couchait aussi avec des animaux.
Un individu aux antipodes de la vie austère des cellules d’un PCF en déclin. Pour ceux qui ont connu le PCF dans les années 90 qui peut imaginer qu’un décadent comme Soral puisse y avoir tenu un rôle militant de premier ou dernier plan?
Le portrait de Soral en « fils de pub des années 80-90 » ce n’est pas nous qui l’inventons c’est lui même qui se décrit comme cela dans ses livres. Mais ça, c’était avant que le fils de notaire soit mis en orbite par le Font National pour semer la confusion dans nos quartiers populaires. Depuis, il s’est inventé une autre vie.
On entend Alain Soral financé par les réseaux du FN depuis au moins 2005 disserter sur « le marxisme ». Pour être franc,  ça fait le même effet que lorsque Florian Philippot  se permet de citer Syriza et Podemos en exemple politique.
Leur hypocrisie est sans limite. Ils siphonnent tout le vocabulaire et les références de la gauche et des mouvements révolutionnaires mais dans le même temps ils la délégitiment a coup de mensonges l’accusant d’être un rouage de l’état bourgeois. On atteint le sommet de l’hypocrisie quand Alain vautré sur son canapé rouge et habillé en flic  ou en militaire nous explique que la gauche révolutionnaire bosse pour l’État bourgeois et le capital.

soral_crs

Ce travail de diversion empêche l’organisation des populations vivant sur un même territoire en les divisant et hiérarchisant.
Il faudra nous expliquer un jour comment on peut rendre hommage aux flics et à l’armée, chiens de garde par excellence de l’état bourgeois, et se prétendre être un dissident ? D’ailleurs lorsque que ses disciples vont un peu trop loin dans la récupération de la contestation populaire, il fait rentrer tout ça dans le rang.

er_zirko
Contester sans rien remettre en cause, lutter pour conserver un système injuste et se donner une image révolutionnaire courageuse c’est ce qui les pousse, tous autant qu’ils sont, à la mythomanie.
A chaque fois le retour au réel est compliqué alors ça affabule, ça raconte des histoires comme celle d’E&R et de son soutien de la révolution bolivarienne par exemple.  Alain Soral se réclame de Chavez, mais voilà, pas de chance, la révolution bolivarienne du vivant de Chavez et jusqu’à encore aujourd’hui le met tricards lui et ses potes alors que par contre elle reçoit Mélenchon ou Besancenot avec les honneurs dus à la fraternité d’arme de ceux qui combattent dans le même camp.
Comment vendre ça aux militants d’ER ? On travestit le réel comme d’habitude.

À voir la façon dont les idées de la gauche radicale sont plagiées par l’extrême droite, il serait presque possible de sourire de mépris en direction des nationalistes qui prétendent donner des leçons intellectuelles.
Il n’y a rien à reprendre dans leur camp : leur paranos sur les Juifs qui dominent le monde, leur fantasme sur le grand remplacement par les Musulmans et autres métissages forcés, ou toutes leurs idées farfelues sur les illuminatis ou les Francs-Maçons ne sont d’aucune utilité pour comprendre et changer le monde. On leur laisse tous leurs mensonges.
Ils sont irresponsables et n’assument jamais leurs actes.
La désignation d’un bouc émissaire peut suffire à distraire une partie de la population quand la situation sociale est chaude. La température monte, c’est une question de temps avant que la crise économique n’implique une remise en question radicale du fonctionnement de notre société.
En attendant ce moment, les militants nationalistes français et leurs supplétifs se placent en première ligne pour défendre les classes dominantes et leurs privilèges économiques au nom de supériorité raciale et culturelle.

38 Réponses to “Un monde de mythos”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un monde de mythos | Au commencement était le Verbe - 23 décembre 2014

    […] Un monde de mythos. […]

  2. Posture de rebelle et contorsions intellectuelles | quartierslibres - 26 décembre 2014

    […] il y en a plein. La preuve, il suffit de regarder le nombre de condés qui font la quenelle. Dans la vraie vie c’est un peu diffèrent. Pourtant c’est étrange, des policiers rebelles on n’en croise jamais, dans les luttes. Par […]

  3. Storytelling dissident : le complot en 5 actes | quartierslibres - 19 février 2015

    […] tentés d’aller chercher les infos ailleurs. Internet permet à de nombreux mythomanes – souvent d’extrême droite – de donner corps à des théories bancales en utilisant ce rejet légitime des canaux […]

  4. Les élections en Israël | quartierslibres - 17 mars 2015

    […] Le sionisme réel c’est cela : la conquête de la Palestine. Tout le reste c’est mythomanie d’antisémites. […]

  5. Illuminachill | quartierslibres - 18 mars 2015

    […] dire que Def Jam en « serviteur du diable » fait un contre feu. Les plus mythos de la dissidence en carton BDH, LLP pourront expliquer à l’aide de schémas que QL […]

  6. Ça s’appelle un milliardaire | quartierslibres - 7 avril 2015

    […] pensent avec les mots du maîtres et sont aliénés par la bourgeoisie. D’un côté le monde « va mal parce que les Juifs … », de l’autre le monde va « mal à cause des Musulmans qui… […]

  7. L’Agence Info Libre : les « freedoms fighters » des medias | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] Très souvent, l’utilisation de l’adjectif « libre » est là pour masquer des réalités peu glorieuses. Tel était le cas, par exemple, avec les « freedoms fighters », ces fameux combattants de la liberté de la guerre froide qui étaient en fait les larbins de l’impérialisme américain face au bloc communiste et aux luttes de décolonisation. […]

  8. Avec le temps la vérité apparait | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] et tué des membres de ta famille afin de préserver les fortunes de France et qui n’éprouve aucun remord? Au mieux il fera de toi son employé de […]

  9. Il y a 40 ans : la libération de Saïgon | quartierslibres - 30 avril 2015

    […] avertissement résonne devant les contorsions idéologiques et factuelles auxquelles se livrent l’extrême droite et ses supplétifs pour nous vendre une réhabilitation […]

  10. Même causes, mêmes effets : l’impérialisme ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit d’un complot | quartierslibres - 14 mai 2015

    […] les réflexions et discours anti-impérialistes avec des fables sur les illuminatis, les juifs, les francs-maçons, etc. Ces théories loufoques et souvent racistes éloignent du réel et empêchent de construire […]

  11. Comprendre Soral | quartierslibres - 29 mai 2015

    […] aussi brillant que le crâne chauve du grand penseur en collant […]

  12. Là où il y a une volonté, il y a un chemin | quartierslibres - 9 juin 2015

    […] les fers de lance de la lutte par leur engagement dans la Main d’Œuvre Immigré (MOI) face aux fascistes français et à l’occupation nazie. La communauté kurde est présente dans nombre de nos quartiers, il est […]

  13. Les résidus de la pensée « dissidente  sont une moisissure idéologique | «quartierslibres - 11 juin 2015

    […] même niveau que les luttes de libération nationale des peuples colonisés (dont certains par le nationalisme français). Tout cela pour mieux masquer les mécanismes économiques et sociaux qui font que le seul complot […]

  14. A problème réel, une solution concrète : l’exemple de la Grèce | quartierslibres - 10 juillet 2015

    […] les rôles de chacun sont sortis des carcans folkloriques dans lesquels se plaisent à les enfermer les mythomanes de tout bord. En Grèce, la police et les fameux « corps constitués », véritables fétiches des Soraliens, […]

  15. Le coup d’état du 14 juillet 2015 | quartierslibres - 15 juillet 2015

    […] pour tenir le pavé. C’est à l’image de la dissidence : un monde d’idiots et de mythos. On peut juste rire en lisant le programme de cette magnifique journée telle qu’elle devait se […]

  16. Les traditionnels supplétifs de l’Etat | quartierslibres - 27 juillet 2015

    […] leur monde de mythos, tous clament que les militants de la gauche radicale sont couverts par la police alors qu’eux […]

  17. Les limites de l’antisystème viennent d’être atteintes | quartierslibres - 4 août 2015

    […] les pauvres en les traitants d’assistés, de parasites voire d’outils du système. De Zemmour à Batskin, la constante est de mettre en scène une opposition entre une partie des dominants français et […]

  18. Séance du dimanche. 2 août 1980, attentat de la la gare de Bologne | quartierslibres - 9 août 2015

    […] Outre les militants des NAR, plusieurs militants de Terza Posizione, un groupe clairement fasciste, Roberto Fiore et Gabriele Adinolfi en particulier, furent impliqués, mais, informés à temps, ils purent fuir à l’étranger. […]

  19. Frédéric Delavier, coach de la pensée raciste protéinée | quartierslibres - 17 août 2015

    […] sur des canapés rouges comme celle occupée à régler ses comptes devant des tribunaux ou celle qui se regarde dans un miroir en train de pousser de la fonte), c’est simplement quelques centaines de personnes qui sont en lutte sur Paris et environ 2000 […]

  20. Ligue des tocards | Quartiers libres - 15 septembre 2015

    […] le camp des droites nationales, l’opportunisme n’a pas de limites et est toujours spectaculaire. Les 4 fantastiques (Cardet dans le rôle de l’invisible) et le « […]

  21. Le crime paie ? | Quartiers libres - 22 septembre 2015

    […] Intelligence avec une puissance étrangère ? C’était à l’époque de la guerre froide et de la lutte contre le communisme que l’on risquait la prison pour le simple fait d’être soupçonné de bosser pour l’Union […]

  22. De Bologne à Ankara, le spectre de la violence d’Etat | Quartiers libres - 13 octobre 2015

    […] Rien ne sert de partir dans des analyses d’attentats de type « false flag » ou dans des histoires d’agents secrets triples comme en rêvent les dissidents d’extrême droite. Avec un peu de mémoire et/ou de culture politique, on peut remonter dans le temps et se rappeler que des choses similaires se sont produites sur le pourtour méditerranéen il n’y a pas si longtemps que cela. Le 2 août 1980, à 10h25 en gare de Bologne, par exemple. Un Etat au sein duquel s’affrontaient des chrétiens démocrates qui avaient du mal à tenir le pouvoir, une gauche extra-parlementaire active et s’appuyant sur un mouvement social vivace, ainsi qu’une extrême droite nationaliste qui, comme à son habitude, servait la soupe de la CIA. […]

  23. Le tour du périph’ | Quartiers libres - 15 octobre 2015

    […] simple histoire de cette mouvance les discrédite : ils ont été les larbins de l’impérialisme américain au cours de la guerre […]

  24. Ça s’appelle un militaire | Quartiers libres - 20 novembre 2015

    […] C’est d’ailleurs pour ça qu’ils le font en échange d’un salaire. Il n’y a que les fafs pour nous faire passer leur servitude à l’Etat français pour une posture […]

  25. Séance du dimanche Fuori dalle fogne (sortis des égouts) | Quartiers libres - 3 janvier 2016

    […] de le montrer, Casa Pound fait surtout du fric grâce à divers trafics, et reste une officine de fafs supplétifs de l’État en l’occurrence berlusconien. De fait, depuis que Berlusconi -lui aussi ancien de la loge P2- […]

  26. Des clics de la dissidence | Quartiers libres - 8 janvier 2016

    […] sataniques qui dirigent le monde dans la foulée d’un attentat. Le web est devenu un merveilleux monde de mythos qui autorise toutes les postures : des plus virilistes aux plus grotesques, en passant par toutes […]

  27. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] pas de tabou, chacun dit ce qui lui plaît. C’est la liberté de cracher sur tout le monde et de travestir la réalité à sa […]

  28. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] pensant servir la France si ce n’est des idiots de nationalistes français toujours prêts à être les larbins du capital – ce qui ne les empêchera pas, entre deux campagnes impériales, de cracher sur l’oligarchie […]

  29. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | infoLibertaire.net - 6 mars 2016

    […] servir la France si ce n’est des idiots de nationalistes français toujours prêts à être les larbins du capital – ce qui ne les empêchera pas, entre deux campagnes impériales, de cracher sur […]

  30. La séance du dimanche : La bataille de Tchernobyl | Quartiers libres - 24 avril 2016

    […] Hommes et ressources ont été pressurés pour tenir tête aux démocraties occidentales et leurs alliés. La volonté de créer une société sur d’autres bases économiques a cédé la place à une […]

  31. La séance du dimanche : Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945 | Quartiers libres - 8 mai 2016

    […] le 8 mai 1945, le régime nazi est écrasé. Le monde est « enfin en paix« . C’est comme ça que l’histoire est racontée dans les écoles et les […]

  32. La séance du dimanche : Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945 | ★ infoLibertaire.net - 8 mai 2016

    […] le 8 mai 1945, le régime nazi est écrasé. Le monde est « enfin en paix« . C’est comme ça que l’histoire est racontée dans les […]

  33. La séance du dimanche : Les massacres de Sétif, un certain 8 mai 1945 – ★ infoLibertaire.net - 8 mai 2016

    […] le 8 mai 1945, le régime nazi est écrasé. Le monde est « enfin en paix« . C’est comme ça que l’histoire est racontée dans les […]

  34. Qui aime Trump aime la Police | Quartiers libres - 11 mai 2016

    […] autour du drapeau, ça peut intéresser qui du point de vue politique ? Des gens comme lui. Qui sont contre le partage du fric et qui poussent les pauvres à se bouffer entre eux. Parmi les soutiens de Trump on […]

  35. Made in America : l’oncle d’Amérique | Quartiers libres - 15 mai 2016

    […] communistes ». À cette époque, l’extrême droite, bien que déjà violemment antijuive, était alignée sur le camp états-unien, afin de lutter contre le péril bolchévique. C’est pourquoi les droites radicales ne […]

  36. Jimmy Leopold : Monsieur Météo et la tempête sociale | Quartiers libres - 17 juin 2016

    […] Cette information aura sans doute échappé aux professionnels de l’information d’Agence Info Libres. Comme tous les journalistes dissidents en carton, leur imagination est féconde pour dénicher des juifs ou des francs maçons derrière chaque news. Cela leur permet de garder les yeux clos sur la réalité. […]

  37. Jimmy Leopold : Monsieur Météo et la tempête sociale – ★ infoLibertaire.net - 18 juin 2016

    […] Cette information aura sans doute échappé aux professionnels de l’information d’Agence Info Libres. Comme tous les journalistes dissidents en carton, leur imagination est féconde pour dénicher des juifs ou des francs maçons derrière chaque news. Cela leur permet de garder les yeux clos sur la réalité. […]

  38. Egalité et approximations | Quartiers libres - 25 novembre 2016

    […] La réponse C, bien sûr. Quand Alain Soral « répond », c’est toujours édifiant. Aujourd’hui qu’il n’y a plus rien à vendre aux quartiers et que les seuls clients restés sont des racistes acharné, on apprend par Soral lui-même que le concept « égalité et réconciliation » n’a jamais rien eu à voir avec les « noirs et les arabes ». Trump est devenu président, il va peut-être lâcher du pognon à des Soral et Conversano pour faire du « Made in America » ambiance KKK. […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :